AVANT DE CHAN­GER SA COU­LEUR...

Coup de Pouce - - BEAUTÉ STYLE -

Se­lon Ma­thieu Ja­cob, beau­coup de femmes sou­haitent pâ­lir leurs che­veux. «Presque toutes les clientes veulent être blondes dès le prin­temps. Mal­heu­reu­se­ment, la plu­part sont dé­çues de sa­voir qu’elles ne res­sor­ti­ront pas blondes si elles ar­rivent au sa­lon avec une co­lo­ra­tion fon­cée!» Il y a plu­sieurs étapes à ne pas né­gli­ger avant de pas­ser à l’ac­tion si l’on veut que nos che­veux res­tent en san­té.

CONSUL­TER D’ABORD SON CO­LO­RISTE. Se­lon l’his­to­rique de co­lo­ra­tion et le teint, il conseille­ra une cou­leur et ex­pli­que­ra les étapes à suivre.

ÊTRE PA­TIENTE. Pour évi­ter d’abî­mer nos che­veux, on ne pour­ra pas re­ce­voir plus que trois trai­te­ments en une vi­site, soit une dé­co­lo­ra­tion, une co­lo­ra­tion et un to­ner, par exemple. Ça pour­ra prendre jus­qu’à six ou huit mois, au rythme d’une vi­site aux six se­maines, pour ob­te­nir la cou­leur sou­hai­tée tout en gar­dant des che­veux en san­té.

CHOI­SIR LA BONNE TECH­NIQUE. Pour avoir l’im­pres­sion d’être blonde, il n’est pas né­ces­saire de teindre toute la che­ve­lure. Des mèches plus claires à tra­vers une base na­tu­relle plus fon­cée sont sou­vent suf­fi­santes pour don­ner l’illu­sion d’être blonde.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.