Sa­viez-vous que?

Vous pen­siez tout connaître de la vie du King? Voi­ci quelques in­for­ma­tions sup­plé­men­taires qui vous sont peut-être in­con­nues.

Biographies Collection - - Anecdotes -

El­vis me­su­rait 6 pi (1 m 84), il avait comme ca­rac­té­ris­tiques sa lèvre our­lée, ses che­veux noirs go­mi­nés et ses fa­vo­ris.

En dé­bar­quant en Amé­rique en 1965, les Beatles ne vou­laient ren­con­trer qu’une seule per­sonne: El­vis. Le King les a re­çus dans sa mai­son de Bel-air en Ca­li­for­nie et, se­lon Len­non, ils ont pas­sé une soi­rée mé­mo­rable à par­ler, à rire et à chan­ter. Après avoir as­sis­té à l’un de ses concerts, Li­be­race lui a sug­gé­ré des cos­tumes de scène plus voyants. El­vis a sui­vi son conseil et est de­ve­nu ré­pu­té pour ses vestes en la­mé or et ses jump­suits cou­verts de brillants. Il ré­ser­va tou­jours, par la suite, une place au pre­mier rang pour Li­be­race.

El­vis avait en­vi­ron 5 mil­lions de dol­lars dans son compte de banque au mo­ment de sa mort.

Il a été l’un des rares ar­tistes du rock et du blues à avoir son por­trait sur les timbres pos­taux (29 cents) en 1993, et à être in­tro­ni­sé au Temple de la re­nom­mée du rock’n’roll et au Pan­théon de la mu­sique coun­try (1998). Les autres sont Hank Williams, Tam­my Wy­nette et John­ny Cash.

Il a été De­pu­ty She­riff (shé­rif ad­joint) dans le com­té de Shel­by (Ten­nes­see).

Ses sports fa­vo­ris étaient le rac­quet­ball et le foot­ball (dont il re­gar­dait tous les matchs sur trois té­lé­vi­seurs).

Il s’est éva­noui d’épui­se­ment après l’en­re­gis­tre­ment de If I Can Dream. Il souf­frait d’in­som­nie chro­nique.

Il a fait par­tie de l’équipe de boxe à la Humes High School. Plus tard, il en­voya

«El­vis était un homme com­plexe, plein de contra­dic­tions. Il pou­vait pas­ser une soi­rée à phi­lo­so­pher et re­gar­der en­suite des films d’hor­reur.» – Pris­cil­la Beau­lieu Pres­ley

un pei­gnoir de sa­tin à Mo­ha­med Ali avec l’ins­crip­tion « Cham­pion du peuple».

Au mi­lieu des an­nées 1970, El­vis a su­bi deux lif­tings du vi­sage et une chi­rur­gie au nez. Lin­da Thomp­son, la femme qui a le plus comp­té dans sa vie après Pris­cil­la, l’ac­com­pa­gnait à l’hô­pi­tal.

La chan­son Heart­break Ho­tel est ins­pi­rée d’une lettre de sui­cide trou­vée dans une chambre d’hô­tel de Flo­ride.

Au cours de l’an­née de sa mort (1977), son mé­de­cin et ami, le Dr George Cons­tan­tine Ni­cho­pou­los (sur­nom­mé Dr Nick), lui avait pres­crit plu­sieurs pi­lules d’am­phé­ta­mines, bar­bi­tu­riques, nar­co­tiques, tran­quilli­sants, som­ni­fères, hor­mones et laxa­tifs…

Gra­ce­land est la ré­si­dence la plus vi­si­tée après la Mai­son-blanche.

El­vis était un grand col­lec­tion­neur d’armes à feu et de badges.

Son an­cien amour Ann-mar­gret, James Brown et l’ac­teur George Ha­mil­ton sont les seules cé­lé­bri­tés qui ont as­sis­té à ses fu­né­railles.

Le ma­ga­zine Q l’a élu «le meilleur chan­teur de tous les temps».

Ses idoles au grand écran étaient Mar­lon Bran­do et James Dean (un gé­nie à ses yeux).

En 1960, il était cein­ture noire en ka­ra­té.

El­vis était très fier de ses ra­cines Che­ro­kee, écos­saise et al­le­mande (Press­ler).

Il a su­bi des chi­rur­gies au vi­sage.

El­vis, qui avait les af­fron­te­ments en hor­reur, a plu­sieurs fois vou­lu congé­dier le Co­lo­nel Par­ker (et son éter­nel ci­gare), mais en a été in­ca­pable.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.