Ma­ria­na Maz­za: telle quelle

Comme un livre ou­vert Qu’on l’aime pas, ou qu’on ne l’aime ne laisse Ma­ria­na Maz­za Sen­sible, per­sonne in­dif­fé­rent. elle est comme franche et di­recte, qui fonce une boule d’énergie peu im­porte droit de­vant, sur ce qui se trouve son pas­sage.

Biographies Collection - - Sommaire -

Du haut de ses 27 ans, Ma­ria­na Maz­za peut dé­jà se tar­guer d’avoir un par­cours pro­fes­sion­nel im­pres­sion­nant et de jouer sur tous les fronts. C’est qu’en plus d’être hu­mo­riste et d’avoir lan­cé son pre­mier one wo­man show ( Femme ta gueule), l’au­to­di­dacte est aus­si au­teure, co­mé­dienne (on a pu la voir dans Les pê­cheurs et elle fait par­tie de la dis­tri­bu­tion de Bon Cop Bad Cop 2 et De père en flic 2) et ani­ma­trice (elle par­ti­cipe entre autres aux émis­sions Code F. et Pa­pa­ra­gilles)! Mul­ti­cul­tu­relle

Bien qu’elle soit née au Qué­bec et qu’elle ait gran­di près des bou­le­vards Hen­riBou­ras­sa et PIE-IX à Mon­tréal-nord, où elle dit s’être bâ­ti «une ca­ra­pace» , Ma­ria­na pos­sède un im­pres­sion­nant ba­gage cultu­rel: sa mère est li­ba­naise et son père uru­guayen, ses grand­spa­rents sont ita­liens et bré­si­liens, et son beau-père est qué­bé­cois! Toutes ces ori­gines dif­fé­rentes ont sans contre­dit for­gé celle qu’elle est au­jourd’hui.

FEMME de ca­rac­tère

Alors qu’elle se fai­sait trai­ter de gar­çon man­qué quand elle était pe­tite – elle spé­ci­fie d’ailleurs dans son spec­tacle n’avoir «rien de man­qué» et être «plus réus­sie qu’un bon nombre de gars» –, Ma­ria­na est au­jourd’hui une femme as­su­mée et vo­lu­bile qui n’a pas honte de dire qu’elle consulte une psy­cho­logue – une Juive an­glo­phone de 90 ans – pour mieux se re­mettre en

ques­tion. «Il le faut, parce que c’est pas nor­mal ce que je vis pré­sen­te­ment» ,a

af­fir­mé l’ar­tiste au ma­ga­zine Châ­te­laine, en fai­sant ré­fé­rence à son as­cen­sion profes

sion­nelle in­croya­ble­ment ra­pide. «Je suis hu­maine, je reste une femme en de­ve­nir, j’ai 26 ans et les hor­mones dans le ta­pis, je veux tout faire et rien faire en même temps, je chiale sur tout et j’ac­cepte tout, a confié la per­fec­tion­niste. C’est très contra­dic­toire ma vie en ce mo­ment.»

des dé­buts Fra­cas­sants

Ma­ria­na Maz­za étu­diait en com­mu­ni­ca­tion à l’uni­ver­si­té quand, à l’été 2011, alors qu’elle tra­vaillait comme ani­ma­trice de rue au Fes­ti­val Juste pour rire, elle a eu une ré­vé­la­tion et a dé­ci­dé de quit­ter l’école pour ten­ter sa chance en hu­mour. Son meilleur coup à vie, se­lon

Sou­ve­nirs d’en­fance pu­bliés sur Ins­ta­gram. On craque! Au su­jet de Ka­rine Va­nasse, elle dit: «Elle, c’est mon amie pis cr*** que je l’aime et que je suis fière d’elle.» Tout le monde a un faible pour la pé­tillante Ma­ria­na. On la voit ici avec ses col­lègues de jeu dans Bon Cop Bad Cop 2.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.