Quand les lo­ca­taires manquent d’as­su­rance

Courrier Ahuntsic - - LA UNE - Ré­dac­tion tc Media

Près d’un Qué­bé­cois sur quatre (37 %) ne sous­crit pas d’as­su­rance ha­bi­ta­tion quand il loue son lo­ge­ment. Une réa­li­té in­quié­tante pour le bu­reau d’as­su­rance du Ca­na­da (bAC).

C’est ce qui res­sort d’un ré­cent son­dage me­né pour le compte du BAC dans le­quel la moi­tié des ré­pon­dants ont in­di­qué ne pas pro­té­ger leurs biens à cause du prix des as­su­rances ha­bi­ta­tion sur le mar­ché… Pour­tant, 70 % des lo­ca­taires as­su­rés ne dé­boursent pas plus de 22 $ par mois pour leur as­su­rance.

«Ce nou­veau son­dage nous in­dique que la po­pu­la­tion doit en­core être sen­si­bi­li­sée aux risques qu’elle court sans as­su­rance ha­bi­ta­tion», af­firme Anne Mo­rin, res­pon­sable des af­faires pu­bliques au BAC pour rap­pe­ler aux lo­ca­taires qu’ils sont res­pon­sables des dom­mages qu’ils peuvent cau­ser à un im­meuble.

JoUer AveC le feU

L’as­su­rance ha­bi­ta­tion des pro­prié­taires ne couvre pas les biens des lo­ca­teurs. Or, 15 % des per­sonnes son­dées croient le contraire. «En plus de tout perdre et de ne plus avoir de toit au­des­sus de leur tête, les lo­ca­taires non as­su­rés pour­raient avoir à in­dem­ni­ser leur pro­prié­taire s’ils étaient re­con­nus res­pon­sables», pré­vient Mme Mo­rin qui dé­plore qu’au­tant de Qué­bé­cois ne réa­lisent pas la si­tua­tion dans la­quelle ils pour­raient se re­trou­ver s’ils per­daient tout de suite à si­nistre.

Se­lon le BAC, l’as­su­rance ha­bi­ta­tion est éga­le­ment né­gli­gée par les lo­ca­taires qui pensent, à tort, que leurs biens ne valent pas la peine d’être pro­té­gés. Si cer­tains sous-es­timent la va­leur de leurs pos­ses­sions, d’autres ou­blient que l’as­su­rance ha­bi­ta­tion in­clut éga­le­ment la res­pon­sa­bi­li­té ci­vile, une pro­tec­tion qui couvre les dom­mages (phy­siques ou ma­té­riels) cau­sés in­vo­lon­tai­re­ment à au­trui.

« Il est in­té­res­sant de consta­ter que bien qu’ils connaissent les pro­tec­tions de base de l’as­su­rance ha­bi­ta­tion, les lo­ca­taires non as­su­rés sont en­core nom­breux à igno­rer que c’est à eux que re­vien­drait la res­pon­sa­bi­li­té de ré­pa­rer ou de rem­pla­cer des biens qui au­raient été en­dom­ma­gés par leur faute », note Mme Mo­rin.

En ef­fet, moins d’un lo­ca­taire non as­su­ré sur deux sait que c’est lui qui de­vrait payer des ré­pa­ra­tions si sa bai­gnoire inon­dait l’ap­par­te­ment de son voi­sin par exemple.

Au­tant dire que bien qu’elle ne soit pas obli­ga­toire, l’as­su­rance ha­bi­ta­tion offre une tran­quilli­té d’es­prit cer­taine à tous les membres d’un foyer as­su­ré.

(Pho­to ar­chives TC Media)

Le Bu­reau d’as­su­rance du Ca­na­da parle d’une si­tua­tion dé­plo­rable qui met clai­re­ment à risque la sé­cu­ri­té fi­nan­cière des Qué­bé­cois.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.