Un can­di­dat conser­va­teur vise la vic­toire à Ahunt­sic-Car­tier­ville

Courrier Ahuntsic - - LA UNE - Amine.esseghir@tc.tc

Wi­liam Mough­ra­bi, 30 ans, di­rec­teur d’un ma­ga­sin d’une en­seigne de la grande dis­tri­bu­tion est convain­cu qu’il a au­tant de chances de rem­por­ter la cir­cons­crip­tion d’Ahunt­sic-Car­tier­ville en au­tomne que n’im­porte quel autre can­di­dat. Il se présente au nom du Par­ti conser­va­teur dans la cir­cons­crip­tion.

«Ce ne se­ra pas un com­té fa­cile pour per­sonne, avance- t-il. Lors des der­nières élec­tions, c’était le der­nier dont on a connu les ré­sul­tats. Ma­ria Mou­ra­ni est pas­sée avec une toute pe­tite ma­jo­ri­té.»

Cette par­ti­cu­la­ri­té est ac­cen­tuée alors que le nou­veau dé­cou­page a com­plè­te­ment re­dis­tri­bué les cartes, se­lon lui.

Investi de­puis l’au­tomne der­nier, il a com­men­cé ré­cem­ment à mo­bi­li­ser ses sou­tiens et sym­pa­thi­sants.

«J’ai main­te­nant une di­rec­trice de cam­pagne, sou­ligne-t-il. Nous al­lons com­men­cer à ex­pli­quer aux gens qui nous sommes et sur­tout me faire connaître.

Ce jeune homme d’ori­gine sy­rienne est ar­ri­vé à Mon­tréal quand il avait quatre ans. Il connaît aus­si très bien le quar­tier pour y tra­vailler ac­tuel­le­ment mais aus­si parce qu’il y a fait une par­tie de ses études.

«Après mon se­con­daire, j’étais au col­lège Ahunt­sic. Mes pa­rents éga­le­ment ré­sident tou­jours dans le quar­tier.»

Un bilan à dé­fendre

Même s’il est jeune, il sou­tient qu’il est en po­li­tique de­puis une di­zaine d’an­nées, oeu­vrant comme bé­né­vole pour son par­ti.

Pour ce qui est de ses ar­gu­ments, il se fonde beau­coup sur le bilan de son par­ti. «Nous avons des ré­sul­tats à dé­fendre, sou­tient-il. Nous sommes le par­ti au pou­voir et nous comp­tons le de­meu­rer.»

Pour lui, les réa­li­sa­tions du gou­ver­ne­ment Har­per plaident pour que les gens ac­cordent en­core une fois leur confiance aux conser­va­teurs.

Des can­di­dats et des ex­pli­ca­tions

«La dé­pu­tée sor­tante Ma­ria Mou­ra­ni, élue comme sou­ve­rai­niste de­vra jus­ti­fier ses conver­sions. Non seule­ment elle a chan­gé de par­ti, ce qui n'est pas nor­mal en po­li­tique, mais elle est car­ré­ment pas­sée de sou­ve­rai­niste à fé­dé­ra­liste», ob­serve-t-il

Mé­la­nie Jo­ly, qui s’at­tend à ga­gner la ba­taille de l’in­ves­ti­ture au PLC de­vra, se­lon le can­di­dat conser­va­teur, éga­le­ment s’ex­pli­quer. «Elle semble se cher­cher un em­ploi. Qu’est-ce qu’elle fe­ra si elle n’est pas élue? Elle re­vien­dra aux af­faires ou bien elle va se cher­cher une place au pro­vin­cial après avoir pro­mis de res­ter au mu­ni­ci­pal», s’in­ter­roge-t-il.

Sé­cu­ri­té et li­ber­té

Alors que le Par­ti conser­va­teur, qui s’ap­prête à pré­sen­ter sa loi C-51, est cri­ti­qué de toutes parts pour ses in­ten­tions li­ber­ti­cides au nom de la pro­tec­tion de la sé­cu­ri­té, M. Mough­ra­bi a une ex­pli­ca­tion très simple.

«Les ci­toyens qui n’ont rien à se re­pro­cher n’ont pas à craindre cette loi. Quand on a eu les deux évé­ne­ments tra­giques de Saint-Jean­sur-Ri­che­lieu et d’Ot­ta­wa, les deux per­sonnes im­pli­quées étaient connues des ser­vices de sé­cu­ri­té. Si on avait alors une telle loi, on les au­rait ar­rê­tés avant qu’ils ne com­mettent leurs mé­faits.»

(Pho­to TC Me­dia - Amine Esseghir)

Wi­liam Mough­ra­bi brigue Ahunt­sic-Car­tier­ville, une cir­cons­crip­tion nou­velle com­po­sée ap­pa­rem­ment d’une base sou­ve­rai­niste d’une part et d’un fief li­bé­ral d’autre part.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.