5 VÉ­RI­TÉS SUR L’OR­GASME

Coquine - - RECETTE COQUINE -

IL N’Y A PAS QU’UNE SORTE DE PLAI­SIR

Au contraire! Qu’il soit va­gi­nal ou cli­to­ri­dien, l’or­gasme peut être fort ou doux, in­tense ou plus dis­cret…

Il y a au­tant de sortes d’or­gasmes qu’il y a de per­sonnes sur terre. Par­tez à la dé­cou­verte!

LES FEMMES NE PRENNENT PAS PLUS DE TEMPS À ÊTRE EXCITÉES QUE LES HOMMES

Une étude réa­li­sée par l’uni­ver­si­té Mc­gill a cla­ri­fié la chose: en fai­sant re­gar­der des films éro­tiques à des hommes et à des femmes, ceux-ci ont eu la même ré­ponse. Ils ont com­men­cé à être ex­ci­tés après 30 se­condes, et ont at­teint leur ni­veau maxi­mal d’ex­ci­ta­tion après 10 à 11 mi­nutes.

LE CER­VEAU SE DÉBRANCHE – EN QUELQUE SORTE – DU­RANT L’OR­GASME

On ne l’ap­pelle pas «pe­tite mort» pour rien: l’or­gasme porte les par­ties du cer­veau liées au stress et à la peur à se dé­bran­cher du­rant la jouissance.

L’OR­GASME PEUT ME­NER… À DES BÉ­BÉS

Le corps hu­main est fait pour se re­pro­duire, ne l’ou­blions pas! En ayant un or­gasme, la femme contracte sa vulve, ce qui per­met de moins ex­pul­ser de sper­ma­to­zoïdes après le rap­port sexuel.

L’OR­GASME N’EST PAS LE BUT DE LA RE­LA­TION SEXUELLE

C’est pos­sible d’éprou­ver beau­coup de plai­sir sans avoir la fi­nale avec des feux d’ar­ti­fice! L’idée, c’est de pro­fi­ter de chaque ca­resse et sen­sa­tion pour pas­ser un bon mo­ment.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.