Les CIUSSS ont deux ans

Courrier Ahuntsic - - DIRECTEMENT DU MANUFACTURIER ! ESTIMATION GRATUITE - Steve Ca­ron steve.ca­ron@tc.tc

Il y a main­te­nant deux ans, le mi­nistre de la San­té Gaé­tan Bar­rette met­tait en place une nou­velle ré­forme en abo­lis­sant les agences de san­té pour créer les centres in­té­grés uni­ver­si­taires de san­té et des ser­vices so­ciaux (CIUSSS). Yvan Gen­dron, di­rec­teur gé­né­ral du CIUSSS de l’Est- de-l’île- deMon­tréal, dresse un bi­lan de cette nou­velle aven­ture.

La nou­velle struc­ture a né­ces­si­té plu­sieurs ajus­te­ments. La ré­or­ga­ni­sa­tion a en­traî­né une coupe de plus de 20 % du per­son­nel ad­mi­nis­tra­tif au CIUSSS de l’Est- de-l’île- de-Mon­tréal. Plus de 130 postes de cadres, sur un to­tal de 588, ont été abo­lis.

«La struc­ture des CIUSSS nous per­met une meilleure co­hé­sion des soins. Les chan­ge­ments ont per­mis d’amé­lio­rer le ré­seau et ce sont les pa­tients qui en bé­né­fi­cient», ex­plique Yvan Gen­dron.

Le di­rec­teur gé­né­ral cite en exemple les amé­lio­ra­tions aux offres de ser­vices dans les soins pal­lia­tifs et les soins à do­mi­cile sur son ter­ri­toire.

«Nous sui­vons sur une base ré­gu­lière plus de 1000 per­sonnes en soins à do­mi­cile grâce à l’in­té­gra­tion des équipes et aux mo­di­fi­ca­tions ap­por­tées à nos façons de faire. Nous sommes main­te­nant en me­sure de mieux ré­pondre aux be­soins des gens et sur­tout d’éva­luer ces be­soins pour leur of­frir les meilleurs soins.»

Le CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Mon­tréal des­sert une po­pu­la­tion de 525 000 per­sonnes, ce qui en fait l’un des cinq plus gros CIUSSS au Qué­bec.

«On peut sû­re­ment faire en­core mieux, mais cer­taines don­nées parlent d’elles-mêmes. Par exemple, le nombre de vi­sites a aug­men­té de 8,5 % à l’hô­pi­tal Mai­son­neuve- Ro­se­mont. Mal­gré tout, notre temps d’at­tente sur ci­vière a di­mi­nué de 20 %. Nous ga­gnons en ef­fi­ca­ci­té et c’est très en­cou­ra­geant.»

L’ar­gent étant sou­vent le nerf de la guerre, le fi­nan­ce­ment par ac­ti­vi­tés et la re­con­nais­sance des centres d’ex­cel­lence du CIUSSS de l’Est- de- l’île- de- Mon­tréal dans plu­sieurs do­maines, dont en san­té men­tale, en oph­tal­mo­lo­gie, en can­cé­ro­lo­gie, en re­cherches, sont de bonnes nou­velles, es­time le di­rec­teur gé­né­ral. Ils per­met­tront de main­te­nir la qua­li­té de l’offre de ser­vices sur le ter­ri­toire même du CIUSSS.

Cette re­con­nais­sance d’ex­cel­lence fa­ci­lite le re­cru­te­ment et la ré­ten­tion du per­son­nel. Au cours des pro­chaines an­nées, avec le nombre gran­dis­sant des dé­parts à la re­traite, le re­cru­te­ment de la main- d’oeu­vre se­ra un en­jeu de taille.

«Nous sommes re­la­ti­ve­ment bien po­si­tion­nés à ce ni­veau, croit M. Gen­dron. L’en­vi­ron­ne­ment de tra­vail est un fac­teur que les em­ployés consi­dèrent quand vient le temps de dé­ci­der où ils veulent tra­vailler. Nos équi­pe­ments sont mo­dernes, nos bâ­ti­ments ont été ou sont en voie de ré­no­va­tion et d’autres tra­vaux sont à ve­nir.»

Par­fois, il ai­me­rait dis­po­ser de plus de temps pour réa­li­ser les chan­ge­ments, s’ajus­ter aux de­mandes mi­nis­té­rielles ou en­core pour pou­voir bien en dis­cu­ter avec ses équipes, M. Gen­dron consi­dère que l’im­plan­ta­tion des CIUSSS de­meu­rait né­ces­saire et qu’au bout du compte, ce sont les pa­tients qui y gagnent.

«Une ré­forme de struc­ture»

Du cô­té syn­di­cal, «la ré­forme est une trans­for­ma­tion énorme et pro­fonde du sys­tème» qui n’a pas que des bons cô­tés, sou­ligne Luc Beau­re­gard, vice-pré­sident de la sec­tion lo­cale du Syn­di­cat ca­na­dien de la fonc­tion pu­blique (SCFP).

«La dé­lo­ca­li­sa­tion et le trans­fert d’em­ployés amènent une perte de ser­vices pro­fes­sion­nels dans cer­tains sec­teurs lo­caux. Les pa­tients doivent se dé­pla­cer pour avoir ac­cès à des ser­vices qui leur étaient of­ferts à proxi­mi­té de chez eux», fait re­mar­quer le re­pré­sen­tant syn­di­cal.

Il y a en­core beau­coup d’ajus­te­ments à faire, se­lon M. Beau­re­gard, qui a l’im­pres­sion que la ré­forme se fait de fa­çon im­pro­vi­sée.

«On pro­met­tait un meilleur ac­cès aux mé­de­cins. Pour­tant, je ne sens pas de réelles amé­lio­ra­tions aux listes d’at­tente. Elles sont aus­si longues qu’avant dans la ré­gion de Mon­tréal. Nous fonc­tion­nons en­core beau­coup en si­lo.»

(Pho­to TC Me­dia - Steve Ca­ron)

Yvan Gen­dron, di­rec­teur gé­né­ral du CIUSSS de l’Est-de-l’île-de-Mon­tréal, de­meure convain­cu que la ré­forme ayant conduit à la créa­tion des CIUSSS était né­ces­saire pour amé­lio­rer les ser­vices de san­té.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.