Mon­tréal veut gar­der ses étu­diants étran­gers

Courrier Ahuntsic - - AC TUALITÉS - Ro­main Schué

Dé­si­gnée meilleure ville étu­diante au monde, Mon­tréal sou­haite à pré­sent conser­ver sur ses terres ces fu­turs di­plô­més et ré­flé­chit, avec le gou­ver­ne­ment fé­dé­ral, à des me­sures pour les convaincre.

«Nou­velle his­to­rique », se­lon Hé­lène Da­vid, mi­nistre provinciale de l’En­sei­gne­ment su­pé­rieur. La pre­mière place de Mon­tréal au clas­se­ment des meilleures villes uni­ver­si­taires au monde dé­voi­lée la se­maine der­nière par l’Ins­ti­tut in­ter­na­tio­nal Quac­qua­rel­li Sy­monds (QS) ouvre à pré­sent la porte à une « ex­tra­or­di­naire ques­tion » : comment re­te­nir ces étu­diants étran­gers, une fois leur di­plôme en poche ?

En ef­fet, seule­ment 15 % des étu­diants in­ter­na­tio­naux res­tent à Mon­tréal à la fin de leurs études, se­lon la Chambre de com­merce du Mon­tréal mé­tro­po­li­tain (CCMM) qui vise un taux de ré­ten­tion de 25 % dans les pro­chaines an­nées.

«Nos uni­ver­si­tés ne sont pas des ma­chines à créer des di­plômes, mais de réels ac­teurs de chan­ge­ment et de puis­sants mo­teurs éco­no­miques », ex­plique le maire Co­derre.

Stages et em­plois d’été

« Beau­coup viennent ici et tombent en amour », re­prend l’élu, qui compte s’ap­puyer sur le sta­tut de mé­tro­pole de Mon­tréal et « des me­sures d’ha­bi­ta­tion pour qu’ils puissent as­su­mer plei­ne­ment leur mi­lieu de vie ». Ce der­nier vise no­tam­ment les jeunes fa­milles sou­hai­tant pour­suivre ou fi­na­li­ser leurs études à Mon­tréal, avec la créa­tion de nou­veaux ap­par­te­ments à prix abor­dables ré­ser­vés aux étu­diants dans le Pla­teau– MontRoyal.

Alors qu’il évoque d’im­por­tants « besoins à com­bler » en rai­son « du res­ser­re­ment dé­mo­gra­phique », le pré­sident de la Chambre de com­merce du Mon­tréal mé­tro­po­li­tain veut al­ler en­core plus loin. «Il faut fa­ci­li­ter l’ob­ten­tion de stages, d’em­plois d’été ou d’em­plois dès la fin des études », as­sure Mi­chel Leblanc.

La vo­lon­té de ces exé­tu­diants de s’ins­tal­ler du­ra­ble­ment en se­rait gran­de­ment fa­ci­li­tée, pen­set-il. «Ils s’en­ga­ge­raient dans la com­mu­nau­té, au­ront des ac­ti­vi­tés, peu­têtre une fa­mille, ima­gine M. Leblanc. Ils se­raient moins sus­cep­tibles de ren­trer dans leur pays et ils au­ront d’énormes atouts visà-vis des em­ployeurs. Leur di­plôme est re­con­nais­sable, ils connaissent la culture lo­cale et ont une bonne com­pré­hen­sion des en­jeux lin­guis­tiques. Il faut vrai­ment fa­ci­li­ter leur in­té­gra­tion au mar­ché du tra­vail. »

Un cré­dit d’im­pôt étu­dié

Du cô­té de l’Uni­ver­si­té McGill, on avance l’op­por­tu­ni­té de suivre des cours de fran­çais « pour fa­ci­li­ter l’in­té­gra­tion dans la vie so­ciale et le monde du tra­vail ». «Il faut don­ner le goût aux étu­diants. Nous, on fait notre tra­vail, mais le gou­ver­ne­ment et le mi­lieu des af­faires doivent aus­si créer des in­ci­ta­tifs », dé­ve­loppe la rec­trice Su­zanne For­tier.

Par­mi ces in­ci­ta­tifs, l’idée d’un cré­dit d’im­pôt pour les étu­diants étran­gers, qui bé­né­fi­cient dé­jà de droits de sco­la­ri­té par­mi les plus bas en Amé­rique du Nord, fait son che­min. «Il y a toutes sortes de me­sures fis­cales qui peuvent être prises, confirme la mi­nistre Hé­lène Da­vid. Le mi­nistre des Fi­nances, Car­los Leitão, est très sen­sible, il va re­gar­der toutes les fa­çons pos­sibles pour les re­te­nir. »

Pho­to­de­po­sit

Seule­ment 15 % des étu­diants in­ter­na­tio­naux res­tent à Mon­tréal à la fin de leurs études.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.