Sa troi­sième épouse est une ac­trice

››››››

Biographies Collection - - Amour et famille -

Ve­ro­ni­ca Porsche est une ac­trice amé­ri­caine, née le 16 dé­cembre 1955 en Loui­siane. De des­cen­dance créole, elle est di­plô­mée de l’uni­ver­si­té de la Ca­li­for­nie et mère de ses deux filles, la boxeuse Lai­la et l’au­teure Ha­na Yas­meen Ali. Elle était âgée de 18 ans quand elle a ren­con­tré Mo­ha­med Ali à Kin­sha­sa, au Zaïre, en 1974. Ve­ro­ni­ca fai­sait par­tie des quatre femmes illus­trant les af­fiches de pro­mo­tion pour le fa­meux com­bat «The Rumble in the Jungle» contre George Fo­re­man. Le couple s’est ma­rié à l’été 1977 se­lon les rites is­la­miques. Il a di­vor­cé en 1986.

Ve­ro­ni­ca Porsche a en­suite étu­dié l’art dra­ma­tique au Théâtre de Be­ver­ly Hills, mais n’a ja­mais réel­le­ment per­cé au cinéma. Elle a joué un guide tou­ris­tique dans le film Ter­reur à Al­ca­traz et fait une ap­pa­ri­tion dans La route de la li­ber­té, met­tant en ve­dette Kris Kris­tof­fer­son et Mo­ha­med Ali. Elle a éga­le­ment coa­ni­mé une chro­nique à Good Mor­ning, New York et joué son propre rôle dans un do­cu­men­taire pour la té­lé­vi­sion in­ti­tu­lé Por­trait in­time: Lai­la Ali, en 2001. En 1992, elle s’est re­ma­riée avec le mu­si­cien de jazz et co­mé­dien Carl An­der­son. Ce der­nier est dé­cé­dé de la leu­cé­mie en 2004. En mai 2007, Ve­ro­ni­ca est ap­pa­rue avec ses deux filles, Lai­la et Ha­na, à l’émis­sion Dan­cing With The Stars.

est née le 27 mars 1976, alors que son père est l’un des ath­lètes les plus riches du monde. Âgé de 34 ans, il était aus­si le pre­mier AfroA­mé­ri­cain à at­teindre la cé­lé­bri­té pla­né­taire. Tou­te­fois, elle n’a ja­mais vu son père com­battre, car il com­men­çait à mon­trer des signes du Par­kin­son du pu­gi­liste. En outre, ses pa­rents ont di­vor­cé quand elle avait neuf ans.

Sa soeur et elle ont été éle­vées dans la foi mu­sul­mane. Elles vi­vaient avec leur mère à Los An­geles, mais pas­saient beau­coup de temps avec leur père. Elle est di­plô­mée en sciences de l’édu­ca­tion et a en­sei­gné à Los An­geles. À ce mo­ment, elle par­ta­geait son ap­par­te­ment avec Ke­ni­sha Nor­ton, la fille du cham­pion de boxe poids lourds Ken Nor­ton.

Ha­na Yas­meen a sou­vent ac­com­pa­gné son père à des évé­ne­ments ca­ri­ta­tifs et l’a ai­dé à écrire sa bio­gra­phie, The Soul Of A But­ter­fly, Re­flec­tions On Life’s Jour­ney (Si­mon & Schus­ter, 2004). On y trouve des anec­dotes, des ré­flexions spi­ri­tuelles, des sou­ve­nirs d’en­fance et des poèmes illus­trant pour­quoi son père est un ath­lète ai­mé dans le monde en­tier. Elle est aus­si l’au­teure du livre de poche Plus qu’un hé­ros: la vie de Mo­ha­med Ali vue par sa fille, pa­ru en 2000.

est née le 30 dé­cembre 1977 à Mia­mi Beach en Flo­ride. À l’âge de 15 ans, elle com­mence à s’en­traî­ner à la boxe et an­nonce sa dé­ci­sion de de­ve­nir boxeuse à l’émis­sion de Diane Sawyer, Good Mor­ning Ame­ri­ca. Do­tée d’un fort tem­pé­ra­ment comme son père, elle attire les foules dans les salles et fait connaître la boxe féminine par la même oc­ca­sion.

Lai­la me­sure 1,78 m (5,10 pi) et pèse 75,3 kg (166 lb). Son pre­mier com­bat se dé­roule le 8 oc­tobre 1999 contre April Fow­ler qu’elle met KO au pre­mier round. Cham­pionne du monde poids su­per moyens WIBA, IWBF, IBA et WBC et des mi-lourds WIBA, elle mène 24 com­bats et rem­porte 24 vic­toires, dont 21 avant la li­mite.

Le 27 août 2000, elle se ma­rie avec Johnny «Ya­hya » Mc­clain qu’elle a ren­con­tré par l’en­tre­mise de sa soeur Ha­na au 57e anniversaire de son père. Il est de­ve­nu son agent spor­tif jus­qu’en 2005, an­née de leur di­vorce. Ils ont eu trois en­fants: les ju­meaux Ca­me­ron et Kel­ton (1995) et Lei­la­ni (1999). Le 23 juillet 2007, elle se re­ma­rie à l’an­cien joueur de la NFL, Cur­tis Con­way, avec qui elle a un fils en 2008, Cur­tis Mu­ham­mad Con­way Ju­nior, puis une fille en 2010. En 2008, elle de­vient la pré­sen­ta­trice du jeu té­lé­vi­sé Ame­ri­can Gla­dia­tors avec Hulk Ho­gan.

Le 19 no­vembre 1986, Mo­ha­med Ali épouse une amie d’en­fance, Yo­lan­da «Lon­nie» Williams. La cé­ré­mo­nie se dé­roule à son do­mi­cile de Louis­ville, où les deux fa­milles ont vé­cu l’une en face de l’autre pen­dant de nom­breuses an­nées. Lon­nie Ali dé­tient un bac­ca­lau­réat de l’uni­ver­si­té Van­der­bilt et une maî­trise en ad­mi­nis­tra­tion des af­faires de l’uni­ver­si­té de Ca­li­for­nie à Los An­geles (UCLA).

Une grande af­fec­tion unit le couple, qui est ma­rié de­puis 27 ans. Yo­lan­da a tou­jours sou­te­nu son ma­ri dans ses com­bats de boxe, mais aus­si contre le Par­kin­son du pu­gi­liste dont il souffre de­puis 1984. Elle a par­ti­ci­pé à de nom­breuses cam­pagnes de financement pour la ma­la­die de Par­kin­son et a long­temps sié­gé au con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion de la Fon­da­tion Mi­chael J. Fox, qui fi­nance la re­cherche sur cette ma­la­die. Lon­nie a éga­le­ment ai­dé à fon­der le Centre Mo­ham­mad Ali à Louis­ville, ou­vert en 2005.

Par ailleurs, en avril 2012, le pré­sident Ba­rack Obama a nom­mé Lon­nie Ali à la Com­mis­sion pré­si­den­tielle pour l’étude sur les ques­tions de bioé­thique. L’ob­jec­tif de cette com­mis­sion est de trou­ver et de pro­mou­voir des pra­tiques des­ti­nées à as­su­rer que la re­cherche scien­ti­fique, la pres­ta­tion des soins de santé et de l’in­no­va­tion tech­no­lo­gique soient me­nées de fa­çon éthique et res­pon­sable.

Leur fils adop­tif: Asaad Amin Ali

Le couple a adop­té un gar­çon, Asaad Amin Ali, né en 1991. Le jeune homme étu­die à l’uni­ver­si­té de Louis­ville où il fait par­tie de l’équipe de ba­se­ball. Il a été sé­lec­tion­né par l’équipe de Los An­geles, mais n’a pas vou­lu si­gner de contrat pro­fes­sion­nel. Asaad n’a pas en­core dé­ci­dé s’il fe­rait car­rière dans les sports ou non. Il au­rait ai­mé jouer au foot­ball, mais sa mère re­fuse qu’il se joigne à une équipe parce qu’elle trouve que c’est un sport trop violent.

À l’âge de dix ans, Asaad a ac­com­pa­gné son père sur le pla­teau du film Ali. Im­pres­sion­né de ren­con­trer Will Smith, il a pas­sé tout son temps à ques­tion­ner son fils, Trey, qui avait alors neuf ans, sur son cé­lèbre père. Il se sou­vient en­core de lui avoir de­man­dé ce que ça lui fai­sait d’être le fils de l’ac­teur, car lui-même se fai­sait sou­vent po­ser cette question au su­jet de Mo­ha­med Ali. Les ru­meurs veulent qu’il fré­quente La­cey Ju­rich, qui étu­die, elle aus­si, à l’uni­ver­si­té de Louis­ville. Elle est la fille du di­rec­teur ath­lé­tique de l’uni­ver­si­té, Tom Ju­rich, et joue dans l’équipe de ho­ckey féminine. ¢

Ils passent de­vant l’au­tel à l’été 1977. Sa troi­sième épouse est une ac­trice amé­ri­caine qui tente de faire sa place à Hol­ly­wood. Ve­ro­ni­ca n’a que 18 ans quand elle ren­contre le boxeur. Avec Ve­ro­ni­ca, Ali connaî­tra à nou­veau les joies de la pa­ter­ni­té.

Sa troi­sième épouse: Ve­ro­ni­ca Porsche An­der­son

Le boxeur a une conférence de presse, mais au­cune gar­dienne pour sa pe­tite Ha­na. Qu’im­porte, il peut tout faire à la fois! Mo­ment de ten­dresse avec Ha­na et Lai­la. Un père plein d’amour pour sa pe­tite Lai­la.

Sa fille Ha­na, dans le film bio­gra­phique I Am Ali. Il a deux filles avec Ve­ro­ni­ca Cham­pion du monde, mais un pa­pa très im­pli­qué pour sa mar­maille.

Lai­la don­ne­ra trois pe­tits-en­fants à Mo­ha­med Ali. Lai­la a sui­vi les traces de son cé­lèbre père en de­ve­nant boxeuse. Elle a du chien!

Après trois échecs, Ali prend pour épouse une amie d’en­fance, Yo­lan­da.

Avec Yo­lan­da, c’est une belle his­toire d’amour et d’ami­tié.

Yo­lan­da Williams se­ra à ses cô­tés dans son com­bat contre le Par­kin­son. Sa qua­trième et der­nière épouse: Yo­lan­da Williams Une épouse fi­dèle sur qui il peut comp­ter dans les bons comme les moins bons jours.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.