L’avis du psy: le dan­ger

Coquine - - PSYCHO -

Pas ja­loux pour deux sous, il aime voir sa com­pagne prendre du plai­sir avec un amant (il s’agit le plus sou­vent de Sven, son co­équi­pier au ho­ckey). Sven s’était dit très at­ti­ré par le corps sen­suel de Ni­na... Alec s’ins­talle dans le fau­teuil près du lit et les re­garde bai­ser. Il se ca­resse par­fois et ex­prime ver­ba­le­ment ce qu’il veut voir. Ça les sti­mule tous les trois, deux hommes et une femme unis dans le par­tage. «Ma ché­rie se laisse prendre comme un fauve en rut, pour­suit Alec. Elle me fixe avant de s’aban­don­ner. Un cri sort de sa bouche. À cet ins­tant, elle a l’air trans­fi­gu­rée. Elle est ma dé­li­cieuse déesse!» Ad­mi­rer sa com­pagne dans son état le plus vul­né­rable, nue, en plein rap­port avec une tierce per­sonne, ce­la pro­voque chez Alec un trouble ex­trême, une gloire exal­tée qu’il s’ap­pro­prie: «Je rends hom­mage à ma douce chaque jour parce que je la vé­nère. Elle fait de moi un homme fier. Ma reine a des at­ti­tudes qui me cha­virent lors­qu’elle est pos­sé­dée par un autre. Ni­na, ne change pas. Croque la vie à pleines dents comme dans un gros fruit ju­teux. Pas­sion­né­ment fou de toi. Alec, ton mec.» vient du nom du roi qui ré­gna sur la Ly­die 800 ans av. J.-C. Il trou­vait sa femme si belle qu’il vou­lut l’of­frir à un of­fi­cier de sa garde. En sexua­li­té, il s’agit de l’ex­ci­ta­tion de voir sa par­te­naire avoir des rap­ports phy­siques avec d’autres. Ce n’est pas une per­ver­sion dans le sens pé­jo­ra­tif tant que la femme ne se sent pas hu­mi­liée, sa­lie ou dé­gra­dée. Si ce fan­tasme est consen­ti par tous les par­ti­ci­pants concer­nés et que cha­cun y trouve sa­tis­fac­tion, en avant les ga­li­pettes! Mais…

Can­daule,

quand l’homme ne peut plus ob­te­nir du plai­sir au­tre­ment, s’il de­vient im­puis­sant avec cette femme qu’il a lais­sée à d’autres sexes, si elle s’ex­hibe de force, me­na­cée d’aban­don ou de ven­geance en cas de rup­ture.

Dans Ma femme est un vio­lon (1971), Nic­colò Vi­val­di, un vio­lon­cel­liste mé­con­nu, dé­couvre que l’ad­mi­ra­tion sus­ci­tée par la beau­té de sa femme, Cons­tan­za (la ma­gni­fique Lau­ra An­to­nel­li), lui vaut des louanges. Alors il l’ex­hibe en pu­blic afin d’en ti­rer un pres­tige per­son­nel.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.