LA REN­CONTRE Be­noît Brière

Coup de Pouce - - ÉDITO - Par Lau­ra Mar­tin

DÈS LE 7 JUIN, BE­NOÎT BRIÈRE MET­TRA SON TA­LENT AU SER­VICE DE L’HU­MOUR BRI­TAN­NIQUE DE RAY COONEY, AU THÉÂTRE DU VIEUX-TER­RE­BONNE. ET CE N’EST PAS TOUT: IL JOUE­RA POUR UNE QUA­TRIÈME SAI­SON DANS LA TÉLÉSÉRIE MA­DAME LEBRUN ET APPARAÎTRA SUR GRAND ÉCRAN, À LA FIN DU MOIS, DANS LE PRO­CHAIN DE­NYS AR­CAND. REN­CONTRE AVEC UN GRAND PAR­MI LES GRANDS.

La pièce s’in­ti­tule Pierre, Jean, Jacques. Le­quel jouez-vous?

Je suis Pierre, le per­son­nage cen­tral. Sou­hai­tant adop­ter un en­fant avec sa conjointe, il se pré­pare à re­ce­voir la vi­site de la re­pré­sen­tante de l’agence. Ses deux frères, qui ne sont pas at­tar­dés mais qui n’ont pas trop d’avance non plus, veulent l’aider dans ses dé­marches par des stra­ta­gèmes dou­teux. Le pauvre va pas­ser une jour­née cau­che­mar­desque. Cette pièce pré­sente une si­tua­tion de base très contem­po­raine, que j’ai per­son­nel­le­ment vé­cue en adop­tant.

Vous par­ta­gez sou­vent la scène avec Mar­tin Drain­ville et Luc Gué­rin, avec qui vous co­pro­dui­sez vos pièces de­puis six ans. Quel est le se­cret de votre trio?

Mar­tin et Luc sont les deux per­sonnes les plus drôles du monde. Éton­nam­ment, c’est un ac­ci­dent de par­cours, soit le film An­ge­lo, Fré­do et

Roméo, qui nous a liés. Après avoir tra­vaillé comme des fous, cha­cun de notre cô­té, pen­dant 15 ans, nous nous sommes re­trou­vés. Notre ad­mi­ra­tion mu­tuelle est de­ve­nue une grande ami­tié, puis une as­so­cia­tion d’af­faires. Notre but pre­mier, avec notre com­pa­gnie, est de jouer en­semble.

Comment avez-vous ré­agi quand De­nys Ar­cand vous a de­man­dé de re­prendre, avec Gas­ton Le­page, votre duo d’iti­né­rants créé dans Joyeux cal­vaire pour La chute de l’em­pire amé­ri­cain?

J’ai dit oui tout de suite, sans at­tendre de sa­voir si Gas­ton em­bar­quait. De­nys est un grand par­mi les grands. Il sait ce qu’il veut et ce qu’il fait, mais il nous laisse une gé­né­reuse part de créa­ti­vi­té. Nous étions tel­le­ment contents de nous re­trou­ver que nous avons été un peu tur­bu­lents sur le pla­teau, alors que nous n’avions qu’une scène de fi­gu­ra­tion de sept mi­nutes à li­vrer.

Pas­se­rez-vous de l’autre cô­té de la ca­mé­ra, un jour?

J’ai­me­rais le faire, mais j’au­rais d’abord be­soin de raf­fi­ner mes connais­sances tech­niques. La réa­li­sa­tion d’un court mé­trage se­rait un bon pre­mier pas. Je tra­vaille ac­tuel­le­ment à un scé­na­rio du pé­diatre Jean-Fran­çois Chi­coine.

PIERRE, JEAN, JACQUES EST À L’AF­FICHE À LA SALLE DES­JAR­DINS DU THÉÂTRE DU VIEUXTERREBONNE, DU 7 JUIN AU 18 AOÛT 2018. THEATREDUVIEUXTERREBONNE.COM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.