QUAND LE PH VA­CILLE

Coquine - - SANTÉ -

Un ph su­pé­rieur à 5 im­plique un dés­équi­libre de la flore va­gi­nale. Plu­sieurs fac­teurs peuvent en­traî­ner ce dés­équi­libre, tels qu’un trouble hor­mo­nal, la fa­tigue, le stress, le ta­ba­gisme ou la prise d’an­ti­bio­tiques. C’est alors qu’ap­pa­raissent des dé­man­geai­sons, une sen­sa­tion de brû­lure, des pertes anor­males, une douleur lors des re­la­tions sexuelles... Tour d’ho­ri­zon des in­fec­tions va­gi­nales.

Ce terme est uti­li­sé pour dé­si­gner une in­flam­ma­tion ou une in­fec­tion du vagin.

VAGINITE:

Très fré­quente, l’in­fec­tion va­gi­nale à le­vures est cau­sée par le cham­pi­gnon Can­di­da. Pré­sent dans le vagin, il pro­voque une in­fec­tion quand il se dé­ve­loppe en trop grande quan­ti­té.

In­fec­tion qui ré­sulte de l’aug­men­ta­tion anor­male d’une bac­té­rie dé­jà pré­sente dans la flore va­gi­nale.

Cau­sée par un pa­ra­site, cette in­fec­tion peut af­fec­ter le vagin, mais aus­si le col de l’uté­rus, l’urètre, la ves­sie et les glandes gé­ni­tales.

IN­FEC­TION VA­GI­NALE À LE­VURES: VAGINOSE BAC­TÉ­RIENNE: TRICHOMONASE:

L’in­fec­tion uri­naire, très désa­gréable, donne l’im­pres­sion d’avoir tou­jours en­vie d’uri­ner aux femmes qui en souffrent. Le tout est ac­com­pa­gné d’une sen­sa­tion de brû­lure per­sis­tante.

CYSTITE OU IN­FEC­TION URI­NAIRE:

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.