L’As­so­cia­tion des gens d’af­faires d’Ahunt­sic-Car­tier­ville met fin à ses ac­ti­vi­tés

Courrier Ahuntsic - - ACTUALITÉS - AMINE ESSEGHIR amine.esseghir@tc.tc

À quelques mois de fê­ter ses 60 ans, l’As­so­cia­tion des gens d’af­faires d’Ahunt­sic-Car­tier­ville (AGAAC) a mis la clé sous la porte. En cause : une baisse du nombre de membres et le dé­cès de son pré­sident, le 6 jan­vier.

Le 24 jan­vier s’est te­nue l’ul­time as­sem­blée gé­né­rale du conseil d’ad­mi­nis­tra­tion (CA) de l’AGAAC qui a pro­non­cé sa dis­so­lu­tion pure et simple.

«Nous n’avions plus le choix, le dé­cès de Re­né Sé­guin, le pré­sident, a été le der­nier évé­ne­ment qui nous a convain­cus de tour­ner la page », ex­plique Mi­chel Ha­mel, tra­vailleur au­to­nome dans le do­maine des com­mu­ni­ca­tions et membre du CA de l’AGAAC à la­quelle il a adhé­ré il y a plus de 20 ans.

M. Ha­mel a consta­té que de­puis les cinq der­nières an­nées, il était de plus en dif­fi­cile de re­nou­ve­ler les co­ti­sa­tions et trou­ver une re­lève.

« À la fin, nous n’étions plus que 16 membres, il fal­lait se ré­soudre à mettre un terme à l’aven­ture », lâche-t-il.

M. Ha­mel a été éga­le­ment pré­sident de l’as­so­cia­tion de 2001 à 2003.

La fin de l’AGAAC si­gni­fie que les gens d’af­faires d’Ahunt­sic-Car­tier­ville n’ont plus de re­pré­sen­tant.

« On nous parle des SDC, mais ce n’est pas la même chose. Celles-ci gèrent les in­té­rêts des en­tre­pre­neurs et com­mer­çants d’une rue ou d’un sec­teur. Mais, qui re­pré­sen­te­ra les tra­vailleurs au­to­nomes ou les com­mer­çants qui sont en de­hors de ces rues ? », se de­mande-t-il.

Il as­sure que l’AGAAC a eu un bi­lan plus qu’ho­no­rable du­rant plus d’un de­mi-siècle d’exis­tence.

« Cette as­so­cia­tion a été à l’ori­gine de plu­sieurs grandes ini­tia­tives prises à Ahunt­sic, plaide-t-il. C’est elle qui a beau­coup mi­li­té pour que le mé­tro soit éten­du jus­qu’à Hen­ri-Bou­ras­sa. »

Outre la re­pré­sen­ta­tion des in­té­rêts des gens d’af­faires d’Ahunt­sic-Car­tier­ville, l’AGAAC était aus­si un lieu de ras­sem­ble­ment des en­tre­pre­neurs.

La mis­sion pre­mière de l’as­so­cia­tion était de mettre en re­la­tion des gens d’af­faires, dont par des ac­ti­vi­tés de ré­seau­tage.

« Beau­coup de gens au­jourd’hui ne jurent plus que par les ré­seaux so­ciaux. C’est un leurre à mon avis. Pour qu’un client te fasse confiance, il faut qu’il parle à une vraie per­sonne. »

L’as­so­cia­tion met­tait aus­si sur pied des évé­ne­ments gran­dioses et in­vi­tait des confé­ren­ciers de re­nom.

«On a eu Jean Cha­rest, Ber­nard Lan­dry, le maire Pierre Bourque. On rem­plis­sait les salles et on avait 150 membres qui avaient payé leur co­ti­sa­tion », ra­conte-t-il.

M. Ha­mel es­père que les gens d’af­faires trou­ve­ront ra­pi­de­ment un moyen de se ré­or­ga­ni­ser et se don­ner un re­pré­sen­tant à même de dé­fendre leurs in­té­rêts.

(Pho­to gracieuseté - Antoine W. Bé­cotte)

Pierre-Re­né Per­rin, pré­sident de 1988 à 1989, avec Mi­chel Ha­mel, au centre, et Da­niel Vé­ly, pré­sident de 1997 à 1998, ras­sem­blés pour une der­nière fois à l’as­sem­blée ex­tra­or­di­naire de dis­so­lu­tion de l’AGAAC, le 24 jan­vier 2018.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.