La re­traite après neuf ans chez les Alouettes

Courrier Ahuntsic - - NEWS - Amine es­se­ghir amine.es­se­ghir@tc.tc

Du­rant neuf ans, Sid­ney Gin­che­reau, jeune ré­si­dente d’Ahunt­sic, a vé­cu de beaux mo­ment avec les cheer­lea­ders de l’équipe de foot­ball les Alouettes de Mon­tréal. Elle a rac­cro­ché, en no­vembre, ses pom­pons pour lais­ser la place aux autres.

Du haut de ses 28 ans, Sid­ney Gin­che­reau est dé­jà en fin de car­rière. « J’au­rais pu, peut-être, res­ter quelques an­nées en­core, mais je crois que le temps est ve­nu de par­tir», dit-elle.

Cer­taines jeunes femmes pour­suivent le tra­vail jus­qu’à leur dé­but tren­taine, mais ce ne se­ra pas le cas de Mlle Gin­che­reau. Sa der­nière sai­son de pom-pom girl s’est ter­mi­née cet au­tomne.

« Notre sai­son de cheer­lea­ders com­mence en fé­vrier et se ter­mine avec la fi­nale de la coupe Grey », in­dique-t-elle.

Elle consi­dère tou­te­fois que cette fin n’a rien de triste. « Il y a une conjonc­tion de nou­velles si­tua­tions dans ma vie qui m’ont convain­cue d’ar­rê­ter », confie-t-elle.

Entre autres évé­ne­ment heu­reux pour elle, son re­cru­te­ment par la fon­da­tion des Alouettes en tant que co­or­don­na­trice des re­la­tions avec la com­mu­nau­té.

« Je suis contente, car je ne quitte pas com­plè­te­ment l’équipe », sou­ligne-t-elle.

UnE pAS­Sion

La jeune fille a re­joint les Alouettes à l’âge de 19 ans, après une courte car­rière en danse.

« On re­crute des dan­seuses à par­tir de 18 ans, mais j’avais ra­té la date de l’au­di­tion une an­née au­pa­ra­vant », ra­conte-t-elle.

Elle qui a com­men­cé à pra­ti­quer la danse à l’âge de 5 ans pen­sait qu’elle évo­lue­rait plu­tôt comme en­sei­gnante de cette dis­ci­pline alors qu’elle avait été re­cru­tée chez Louise La­pierre Danse.

Or, c’est sur les ter­rains de foot­ball qu’elle ex­pri­me­ra son art de ma­nière pro­fes­sion­nelle. Ce­la est d’au­tant plus mé­ri­toire puis­qu’elle n’était pas as­su­rée d’être re­prise, sai­son après sai­son.

«Même si on a été en­ga­gée une fois, il faut re­pas­ser l’au­di­tion l’an­née sui­vante », dit–elle

Il n’y a que 28 dan­seuses dans l’équipe. Sou­vent c’est une cen­taine de can­di­dates qui se pré­sentent à chaque au­di­tion.

« Il faut prou­ver qu’on est en­core ca­pable de ré­pondre aux exi­gences », ra­conte-t-elle.

Les pom-pom girls sont des ath­lètes de haute per­for­mance. À chaque ren­contre, elles as­surent au moins une soixan­taine de mi­nutes de danse sur le ter­rain.

« Nous exé­cu­tons des cho­ré­gra­phies très dy­na­miques qui exigent de la coor­di­na­tion et un es­prit d’équipe à toute épreuve », re­lève-t-elle.

Le rôle des cheer­lea­ders n’est pas d’as­su­rer un spec­tacle pour oc­cu­per les temps d’ar­rêt.

« Nous fai­sons le lien entre le pu­blic et le ter­rain, même quand notre équipe est per­dante, il faut en­tre­te­nir l’en­thou­siasme des par­ti­sans», ex­plique-t-elle.

Ce qu’elle re­grette en quit­tant l’équipe, la fin de sa re­la­tion pri­vi­lé­giée avec ses col­lègues.

« Nous sommes tout le temps en­semble, on de­vient de grandes amies, on a l’im­pres­sion que nous for­mons une fa­mille. »

(Pho­to gra­cieu­se­té – Do­mi­nique Gra­vel)

Sid­ney Gin­che­reau vit à Ahunt­sic et a étu­dié à l’école Saint-Isaac-Jogues. Il y a neuf ans, elle est de­ve­nue cheerleader des Alouettes de Mon­tréal.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.