Lé­gende Sa­viez-vous que?

›››››› Les pu­ri­tains cho­qués par les mou­ve­ments sug­ges­tifs d’el­vis sur scène cherchent à le faire in­ter­dire dans leurs villes. Cer­tains de ses concerts sont an­nu­lés et ses disques, brû­lés en pu­blic. Un soir, en Flo­ride, alors que l’idole s’ap­prête à se pr

Biographies Collection - - Elvismania -

Les en­re­gis­tre­ments, les hits ( Blue Suede Shoes, I Got A Wo­man, etc.), les tour­nées de spec­tacles, les in­ter­views à la ra­dio et les ap­pa­ri­tions à la té­lé s’en­chaînent. «Tout ar­rive tel­le­ment vite. Cer­taines nuits, je n’ar­rive pas à dor­mir tel­le­ment la si­tua­tion m’ef­fraie» , dé­clare El­vis au jour­na­liste Fred Dan­zing. Après un show à Jack­son­ville en Flo­ride, tout le monde est épui­sé et El­vis s’ef­fondre. À l’hô­pi­tal, le mé­de­cin lui pres­crit du re­pos et l’aver­tit du dan­ger qu’il court s’il ne ra­len­tit pas sa course contre la montre. «Vous faites en 20 mi­nutes ce qu’un ou­vrier nor­mal fait en huit heures de tra­vail» , lui dit-il. Mais les fans le ré­clament et El­vis re­tourne dans le tour­billon de la gloire.

Le ci­né­ma, oui, mais à condi­tion de chan­ter!

El­vis tourne son pre­mier film, Love Me Ten­der, dans le­quel il chante la bal­lade titre par­lant de la guerre ci­vile. À la fin, son per­son­nage, Clint Re­no, meurt en di­sant «Tout va s’ar­ran­ger» , ce qui fait pleu­rer sa douce ma­man. Le chan­teur rêve à pré­sent de de­ve­nir un bon ac­teur de ci­né­ma comme James Dean, mais les stu­dios in­sistent pour qu’il chante dans ses films, ce qui ne lui plaît pas du tout. Le Co­lo­nel, lui, en­tend dé­jà la caisse en­re­gis­treuse qui en­grange les re­cettes des ventes de billets de ci­né­ma, de disques et de tous les pro­duits pro­mo­tion­nels! Pour l’heure, il faut aug­men­ter le ni­veau «d’ex­po­sure» de son pro­té­gé via la té­lé: le Mil­ton Berle Show, le show des frères Dor­sey, ce­lui de Steve Al­len et, sur­tout, le Ed Sul­li­van Show (trois pas­sages qui rap­portent 50 000 $). Ob­sé­dé par ses che­veux, de châ­tain, El­vis les teint en noir jet black.

Son in­ter­pré­ta­tion de Hound Dog fait tré­pi­gner la salle en­tière. Pour les 54 mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs, les ca­mé­ra­mans avaient re­çu l’ordre de ne mon­trer le chan­teur que de la taille en mon­tant… Et quand il in­ter­prète Love Me Ten­der et Heart­break Ho­tel, avec ten­dresse et sin­cé­ri­té, il touche le coeur des ma­mans au foyer…

Séance pho­to of­fi­cielle pour le film

El­vis ne vou­lait pas chan­ter dans ses films.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.