EN­TRE­VUE AVEC

VÉ­RO­NIC DiCAIRE

Coup de Pouce - - RÉCRÉ - ICI, ON CHANTE, LES VENDREDIS À 20 H À ICI RA­DIO-CA­NA­DA TÉ­LÉ. VÉ­RO­NIC SE­RA ÉGA­LE­MENT EN SPEC­TACLE LES 1er ET 2 MAI 2018 AVEC L’OSM. IN­FOS: VERONICDICAIRE.COM

ELLE A PAS­SÉ L’ÉTÉ À RÉ­COL­TER DES OVATIONS DANS LES STADES D’EU­ROPE EN PRE­MIÈRE PAR­TIE DE CÉ­LINE DION. CET AU­TOMNE, L’IMITATRICE AUX 100 VOIX RE­VIENT NOUS DIVERTIR À LA BARRE D’ICI, ON CHANTE, LE NOU­VEAU PLA­TEAU MU­SI­CAL DE RA­DIO-CA­NA­DA.

En 2016, tu as pi­lo­té une am­bi­tieuse émis­sion de va­rié­tés en France ( Le DiCaire Show). Qu’est-ce qui t’a convain­cue de re­nou­ve­ler l’ex­pé­rience, au Qué­bec cette fois? L’émis­sion a été conçue comme un spec­tacle dans le­quel je me mets au ser­vice de di­verses per­son­na­li­tés qui viennent réa­li­ser leurs fan­tasmes mu­si­caux. Je joue avec elles, en en­trant dans la peau de leurs idoles, no­tam­ment. Je ne mène pas d’en­tre­vues de fond, mais je dois ré­agir à chaud à leurs émo­tions. C’est dans la conti­nui­té na­tu­relle de mon tra­vail sur scène.

Quel fan­tasme mu­si­cal te res­tet-il à réa­li­ser? J’ai­me­rais in­ter­pré­ter des chan­sons de gars, comme Fields of Gold, de Sting, ou des bal­lades d’Ae­ros­mith, qui sont vrai­ment loin de mon re­gistre ha­bi­tuel. En mai pro­chain, je re­lè­ve­rai aus­si un dé­fi ex­ci­tant avec l’Or­chestre sym­pho­nique de Mon­tréal, dans le cadre de la sé­rie OSM Pop. J’ai hâte de pro­vo­quer des ren­contres im­pro­bables entre cet uni­vers élé­gant et ce­lui, sur­char­gé, d’une Ka­ty Per­ry, par exemple.

Ton der­nier al­bum en tant qu’au­teure-com­po­si­trice-in­ter­prète date de 2005. Res­sens-tu par­fois l’en­vie de re­nouer avec ta propre voix? Ma voix reste tou­jours vi­vante. Je conti­nue de chan­ter à la mai­son, de suivre des cours pour la per­fec­tion­ner. Par contre, je ne com­pose plus. Tant que je res­te­rai as­sez en forme pour dan­ser comme La­dy Ga­ga, je vais y al­ler à fond dans les imi­ta­tions. Dès la fin de ma tour­née, en dé­cembre, je m’at­ta­que­rai d’ailleurs à la créa­tion de deux nou­veaux spec­tacles, en fran­çais et en an­glais.

Les échos de la tour­née esti­vale de Cé­line Dion concer­naient sur­tout son au­dace ves­ti­men­taire. Pour toi, il s’agis­sait d’une pre­mière in­cur­sion en Eu­rope an­glo­phone. Qu’en re­tiens-tu? Cette tour­née re­vê­tait un ca­rac­tère par­ti­cu­lier, parce qu’elle fai­sait par­tie du plan ini­tial de Re­né (An­gé­lil) pour ma car­rière. Je trou­vais aus­si très in­té­res­sante l’idée de ré­pé­ter le même pro­ces­sus qu’en France en 2008, de me re­mettre en dan­ger de la même ma­nière. Les ré­ac­tions ont été très bonnes. On sou­haite main­te­nant pro­fi­ter de cet élan et al­ler don­ner quelques spec­tacles pri­vés à Londres.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.