Pays en­det­tés

Cas­tro: porte-pa­role des du tiers monde

Biographies Collection - - Porte-Parole -

EEn 1984, les re­la­tions re­plongent au plus bas. Les États-unis et Cu­ba, de peine et de mi­sère, en étaient ve­nus à un ac­cord sur l’émi­gra­tion entre les deux pays. Fi­del ac­cepte de ra­pa­trier 3 000 dé­lin­quants ar­ri­vés aux États-unis tan­dis que ces der­niers s’en­gagent à four­nir 20 000 vi­sas par an­née à des Cu­bains ayant des proches sur le ter­ri­toire amé­ri­cain. L’ac­cord ne se­ra pas res­pec­té par les Amé­ri­cains qui ne dé­livrent ja­mais plus de 2 000 vi­sas par an.

Avec l’ar­ri­vée de Gor­bat­chev au pou­voir en 1985, les re­la­tions entre Cu­ba et L’URSS se dé­té­rio- blit ses re­la­tions di­plo­ma­tiques avec le Bré­sil et l’uru­guay, met­tant fin à l’iso­le­ment de Cu­ba en Amé­rique la­tine. En 1985, Cas­tro se fait le por­te­pa­role des pays en­det­tés du tiers-monde en pro­po­sant

Nel­son Man­de­la vi­site Fi­del

un mo­ra­toire de dix à vingt ans sur le rem­bour­se­ment de leurs dettes.

Au mois de fé­vrier 1986, lors du troi­sième Con­grès du Par­ti com­mu­niste, c’est le lan­ce­ment de ce que Fi­del ap­pelle «le pro­ces­sus de rec­ti­fi­ca­tion des er­reurs et ten­dances né­ga­tives» . Les idées de Gue­va­ra re­viennent au goût du jour, no­tam­ment sa condam­na­tion du gas­pillage. On tente alors de di­mi­nuer le coût du tra­vail. Le sec­teur pri­vé est ré­duit et les mar­chés agri­coles libres, ac­cu­sés de cor­rup­tion et de gains illi­cites, sont in­ter­dits. Mal­heu­reu­se­ment, ce pro­ces­sus de rec­ti­fi­ca­tion se solde par un échec, ce qui n’em­pêche pas Fi­del de s’ou­vrir sur l’ex­té­rieur en ten­tant d’at­ti­rer les ca­pi­taux étran­gers tout en dé­ve­lop­pant le tou­risme. Dès jan­vier 1987, c’est l’adop­tion de me­sures d’aus­té­ri­té des­ti­nées à li­mi­ter la consom­ma­tion, no­tam­ment celle de l’éner­gie.

Cette même an­née et, en­core une fois en 1988, les États-unis ré­clament à L’ONU une condam­na­tion de Cu­ba pour vio­la­tions des droits de l’homme, mais la no­tion n’est pas vo­tée, no­tam­ment en rai­son du re­fus des pays la­ti­no-amé­ri­cains. En re­vanche, Cu­ba se­ra condam­née en 1990 grâce au sou­tien qu’ap­portent à la mo­tion les pays d’eu­rope de l’est dé­bar­ras­sés de leurs ré­gimes com­mu­nistes. Mais Fi­del Cas­tro dé­fi­nit les droits de l’homme comme le droit à l’édu­ca­tion, à l’ali­men­ta­tion, à la san­té, à l’éga­li­té des chances et à la non- dis­cri­mi­na­tion.

En 1988, plus de trente pays d’afrique et du Moyen- Orient re­çoivent de l’aide de Cu­ba qui leur en­voie mé­de­cins, en­sei­gnants et tech­ni­ciens de

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.