Elle marque une page de l’his­toire

Vic­toire his­to­rique pour les femmes Dé­si­gnée comme can­di­date des dé­mo­crates dans la course à la Mai­son-blanche, Hilla­ry Clin­ton marque une page im­por­tante dans l’his­toire des États-unis, en de­ve­nant la pre­mière femme à ac­cé­der à ce rang po­li­tique. ››››››

Biographies Collection - - Vie Privée -

Si les droits des femmes ont gran­de­ment évo­lué ces der­nières dé­cen­nies, il reste néan­moins plu­sieurs as­pects à amé­lio­rer, en po­li­tique no­tam­ment, un do­maine où les hommes sont en­core ma­jo­ri­taires. Aux États-unis, ja­mais une femme n’avait bri­gué l’in­ves­ti­ture d’un grand par­ti po­li­tique. En deve- nant cette pre­mière femme à re­pré­sen­ter le par­ti dé­mo­crate à la pré­si­den­tielle de no­vembre, Hilla­ry marque ain­si notre his­toire d’une pierre blanche. « Grâce à vous, nous avons fran­chi une étape im­por­tante. C’est la pre­mière fois dans l’his­toire de notre pays qu’une femme est in­ves­tie par l’un des grands

par­tis. (…) La vic­toire de ce soir n’est pas celle d’une per­sonne; elle ap­par­tient à une gé­né­ra­tion de femmes et d’hommes qui se sont bat­tus et se sont sa­cri­fiés et qui ont ren­du pos­sible ce mo­ment» , a-t-elle dé­cla­ré de­vant ses par­ti­sans, le 7 juin der­nier.

Hilla­ry Clin­ton est cons­ciente qu’avec cette vic­toire, elle fait avan­cer la cause des femmes et se plaît d’ailleurs à quelques re­prises à in­sé­rer des clins d’oeil fé­mi­nistes dans ses dis­cours. « Si des pe­tites filles sont res­tées de­bout ce soir pour re­gar­der, je vou­drais leur dire que je de­vien­drai peut-être la pre­mière femme pré­si­dente, mais que l’une d’entre vous se­ra la pro­chaine» , a-t-elle lan­cé. Le­na Dun­ham, Me­ryl Streep et Ka­ty Per­ry font par­tie des nom­breuses per­son­na­li­tés qui sou­tiennent Hilla­ry Clin­ton dans cette course à l’in­ves­ti­ture pré­si­den­tielle. Bien évi­dem­ment, la can­di­date dé­mo­crate n’a pas eu le meilleur ad­ver­saire pour l’ap­puyer dans l’avan­ce­ment de la pa­ri­té hommes-femmes. Do­nald Trump, connu pour ses propos sexistes, a en­chaî­né les dé­cla­ra­tions dis­cri­mi­na­toires, comme celle où il a af­fir­mé que la gros­sesse d’une em­ployée était un «désa­gré­ment» pour un em­ployeur. «M. Trump, en no­vembre, les femmes se­ront plus qu’un désa­gré­ment. Les femmes se­ront la rai­son pour la­quelle vous n’avez pas été élu pré­sident» ,a dé­cla­ré Ce­cile Ri­chards, pré­si­dente du ré­seau de pla­ni­fi­ca­tion fa­mi­liale Plan­ned Pa­ren­thood.

Le pre­mier First Gent­le­man

Ma­ri d’hilla­ry Clin­ton, Bill Clin­ton, le 42e pré­sident des États-unis as­su­me­rait donc le sta­tut de First Gent­le­man. Ce titre se­rait at­tri­bué pour la pre­mière fois à un homme si la can­di­date du par­ti dé­mo­crate ve­nait à rem­por­ter les élec­tions de no­vembre. Fier de son épouse, l’an­cien pré­sident a d’ailleurs été émou­vant et drôle dans son dis­cours du 26 juillet, lors­qu’il a pré­sen­té sa femme et mon­tré au monde en­tier ce qu’elle avait à of­frir au peuple amé­ri­cain. « Choi­sis­sez n’im­porte quel pro­blème, met­tez Hilla­ry sur l’af­faire et re­ve­nez un mois après: elle au­ra trou­vé le moyen pour que les choses aillent mieux. (…) Cette femme n’a ja­mais été sa­tis­faite du sta­tu quo, dans quoi que ce soit. Elle a tou­jours vou­lu faire pro­gres­ser les choses. Elle est comme ça» , a-t-il lan­cé pour dé­mon­trer qu’elle est la meilleure per­sonne pour gou­ver­ner le pays. ¢

C’est la pre­mière fois qu’une femme est in­ves­tie par l’un des grands par­tis amé­ri­cains. Sa fa­mille était à ses cô­tés lors de la conven­tion dé­mo­crate. Ba­rack Oba­ma, l’un de ses ad­ver­saires dé­mo­crates par le pas­sé, était éga­le­ment pré­sent pour la sou­te­nir l

Fier de sa femme, Bill Clin­ton pour­rait de­ve­nir le pre­mier des États-unis. Face à des propos sexistes

Le jeune couple, en 1979.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.