Un per­son­nage clef de l’his­toire du Qué­bec à la mai­son Saint-Jan­vier

Courrier Ahuntsic - - DIRECTEMENT DU MANUFACTURIER ! ESTIMATION GRATUITE - Par So­cié­té d’his­toire d’Ahuntsic-Car­tier­ville

Dans la fou­lée de la vente du ter­rain du 12 375, rue du Fort-Lo­rette, nous avons beau­coup par­lé du fort Lo­rette. Ce der­nier est le point de dé­part du dé­ve­lop­pe­ment du nord de l’île de Mon­tréal. Au­jourd’hui, nous vous par­lons de la mai­son Saint-Jan­vier au mo­ment où Mon­sei­gneur Bour­get, évêque de Mon­tréal, y ré­si­dait.

La mai­son Saint-Jan­vier est construite par le cu­ré du Sault-au-Ré­col­let, Jacques-Jan­vier Vi­net, en 1850 et of­ferte à Mon­sei­gneur Bour­get en 1876. L’an­née sui­vante, char­mé par la quié­tude des lieux et l’air de la ri­vière, Mon­sei­gneur Bour­get s’y ins­talle sous les soins des Soeurs de la Pro­vi­dence.

À ce mo­ment, les Soeurs y ac­cueillent éga­le­ment des prêtres ma­lades, re­trai­tés ou de pas­sage ain­si que cer­tains hommes ma­lades pro­ve­nant du vil­lage du Sault. À leurs tâches, elles ajoutent l’en­tre­tien de la mai­son, in­cluant les ré­pa­ra­tions, ain­si que le sou­tien aux pauvres et aux ma­lades, les vi­sites aux mou­rants et d’autres in­ter­ven­tions sus­cep­tibles d’ai­der la com­mu­nau­té.

La pré­sence de Bour­get au Sault n’a rien d’or­di­naire. À cette époque, l’an­cien évêque de Mon­tréal est puis­sant et sa no­to­rié­té ne di­mi­nue en rien avec sa re­traite.

Il faut dire que Mgr Bour­get a re­des­si­né le vi­sage du Qué­bec en di­vi­sant les pou­voirs avec l’État, fai­sant des ser­vices so­ciaux la chasse gar­dée de l’Église. Il est éga­le­ment l’ins­ti­ga­teur de la ve­nue de plu­sieurs com­mu­nau­tés re­li­gieuses fran­çaises et de la fon­da­tion de com­mu­nau­tés mont­réa­laises.

Pour plu­sieurs, il re­pré­sente une fi­gure pa­ter­nelle. Il n’est donc pas sur­pre­nant de voir di­gni­taires et simples fi­dèles se rendre au Sault pour le ren­con­trer et lui de­man­der son aide, son sou­tien ou ses prières.

Au Sault, on re­marque sa pré­sence no­tam­ment par la ve­nue d’étran­gers, par sa pré­sence aux of­fices re­li­gieux de l’église de la Vi­si­ta­tion aux cô­tés des vil­la­geois ou par les vi­sites de cer­taines com­mu­nau­tés.

En 1885, Mon­sei­gneur Bour­get meurt à la mai­son Saint-Jan­vier. Son cor­tège fu­nèbre dé­montre la po­pu­la­ri­té de ce der­nier. La pro­ces­sion fu­né­raire dé­bute à la mai­son Saint-Jan­vier et se rend à la ba­si­lique Notre-Dame dans le Vieux-Mon­tréal. Se­lon la lé­gende, il y au­rait eu des mil­liers de fi­dèles ayant as­sis­té au pas­sage du cor­tège.

Le site ad­ja­cent à l’église de la Vi­si­ta­tion, qu’on ap­pelle pré­sen­te­ment site du fort Lo­rette, a donc été ad­mi­nis­tré par les Soeurs de la Pro­vi­dence qui s’im­pli­quaient ac­ti­ve­ment dans la vie du vil­lage.

De plus, la pré­sence de Bour­get, per­son­nage phare de notre his­toire nationale, a at­ti­ré au Sault nombre de vi­si­teurs. La mai­son Saint-Jan­vier a fait par­tie de la vie so­ciale de la lo­ca­li­té du Sault-au-Ré­col­let. La pro­chaine chro­nique por­te­ra sur la crèche Saint-Paul.

(Pho­to archives: Not­man & Sand­ham –BANQ)

Mon­sei­gneur Bour­get à la mai­son Saint-Jan­vier, vers 1881.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.