RÉUS­SIR SA CO­LO­RA­TION MAI­SON en 5étapes

RÉUS­SIR UNE CO­LO­RA­TION MAI­SON, C’EST BIEN PLUS SIMPLE QU’ON LE PENSE! POUR OB­TE­NIR UN RÉ­SUL­TAT IM­PEC­CABLE, ON A DE­MAN­DÉ CONSEIL À JEN­NI­FER NE­VEU, PORTE-PA­ROLE DES COLORATIONS VITALITY’S.

Coup de Pouce - - BEAUTÉ STYLE -

Choi­sir le bon type de co­lo­ra­tion se­lon nos be­soins

«La co­lo­ra­tion per­ma­nente vient dé­po­ser la cou­leur à l’intérieur du che­veu. C’est celle qu’il fau­dra choi­sir pour pâ­lir notre cou­leur ou pour cou­vrir nos che­veux gris s’ils re­pré­sentent plus de 10 % de notre che­ve­lure», ex­plique Jen­ni­fer Ne­veu. La cou­leur se­mi-per­ma­nente – celle qui s’es­tompe après quelques sham­poings – vient dé­po­ser une cou­leur en sur­face. Elle est idéale pour les che­veux na­tu­rels ou pour ob­te­nir un re­flet tem­po­raire. De plus, elle ne fe­ra pas de re­pousse!

Faire un test de sen­si­bi­li­té

Avant de com­men­cer, on ne né­glige pas le test de sen­si­bi­li­té. «On ap­plique le per­oxyde à l’intérieur du coude, et la cou­leur en crème sur l’autre bras, ex­plique Jen­ni­fer. Si, au bout de 24 heures, ça pique un peu ou s’il y a un peu de rou­geurs, c’est nor­mal. S’il y a des bulles, on est al­ler­gique et on évite d’uti­li­ser le pro­duit.»

Pro­cé­der à l’ap­pli­ca­tion

On lave nos che­veux de 24 à 48 heures avant l’ap­pli­ca­tion. «Les huiles na­tu­relles de nos che­veux pro­tègent le cuir che­ve­lu, et la cou­leur adhère mieux», ex­plique Mme Ne­veu. On pro­cède à la co­lo­ra­tion sur des che­veux secs. «Sur des che­veux mouillés, la cou­leur se­ra di­luée et n’au­ra pas l’ef­fet dé­si­ré», af­firme la spé­cia­liste. On sé­pare nos che­veux en quatre sec­tions re­te­nues par des pinces, sur­tout si l’on a les che­veux longs et épais. Nos che­veux sont na­tu­rels? En tra­vaillant par sec­tion, on ap­plique le mé­lange à 1 po de la ra­cine, puis sur les lon­gueurs et les pointes. On couvre en­suite la ra­cine en com­men­çant par l’ar­rière de la tête. On res­pecte le temps de pose in­di­qué, calculé dès la fin de l'ap­pli­ca­tion. Nos che­veux sont dé­jà co­lo­rés? Sec­tion par sec­tion, on n’ap­plique le mé­lange que sur les ra­cines, pour la re­pousse, ou par­tout sur la lon­gueur et les pointes, pour chan­ger la cou­leur, tou­jours en com­men­çant par l’ar­rière de la tête. Après le temps de pose, on rince. Pour plus de brillance, on émul­sionne le pro­duit avec un peu d’eau et l’on rince. En­suite, on lave nos che­veux pour neu­tra­li­ser la cou­leur. On ne frotte pas trop le cuir che­ve­lu pour ne pas l’ir­ri­ter. Si l’on doit dé­co­lo­rer nos che­veux, on uti­lise la même tech­nique, puis on pro­cède à la co­lo­ra­tion.

Réunir le ma­té­riel né­ces­saire

On au­ra be­soin d’une mi­nu­te­rie, de gants, d’un bol en plas­tique et d’un pin­ceau si l’on doit pro­cé­der à un mé­lange per­son­na­li­sé, re­com­man­dé par notre cos­mé­ti­cienne. On re­vêt en­suite une cape pro­tec­trice.

Op­ter pour la bonne teinte

«Si l’on dé­sire un changement dra­co­nien, il fau­dra plus d’un trai­te­ment de co­lo­ra­tion, nous af­firme la spé­cia­liste. Un changement sub­til ne né­ces­site qu’un seul trai­te­ment.» Nor­ma­le­ment, on peut pâ­lir sa cou­leur na­tu­relle jus­qu’à trois tons avec une co­lo­ra­tion. Si l’on dé­sire pâ­lir da­van­tage, il fau­dra d’abord dé­co­lo­rer. Si nos che­veux sont dé­jà co­lo­rés, il fau­dra pro­ba­ble­ment les dé­ma­quiller au préa­lable. Le dé­ma­quillant éli­mine les pig­ments de co­lo­ra­tion. Pour ob­te­nir le ré­sul­tat vou­lu, on n’hé­site pas à de­man­der conseil à une cos­mé­ti­cienne. À l’in­verse, les châ­taines et les brunettes n’au­ront pas de dif­fi­cul­té à de­ve­nir plus rousses ou très fon­cées.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.