Que met -on dans le contrat?

Coquine - - BDSM -

Voi­ci les points prin­ci­paux à in­clure dans le do­cu­ment:

L’AT­TI­TUDE DU DO­MI­NÉ:

sa fa­çon de se com­por­ter et même de par­ler.

SA FA­ÇON DE SE VÊ­TIR:

le do­mi­né peut por­ter des sous-vê­te­ments, une cou­leur par­ti­cu­lière ou rien du tout.

LE LIEU DES SÉANCES:

ce­la peut être une pièce de la mai­son, un lieu pu­blic ou un en­droit pré­cis dé­ter­mi­né par les deux par­te­naires.

LES DÉ­SI­RS DES DEUX PAR­TIES:

on dé­voile ce qui pour­rait se pro­duire du­rant les séances de sou­mis­sion et les tâches du do­mi­né. Par exemple, le do­mi­né se met à nu; le corps de ce­lui-ci est dis­po­nible pour son maître; et le port d’un élé­ment de sou­mis­sion tel qu’un col­lier ou un ta­touage est re­quis.

LES OB­JEC­TIFS DES SÉANCES:

le do­mi­nant dé­sire rendre «meilleur» son do­mi­né.

LE NI­VEAU DE PLAI­SIR AU­TO­RI­SÉ AU DO­MI­NÉ:

le do­mi­né a-t-il l’au­to­ri­sa­tion d’avoir des or­gasmes? Si oui, à quelles condi­tions? Peut-il se mas­tur­ber du­rant l’ab­sence de son maître? Etc…

LES LI­MITES DE LA DOU­LEUR:

il est im­por­tant de dé­fi­nir le seuil de dou­leur au­to­ri­sé par le do­mi­né. Ce­lui-ci peut exi­ger qu’on ne touche pas à une zone de son corps, re­je­ter l’uti­li­sa­tion de cer­tains ins­tru­ments de sou­mis­sion trop dou­lou­reux ou re­fu­ser d’avoir des re­la­tions anales.

LA LI­BER­TÉ D’EX­PRES­SION:

le do­mi­né pour­ra s’ex­pri­mer à quelques re­prises seule­ment.

LES PUNITIONS:

dans le cas où le do­mi­né au­rait re­fu­sé d’obéir.

Pour en sa­voir plus sur le contrat, vous pou­vez lire un ar­ticle à ce su­jet sur le site lelo.com.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.