UNE GARDE-ROBE POUR MA SIL­HOUETTE

PEU IM­PORTE NOTRE MORPHOLOGIE, IL EST POS­SIBLE DE TROU­VER DES VÊ­TE­MENTS QUI NOUS IRONT COMME UN GANT!

Coup de Pouce - - SOMMAIRE - Par Isa­belle Val­lée | Sty­lisme: Craig Ma­jor, craig­ma­jor.com | Pho­tos: Andréanne Gau­thier/c

LA TAILLE EST PEU MAR­QUÉE, LA POI­TRINE EST MENUE ET LES ÉPAULES SONT LARGES.

À ÉVI­TER: comme la taille est peu dé­fi­nie, on laisse de cô­té les coupes droites qui élar­gissent, comme les man­teaux longs et droits et les vestes à double bou­ton­nage. Les robes très mou­lantes sont éga­le­ment à pros­crire.

LES ÉPAULES ET LE BUSTE DE LA FEMME A SONT ÉTROITS, CONTRAI­RE­MENT AUX HANCHES, QUI SONT PLU­TÔT GÉ­NÉ­REUSES.

À ÉVI­TER: les pan­ta­lons à pinces et ceux avec des poches la­té­rales, qui ac­cen­tuent les hanches, les robes et les hauts très mou­lants ain­si que les gros mo­tifs sur le bas du corps.

LA FEMME O EST TOUT EN COURBES ET SON VENTRE EST ROND. SES ATOUTS: SON DÉCOLLETÉ ET SON DOS.

À ÉVI­TER: les vê­te­ments trop grands, qui alour­dissent la sil­houette, les tis­sus scin­tillants ou ex­ten­sibles, de même que les pan­ta­lons à taille basse, car ils font res­sor­tir les bour­re­lets.

C’EST LA SIL­HOUETTE AN­DRO­GYNE. LES JAMBES ET LES HANCHES SONT ÉTROITES, LA POI­TRINE EST MENUE, LA TAILLE EST PEU MAR­QUÉE ET L’OS­SA­TURE EST DÉ­LI­CATE.

À ÉVI­TER: tous les vê­te­ments qui ac­cen­tuent l’os­sa­ture, comme les larges dé­col­le­tés, les robes étroites et les robes por­te­feuilles.

C’EST CE QU’ON AP­PELLE LA SIL­HOUETTE ATH­LÉ­TIQUE. LES ÉPAULES SONT PLUS LARGES QUE LES HANCHES QUI, ELLES, SONT FINES.

À ÉVI­TER: les vê­te­ments avec des épau­lettes, qui ac­cen­tuent les épaules, les lignes ho­ri­zon­tales au ni­veau du buste, ain­si que les en­co­lures ba­teau.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.