40 ans plus et tard... tou­jours vi­vant!

Que reste-t-il d’el­vis? Même s’il n’est plus des nôtres, l’âme d’el­vis conti­nue de ré­gner à Gra­ce­land. Voi­ci ce qu’il nous ré­serve en­core au­jourd’hui, plus de quatre dé­cen­nies après son dé­cès.

Biographies Collection - - Héritage -

Bien que l’an­née 2017 marque le 40e an­ni­ver­saire de la mort d’el­vis, ce der­nier de­meure éter­nel dans l’es­prit des gens. Cette lé­gende du rock a tou­jours au­tant de fans et ses disques se vendent en­core comme des pe­tits pains chauds. Au to­tal, ce sont des mil­lions d’al­bums qui ont été ven­dus de­puis sa dis­pa­ri­tion, et son do­maine de Mem­phis a ac­cueilli près de 20 mil­lions de vi­si­teurs, rien de moins.

Sur ses traces à Gra­ce­land

Les fans d’el­vis trouvent leur compte en vi­si­tant le do­maine de leur idole, bien sûr, mais aus­si les dif­fé­rents mu­sées et ex­po­si­tions qui ont été créés en son hon­neur et qui sont si­tués dans un com­plexe juste à cô­té. Voi­ci quelques-uns des in­con­tour­nables pour en­trer dans l’uni­vers du King.

Le mu­sée de la car­rière d’el­vis: Des cen­taines d’ob­jets pro­ve­nant des ar­chives de Gra­ce­land y sont ex­po­sés, no­tam­ment la splen­dide col­lec­tion de disques d’or et de pla­tine d’el­vis et des sou­ve­nirs de ses films cultes. Il s’agit du mu­sée le plus com­plet sur le chan­teur à tra­vers le monde.

Son do­maine de Mem­phis a ac­cueilli près de 20 mil­lions de vi­si­teurs.

Le mu­sée des voi­tures et des mo­tos de

Pres­ley: On peut y ad­mi­rer une col­lec­tion réunis­sant plus de 20 voi­tures et mo­tos d’el­vis, y com­pris sa fa­meuse Ca­dillac rose.

Les ex­po­si­tions thé­ma­tiques: De nom­breuses ex­po­si­tions thé­ma­tiques sur le par­cours d’el­vis sont éga­le­ment pro­po­sées, dont celle sur ce­lui qui l’a dé­cou­vert en pre­mier lieu, Sam Phil­lips, ou celle por­tant sur Tu­pe­lo, ville où le King a pas­sé son en­fance. On peut aus­si en ap­prendre da­van­tage sur ses an­nées en tant que sol­dat, voir sa col­lec­tion de vê­te­ments ou écou­ter ses films sur grand écran. De plus, il est pos­sible de mon­ter à bord des avions per­son­na­li­sés d’el­vis, dont le cé­lèbre Li­sa Ma­rie, qui com­prend un sé­jour, une salle de réunion, un sa­lon et une chambre pri­vée.

Plus de dé­tails sur les causes de son dé­cès

Il y a quelques an­nées, plus pré­ci­sé­ment en 2014, d’autres ré­vé­la­tions ont fait sur­face sur la mort du King, dont celles d’une ano­ma­lie gé­né­tique.

Se­lon l’émis­sion Dead Fa­mous DNA, c’est la gé­né­tique d’el­vis Pres­ley plu­tôt que son train de vie mou­ve­men­té qui au­rait en­traî­né son dé­cès. En ef­fet, cette émis­sion, re­con­nue pour avoir ten­té d’ana­ly­ser L’ADN de nom­breuses per­son­na­li­tés ayant mar­qué l’his­toire, au­rait étu­dié un échan­tillon des che­veux du King, four­ni par un ami du coif­feur qui s’oc­cu­pait de lui. Les che­veux au­raient ré­vé­lé des ano­ma­lies gé­né­tiques, dont des mu­ta­tions qui se­raient à l’ori­gine de mi­graines, de glau­come et d’obé­si­té. On au­rait éga­le­ment dé­ce­lé une mu­ta­tion pou­vant cau­ser une car­dio­myo­pa­thie hy­per­tro­phique ou, plus con­crè­te­ment, une ma­la­die du muscle car­diaque. Si on sait que le chan­teur, qui a été re­trou­vé in­ani­mé dans sa salle de bain, est dé­cé­dé d’une in­suf­fi­sance car­diaque et qu’il avait un pouls ir­ré­gu­lier, on ne connaît pas vé­ri­ta­ble­ment les causes de sa ma­la­die. C’est pour­quoi l’émis­sion té­lé­vi­sée amé­ri­caine a vou­lu se pen­cher sur L’ADN d’el­vis. Or, plu­sieurs res­tent scep­tiques et mettent sur­tout en cause la prise de poids et de mé­di­ca­ments du chan­teur, puis­qu’il n’avait au­cune li­mite en ma­tière de nour­ri­ture et de drogues, entre autres (l’au­top­sie a d’ailleurs ré­vé­lé qu’il y avait 14 mé­di­ca­ments dans son sang au mo­ment du dé­cès). Un membre de son en­tou­rage a d’ailleurs avan­cé ces pro­pos pour ex­pli­quer la faus­se­té de la thèse de L’ADN. «El­vis n’avait au­cune li­mite. Ni pro­fes­sion­nelle, ni fi­nan­cière. Quant à son mé­de­cin, c’était l’un de ses co­pains. Il avait, par ailleurs, de gros pro­blèmes de dé­pen­dance à la drogue. En somme, il avait 10 000 rai­sons de mou­rir, avec ou sans pro­blèmes D’ADN» , peut-on lire dans Le Fi­ga­ro.

Est-il bien mort?

De­puis son dé­cès en 1977, plu­sieurs fans et «spé­cia­listes» tentent d’éclair­cir la mort du King en ré­vé­lant, entre autres, que ce der­nier n’est pas réel­le­ment dé­cé­dé. Cer­tains disent qu’il est al­lé re­joindre d’autres lé­gendes de l’in­dus­trie du spec­tacle sur une île dé­serte, telles que 2Pac, Ma­ri­lyn Mon­roe et Kurt Co­bain, afin d’y vivre en toute tran­quilli­té et de fuir son mode de vie trop drai­nant.

D’autres per­sonnes af­firment tou­te­fois qu’il se­rait en­core en vie et vi­vrait non loin de Mem­phis, puis­qu’elles l’au­raient aper­çu sur de mul­tiples pho­to­gra­phies. On le confond ré­gu­liè­re­ment avec un homme âgé, qui au­rait la même car­rure de vi­sage. Fi­na­le­ment, cer­taines ru­meurs avancent qu’el­vis ne sup­por­tait plus la cé­lé­bri­té et que tous les évé­ne­ments en­tou­rant sa mort n’étaient qu’une co­mé­die; il se­rait au­jourd’hui âgé de 82 ans et son tom­beau de Gra­ce­land se­rait en réa­li­té… vide.

D’autres théo­ries poussent la ru­meur en­core plus loin pré­ten­dant que l’homme âgé que l’on voit sur les images ne se­rait nul autre que Jesse, son frère ju­meau dé­cé­dé à la nais­sance. Or, rien n’a été prou­vé concer­nant l’homme en ques­tion et ce­la n’est res­té qu’au stade de ru­meurs.

De re­tour au pe­tit écran

Une mi­ni­sé­rie sur El­vis Pres­ley se­rait en pré­pa­ra­tion et se­rait tour­née sur sa pro­prié­té de Gra­ce­land. Une pre­mière dans l’his­toire du King, car s’il y a dé­jà eu quelques pro­duc­tions té­lé­vi­suelles et ci­né­ma­to­gra­phiques re­la­tant son par­cours, au­cun pro­duc­teur n’avait pu tour­ner dans la ré­si­dence de l’in­ter­prète de Love Me Ten­der. Les frères Wein­stein ont né­go­cié avec les hé­ri­tiers du chan­teur pour avoir un ac­cès pri­vi­lé­gié à Gra­ce­land et au ca­ta­logue mu­si­cal d’el­vis.

Pour le mo­ment, ce qu’on sait de la mi­ni­sé­rie, c’est qu’elle com­pren­dra de 8 à 10 épi­sodes et of­fri­ra un ac­cès unique à l’uni­vers d’el­vis, puisque les vê­te­ments et les voi­tures lui ayant ap­par­te­nu se­ront uti­li­sés pour les be­soins du tour­nage. De plus, la veuve du chan­teur, Pris­cil­la Pres­ley, par­ti­ci­pe­ra à la pro­duc­tion en tant que co­pro­duc­trice. «Je suis ra­vie d’avoir l’oc­ca­sion de tra­vailler sur cette sé­rie pour ra­con­ter la fa­çon dont El­vis a chan­gé la culture de la mu­sique» , at-elle fait sa­voir dans un com­mu­ni­qué.

Fait in­té­res­sant: même s’il n’est plus de ce monde, El­vis Pres­ley compte près de 14 mil­lions de fans sur les ré­seaux so­ciaux.

El­vis de­meure éter­nel dans l’es­prit des gens, même 40 ans après son dé­cès.

Plu­sieurs mu­sées sont à la dis­po­si­tion des fans du chan­teur, dont ce­lui où on peut voir ses nom­breux cos­tumes de scène.

La salle de billard était la pré­fé­rée du King, qui s’y re­ti­rait pour avoir un mo­ment de ré­pit.

Les vi­si­teurs peuvent se re­cueillir près des tom­beaux d’el­vis et de sa fa­mille, qui re­posent tous à Gra­ce­land.

De­puis sa dis­pa­ri­tion, ce sont des mil­lions d’al­bums qui ont été écou­lés.

En voyant cet homme âgé lors d’une cé­ré­mo­nie en l’hon­neur d’el­vis, cer­taines per­sonnes ont cru qu’il s’agis­sait bien du roi du rock’n’roll. Il n’en fal­lait pas plus pour que la pho­to soit dif­fu­sée à tra­vers le monde.

Les frères Wein­stein pré­parent une mi­ni­sé­rie qui se­ra tour­née à Gra­ce­land, une pre­mière dans l’his­toire.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.