LE PO­LY­AMOUR OU LES AMOURS PLU­RIELLES: AI­MER SANS COMP­TER

Coquine - - TENDANCES ACTUALITÉ - PAR AN­NA­BELLE JOLICOEUR

VOUS EST-IL DÉ­JÀ AR­RI­VÉ D’AI­MER DEUX PER­SONNES (OU PLUS) À LA FOIS ET DE NE PAS SA­VOIR LA­QUELLE CHOI­SIR? SI OUI, VOUS ÊTES PEUT-ÊTRE UNE POLYAMOUREUSE QUI S’IGNORE. UNE QUOI? UNE POLYAMOUREUSE EST UNE FEMME QUI EN­TRE­TIENT PLUS D’UNE RE­LA­TION AMOU­REUSE CONSENTANTE À LA FOIS.

POUR­QUOI CHOI­SIR?

Vous con­nais­sez sans doute l’ex­pres­sion entre les deux, mon coeur ba­lance, si­gni­fiant que quel­qu’un a du mal à faire un choix entre deux ob­jets ou deux par­te­naires. Si la so­cié­té – et les co­mé­dies ro­man­tiques! – nous ont ap­pris qu’il faut ab­so­lu­ment choi­sir une seule et unique per­sonne à ai­mer, les po­ly­amou­reux croient plu­tôt qu’on doit écou­ter son coeur. Se­lon eux, la for­mule ha­bi­tuelle du couple (un homme + une femme = amour) n’est pas ma­gique, au sens où elle ne fonc­tionne pas pour tout le monde.

Les po­ly­amou­reux es­timent que les re­la­tions peuvent sor­tir du moule tra­di­tion­nel (hé­té­ro­sexuel et mo­no­game) et prendre dif­fé­rentes formes. Par­mi eux, cer­tains passent du couple au «trouple», c’est-à-dire qu’ils vivent une his­toire d’amour à trois. D’autres en­tre­tiennent des re­la­tions en pa­ral­lèle. Il ar­rive par exemple qu’une polyamoureuse ait deux par­te­naires (ou plus) qui ne se fré­quentent pas entre eux.

LA FI­DÉ­LI­TÉ RÉIN­VEN­TÉE

«Vous êtes des échan­gistes?» Voi­là la ques­tion la plus sou­vent po­sée aux po­ly­amou­reux. Et la ré­ponse est non, puisque ces der­niers, comme leur nom l’in­dique d’ailleurs, vivent plus d’une his­toire d’amour à la fois. Les échan­gistes, quant à eux, ne sont pas in­té­res­sés par des amours plu­rielles, mais bien par de la sexua­li­té en de­hors de leur re­la­tion de couple mo­no­game.

Une autre ques­tion qui re­vient sou­vent est la sui­vante: «Com­ment faites-vous pour ac­cep­ter l’in­fi­dé­li­té de votre conjoint?» Il faut no­ter que, pour les po­ly­amou­reux, le concept de fi­dé­li­té est dif­fé­rent. Il leur pa­raît tout à fait ac­cep­table que leur par­te­naire fré­quente une autre per­sonne s’il y a une en­tente éta­blie entre eux au préa­lable. Le po­ly­amour n’est donc pas un monde sans loi où tout le monde fré­quente n’im­porte qui, n’im­porte quand. Au­tre­ment dit, leur re­la­tion est axée sur la trans­pa­rence et le consen­te­ment.

TÉ­MOI­GNAGES

À DEUX, C’EST MIEUX

Ne de­vient pas po­ly­amou­reux qui veut. C’est ce qu’a réa­li­sé Ma­ryse quand elle a ren­con­tré Jo­na­than. Ce der­nier avait tout de l’homme idéal, à un dé­tail près: il était po­ly­amou­reux et dé­jà en re­la­tion avec une femme! Qu’à ce­la ne tienne, Ma­ryse a ten­té l’ex­pé­rience pour la pre­mière (et der­nière!) fois et a ac­cep­té de de­ve­nir la deuxième par­te­naire de Jo­na­than. Le pro­blème, c’est que la si­tua­tion ren­dait la jeune femme tel­le­ment ja­louse qu’elle a com­men­cé à faire de l’ec­zé­ma. «Mon corps me parle!», a-t-elle conclu avant de mettre fin à la re­la­tion. Mais ras­su­rez-vous, cette his­toire se ter­mine bien pour Ma­ryse, puis­qu’elle est au­jourd’hui par­fai­te­ment com­blée en amour (dans un couple mo­no­game, ce­la va sans dire).

ILS ET ELLE VÉCURENT HEU­REUX

Da­mien et Li­sa for­maient un couple ty­pique (mo­no­game et hé­té­ro­sexuel) jus­qu’à ce que cette der­nière tombe amou­reuse de leur co­lo­ca­taire, Alex. Quand elle a par­lé de ses sen­ti­ments à son par­te­naire, ce­lui-ci a bien ré­agi, à sa grande sur­prise. Il l’a même en­cou­ra­gée à dé­ve­lop­per une re­la­tion en pa­ral­lèle avec Alex tout en conti­nuant à être avec lui. De fil en ai­guille, une in­ti­mi­té est éga­le­ment née entre les deux hommes et, un an plus tard, tous les trois étaient amou­reux les uns des autres.

Si leur «trouple» pi­quait la cu­rio­si­té au dé­part – sur­tout lors des pre­miers sou­pers de fa­mille et par­tys de bu­reau –, il est main­te­nant bien ac­cep­té et res­pec­té. Mais une telle re­la­tion peut-elle être du­rable? Pour eux en tout cas, ça fonc­tionne: les trois sont en­semble de­puis 17 ans main­te­nant. Comme quoi les contes de fées peuvent se ter­mi­ner au­tre­ment, mais tout aus­si bien: ils et elle vécurent heu­reux…

LE PRO­FIL TYPE DES PO­LY­AMOU­REUX

Le Fi­ga­ro Ma­dame a pu­blié un ar­ticle fort in­té­res­sant sur le po­ly­amour. Très ins­truc­tif, il pré­sente l’avis de di­vers spé­cia­listes sur le su­jet. «Le XXIE siècle se­ra ce­lui de l’amour mul­tiple, de la po­ly­union, de la po­ly­fi­dé­li­té, du po­ly­amour», af­firme Gui­lain Omont, créa­teur du site amours.pl. Et quel est le pro­fil ty­pique des po­ly­amou­reux? «La ma­jo­ri­té d’entre eux ne pos­sèdent pas de té­lé et ont fait des études su­pé­rieures. La qua­si-to­ta­li­té votent à gauche et sous­crivent aux idées fé­mi­nistes, et beau­coup se dé­clarent bi­sexuels, queer, gen­der­queer… Bref, ils sont ré­frac­taires au cloi­son­ne­ment des genres.»

«Com­ment fai­tes­vous pour ac­cep­ter l’in­fi­dé­li­té de votre conjoint?»

Cer­tains passent du couple au «trouple», c ’ est-à-dire qu ils vivent ’’ une his­toire d amour à trois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.