La vie pri­vée de Fi­del gar­dée se­crète

Fi­del, n’était pas un cou­reur de ju­pons avant son premier ma­riage, loin de là. Il était très ti­mide et même crain­tif avec les jeunes femmes.

Biographies Collection - - Vie Intime -

UUn ami de Fi­del à l’époque se sou­vient que, lors­qu’une fille lui adres­sait la pa­role, Fi­del rou­gis­sait et par­fois bé­gayait une ex­cuse pour sor­tir de la pièce. Il pou­vait par­fois s’en­flam­mer et pro­non­cer de longs mo­no­logues de­vant une as­sem­blée mixte si le su­jet tou­chait la po­li­tique ou la ré­vo­lu­tion, mais de­vant une femme, Fi­del fi­geait. On ne lui connaît au­cune liai­son avant sa ren­contre avec celle qu’il al­lait épou­ser. Fi­del était dans la ving­taine et pu­ceau.

La fa­mille Diaz Ba­lart est de la même classe so­ciale que les Cas­tro. En plus d’être pro­prié­taire ter­rien, la fa­mille est très proche du dic­ta­teur Ba­tis­ta. Le pa­ter fa­mi­lias est le maire de la ville et Ra­fael, son fils aî­né, est un ami in­time de Fi­del. Ce der­nier lui pré­sente sa soeur Mir­ta. Pour elle c’est le coup de foudre et mal­gré l’op­po­si­tion de sa fa­mille, Mir­ta va pour­suivre Fi­del jus­qu’à ce que le grand ti­mide l’épouse le 12 oc­tobre 1948.

Comme ca­deau de ma­riage, mal­gré sa désap­pro­ba­tion, le père de Mir­ta paie pour leur voyage de noces aux Etats-unis. Au re­tour, après 3 mois, Mir­ta est en­ceinte du fu­tur Fi­de­li­to. Mais le ma­riage ne va pas as­sa­gir le ré­vo­lu-

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.