DES RE­TOM­BÉES PO­SI­TIVES POUR L’EM­PLOYEUR

Coup de Pouce - - MA VIE -

Si l’ami­tié au tra­vail est bé­né­fique pour les em­ployés, l’en­tre­prise y gagne aus­si. En ef­fet, le cli­mat et la dy­na­mique d’équipe sont alors meilleurs, ce qui aug­mente le sen­ti­ment d’ap­par­te­nance et la loyau­té. «L’ab­sen­téisme di­mi­nue et le taux de ré­ten­tion des em­ployés s’amé­liore, in­dique Sa­rah Gi­rouard, consul­tante en dé­ve­lop­pe­ment or­ga­ni­sa­tion­nel chez Alia Con­seil. L’ami­tié entre col­lègues fa­vo­rise aus­si la col­la­bo­ra­tion et in­cite les gens à mettre plus d’éner­gie au tra­vail. Les bonnes re­la­tions entre col­lègues peuvent même de­ve­nir un fac­teur d’at­trac­tion pour l’em­ployeur.» Autre avan­tage: une am­biance plus agréable se re­flète sur le ser­vice à la clien­tèle.

Et les risques?

Il y a bien la perte de temps en­gen­drée par les ja­settes au­tour de la ma­chine à ca­fé. Ou en­core le fait que l’ami­tié peut rendre en­core plus com­pli­quées les dé­ci­sions dif­fi­ciles et les si­tua­tions dé­li­cates. Tou­te­fois, les bé­né­fices pour l’en­tre­prise l’em­portent sur ces quelques désa­van­tages, se­lon Sa­rah Gi­rouard qui ajoute que, de toute fa­çon, «il est presque in­évi­table de se faire des amis au tra­vail». Nous ne sommes pas des ro­bots, tout de même!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.