Ma­ria Mou­ra­ni veut pré­ve­nir la ra­di­ca­li­sa­tion

Courrier Ahuntsic - - LA UNE - ● amine.es­se­ghir@tc.tc

Lors de la fu­sillade à la Chambre des com­munes à Ottawa, le 22 oc­tobre, Ma­ria Mou­ra­ni, dé­pu­tée fé­dé­rale in­dé­pen­dante d’Ahunt­sic s’est re­trou­vée coin­cée à l’ex­té­rieur du Par­le­ment, au mi­lieu du pé­ri­mètre de sé­cu­ri­té.

Elle se ren­dait à son bu­reau et a dû aban­don­ner sa voi­ture avec ses va­lises à l’in­té­rieur dans la zone in­ter­dite d’ac­cès au pu­blic. Une mésa­ven­ture qui prête à sou­rire face à l’am­pleur des évé­ne­ments.

« Je me suis re­trou­vée dans une sou­ri­cière. Heu­reu­se­ment que j’avais mon por­te­feuille avec moi, dit Mme Mou­ra­ni. Je suis al­lée à l’hô­tel sans autres ba­gages que les vê­te­ments que j’avais sur moi. »

Elle sa­lue au pas­sage la bra­voure et le cou­rage des per­sonnes char­gées de la sé­cu­ri­té du Par­le­ment.

« En 14 se­condes, l’homme a été maî­tri­sé », ra­conte-t-elle.

Au-de­là des désa­gré­ments pas­sa­gers, Mme Mou­ra­ni consi­dère que de tels évé­ne­ments étaient pré­vi­sibles.

« Je m’at­ten­dais à ce qu’un drame de ce genre se pro­duise, in­dique-t-elle. J’ob­serve de­puis plu­sieurs an­nées des jeunes qui se conver­tissent à la ra­di­ca­li­sa­tion vio­lente. Je ne suis pas sur­prise de voir ce qui se passe. »

Elle est plus éton­née par les lieux où sur­viennent ces actes.

« Ce­la veut dire que la me­nace peut se pro­fi­ler par­tout. »

Dans le même temps, elle sou­haite que le Par­le­ment de­meure comme il est.

« L’ex­té­rieur de la Chambre des com­munes est ou­vert au pu­blic. Il y’en a qui viennent cou- rir d’autres pro­fitent du parc au­tour. »

Ce­la étant, pour elle, il est urgent de faire face à la si­tua­tion en tra­vaillant sur la pré­ven­tion.

« Il y a long­temps que j’ai in­ter­pel­lé le gou­ver­ne­ment sur ce qu’il comp­tait faire pour pré­ve­nir la ra­di­ca­li­sa­tion des jeunes ca­na­diens, ex­plique-t-elle. Il faut des pro­grammes du même genre que ce que nous avons fait pour lutter contre les gangs de rues. »

Elle ob­serve que rien n’est fait en ce sens ac­tuel­le­ment.

« On me ré­pond que la Gen­dar­me­rie royale du Ca­na­da (GRC) fait de la pré­ven­tion, alors que la GRC se plaint du manque de moyens pour ac­com­plir ses mis­sions » , constate-t-elle.

(Pho­to TC Me­dia – Ma­rie Pier Lécuyer)

Le 22 oc­tobre, Mi­chael Za­haf-Bi­beau a as­sas­si­né le ca­po­ral Na­than Ci­rillo alors qu’il mon­tait la garde au cé­no­taphe - le Mo­nu­ment aux morts - d’un coup de fu­sil. Il s’est ren­du en­suite au siège du Par­le­ment avant d’être abat­tu par le per­son­nel de sé­cu­ri­té.

(Pho­to TC Me­dia – Ar­chives)

Ma­ria Mou­ra­ni.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.