Un cock­tail no­cif pour les chaus­sées mont­réa­laises

Chan­ge­ments cli­ma­tiques et dé­fi­cit d’en­tre­tien

Courrier Ahuntsic - - ACTUALITÉS - Ni­co­las Le­dain ni­co­las.le­dain@tc.tc

Avec la mul­ti­pli­ca­tion des épi­sodes de gel­dé­gel, les routes mont­réa­laises sont mises à rude épreuve. En rai­son d’un re­tard d’in­ves­tis­se­ment par le pas­sé, l’eau s’y in­filtre de plus en plus et pro­voque la des­truc­tion de la chaus­sée.

La Ville de Mon­tréal se dit consciente de cet en­jeu et tente de rat­tra­per les er­reurs du pas­sé. «Il y a des pro­blé­ma­tiques tous les ans, mais cet hi­ver, la mé­téo ne nous aide vrai­ment pas », avoue Syl­vain Ouel­let, conseiller du district Fran­çois-Per­rault et res­pon­sable des in­fra­struc­tures au co­mi­té exé­cu­tif de la Ville de Mon­tréal.

Comme l’élu, des mil­liers de Mont­réa­lais ont consta­té que bon nombre de nos rues s’étaient lar­ge­ment dé­gra­dées ces der­niers mois, prin­ci­pa­le­ment sur les grands axes. Le nou­vel épi­sode de dé­gel connu fin fé­vrier ne va rien ar­ran­ger à cette si­tua­tion, puisque l’eau qui s’in­filtre dans les chaus­sées vieillis­santes risque de ge­ler de nou­veau lors d’un pro­chain épi­sode de froid et de faire écla­ter l’as­phalte.

La Ville de Mon­tréal a d’ailleurs iden­ti­fié cette pro­blé­ma­tique dans son Plan d’adap­ta­tion aux chan­ge­ments cli­ma­tiques de l’ag­glo­mé­ra­tion réa­li­sé en 2017. Dans ce do­cu­ment, il est in­di­qué que les épi­sodes de gel­dé­gel ont aug­men­té de 29 % entre 1942 et 2015 ce qui en­traîne « l’en­dom­ma­ge­ment des ar­tères et routes ur­baines lo­cales du ré­seau rou­tier mont­réa­lais, no­tam­ment cau­sé par la dé­gra­da­tion ac­cé­lé­rée de la chaus­sée et l’ap­pa­ri­tion ac­crue de nids-de-poule ».

Se­lon Guy Do­ré, pro­fes­seur au dé­par­te­ment de gé­nie ci­vil de l’uni­ver­si­té La­val, cette si­tua­tion est la consé­quence d’un manque d’in­ves­tis­se­ment et d’en­tre­tien dans le pas­sé.

Du « pat­chage » en at­ten­dant le rat­tra­page

Or, dans son bud­get de 7 M$ pour l’en­tre­tien des chaus­sées, la Ville de Mon­tréal dé­pense en­core chaque an­née en re­sur­fa­çage et en ré­pa­ra­tion d’ur­gence avec un coût an­nuel de 3,5 M$ uni­que­ment pour col­ma­ter les nids-de-poule.

Elle a tou­te­fois en­ga­gé un plan de rat­tra­page sous l’ad­mi­nis­tra­tion de De­nis Co­derre que pour­suit la mai­resse Va­lé­rie Plante. En 2017, plus de 280 km de routes ont fait l’ob­jet d’une ré­fec­tion, mais ce n’est qu’en­vi­ron 7 % du ré­seau qui compte au-de­là de 4 000 km de chaus­sées.

«En dé­pit de ces ef­forts, plu­sieurs tron­çons du ré­seau de­meurent en­core en-de­çà du ni­veau de ser­vice sou­hai­té. C’est pour­quoi la Ville en­tend conti­nuer d’in­ves­tir mas­si­ve­ment dans le re­nou­vel­le­ment de ses in­fra­struc­tures » , in­dique Marilyne La­roche Cor­beil, re­la­tion­niste à la Ville de Mon­tréal.

«Il va conti­nuer à y avoir du pat­chage, ad­met Syl­vain Ouel­let. Mais ce se­ra tem­po­raire et si on veut des choses du­rables, il faut d’abord rat­tra­per ce dé­fi­cit d’in­ves­tis­se­ment pour main­te­nir nos in­fra­struc­tures et évi­ter que ça coûte trop cher aux Mont­réa­lais », pré­cise l’élu qui pro­met aus­si une op­ti­mi­sa­tion des in­ter­ven­tions afin de réa­li­ser ces ré­pa­ra­tions de ma­nière co­or­don­née avec celles des ré­seaux d’eau sous-ter­rains.

Il croit que l’ag­glo­mé­ra­tion se­ra en me­sure de rat­tra­per le dé­fi­cit pas­sé d’ici la pre­mière moi­tié des an­nées 2020.

Le pro­fes­seur Guy Do­ré es­time que le rat­tra­page, à l’échelle de la pro­vince, pour­rait s’éti­rer bien plus long­temps que ça.

«Ce­la prend beau­coup d’argent et beau­coup de tra­vaux. C’est ce que tentent de faire les ad­mi­nis­tra­tions, mais quand on fait face à un ré­seau comme ce­lui du Qué­bec, ça prend du temps. Ce­la va nous don­ner des ré­sul­tats dans quelques dé­cen­nies, mais pas l’an­née pro­chaine », pré­çi­sant du même souffle que tous ceux qui sont im­pli­qués dans la concep­tion et la ges­tion des in­fra­struc­tures sont au­jourd’hui conscients de cette né­ces­si­té de ré­fec­tion ma­jeure.

Par ailleurs, en plus de cet en­ga­ge­ment à rat­tra­per le re­tard ac­cu­mu­lé, la Ville de Mon­tréal se tourne vers la re­cherche pour an­ti­ci­per les chan­ge­ments cli­ma­tiques afin de mieux main­te­nir les in­fra­struc­tures rou­tières et évi­ter de re­pro­duire les er­reurs du pas­sé.

«Si les cycles de gels et de dé­gels com­bi­nés à de la pluie s’ac­cé­lèrent, ça va de­ve­nir com­pli­qué. Nous avons donc des par­te­na­riats avec des uni­ver­si­tés et des chaires de re­cherche et il va fal­loir in­no­ver dans ce do­maine, car les choses risquent d’em­pi­rer », fait re­mar­quer Syl­vain Ouel­let.

Les nids de poule sont un signe de fin de vie utile, nor­ma­le­ment on n’au­rait ja­mais à se rendre à ce stade. Nos routes ont be­soin d’être ré­ha­bi­li­tées en pro­fon­deur et pas seule­ment en sur­face. »

Guy Do­ré, pro­fes­seur au dé­par­te­ment de gé­nie ci­vil de l’uni­ver­si­té La­val

(Fré­dé­rique Cha­rest / TC Me­dia)

Lors de pé­riode de gel et dé­gel, des mil­liers de nids de poule ap­pa­raissent dans les rues de la métropole, comme ceux- ci, sur la rue Sher­brooke.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.