Mo­ments pé­nibles pour un com­mer­çant de Car­tier­ville

Courrier Ahuntsic - - DIRECTEMENT DU MANUFACTURIER ! ESTIMATION GRATUITE - Amine Es­se­ghir amine.es­se­ghir@tc.tc

L’im­por­tant chan­tier sur la rue La­cha­pelle et le bou­le­vard Lau­ren­tien, à Car­tier­ville a fait sa pre­mière vic­time par­mi les com­mer­çants. Le net­toyeur Bel-Tone sur le bou­le­vard Gouin ouest an­nonce sa fer­me­ture après 59 ans d’exis­tence.

«Je ne peux plus rien faire, je suis as­phyxié», in­dique Ro­bin Gi­rard, pro­prié­taire. Il a pla­car­dé une af­fi­chette sur la porte pour an­non­cer que le 3 juin, il ne pour­ra plus re­ce­voir de clients.

Son ma­ga­sin du bou­le­vard Gouin ouest est si­tué entre la rue Cha­pelle et le bou­le­vard Lau­ren­tien, là où la ville a en­tre­pris d’im­por­tants tra­vaux de ré­fec­tion des égouts et aque­ducs ain­si que des amé­na­ge­ments pay­sa­gers pour près de 50 M$.

Les tra­vaux ont com­men­cé dé­but mars et de­puis l’ac­cès à son com­merce est qua­si­ment obs­trué par des grilles et des ins­tal­la­tions de chan­tier.

Chiffres à l’ap­pui, il pré­cise qu’il a per­du près de 50% de ses re­ve­nus, de­puis le dé­but des tra­vaux.

De­puis quatre ans, c’était un peu dif­fi­cile, mais avec le chan­tier je ne peux même plus payer le loyer de la bâ­tisse.»

Ro­bin Gi­rard, pro­prié­taire du net­toyeur Bel-Tone.

M. Gi­rard a re­pris le com­merce il y a 12 ans. L’en­seigne était connue dans le quar­tier et il était sa­tis­fait de ses af­faires. «J’aime mon mé­tier, j’aime mes clients, mais main­te­nant je n’en peux plus. Je dois li­bé­rer les lieux avant le 20 juin, en­suite il fau­dra que je me trouve un em­ploi.»

Der­nier re­cours

Avant de se ré­soudre à mettre la clé sous la porte, il a écrit aux élus pour les in­for­mer de l’ur­gence de la si­tua­tion.

La lettre da­tée du 3 mai, était adres­sée au maire De­nis Co­derre, au maire de l’ar­ron­dis­se­ment Ahuntsic- Car­tier­ville, Pierre Ga­gnier, au conseiller de Bor­deaux- Car­tier­ville, Ha­rout Chi­ti­lian et au res­pon­sable des in­fra­struc­tures au co­mi­té exé­cu­tif de la Ville de Mon­tréal, Lio­nel Pe­rez. « On ne nous a ja­mais ré­pon­du » , af­firme-t-il.

Si­tuat ion com­plexe

Les com­mer­çants de Gouin ouest sont en prin­cipe réunis au sein de l’As­so­cia­tion des gens d’af­faires de Gouin ouest (AGAGO).

«J’ai eu vent de ces plaintes, mais ces com­mer­çants ne sont pas membres de notre as­so­cia­tion», re­grette Be­noît Hotte, pré­sident de l’AGAGO.

Il note tou­te­fois que si des adhé­rents de son as­so­cia­tion font des re­quêtes concer­nant les im­pacts des tra­vaux sur leurs ac­ti­vi­tés, il se­ra là pour les re­pré­sen­ter et les ap­puyer.

«Pour le mo­ment, nous n’avons pas de plaintes», re­lève-t-il.

«Je suis très triste pour ces com­mer­çants qui souffrent et je com­prends leur si­tua­tion, as­sure Ha­rout Chi­ti­lian, conseiller de Bor­deauxCar­tier­ville. Ils veulent une com­pen­sa­tion fi­nan­cière à cause des pertes su­bies, ce qui est com­pré­hen­sible, mais ce­la ne peut ve­nir qu’avec le sta­tut de mé­tro­pole. Si­non, la Ville a les mains liées.»

En at­ten­dant, la rue bé­né­fi­cie du pro­gramme Pr@m ar­tère en chan­ter qui per­met d’em­bel­lir les de­van­tures et fa­ci­li­ter les ac­cès pour ai­der les com­mer­çants du­rant cette phase dé­li­cate.

«Il y a très peu de rues en tra­vaux qui ont eu droit à cette aide», ob­serve-t-il.

Si­non, l’élu en ap­pel à la ré­si­lience des en­tre­pre­neurs. «Une fois les tra­vaux der­rière nous, nous se­rons très contents de voir ce qu’est de­ve­nu ce sec­teur re­vi­ta­li­sé.»

(Pho­to TC Me­dia – Amine Es­se­ghir)

Ro­bin Gi­rard pro­prié­taire du net­toyeur Bel-Tone à Car­tier­ville a per­du la moi­tié de ses re­ve­nus à cause des tra­vaux sur Lau­ren­tien-La­cha­pelle à Car­tier­ville.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.