Créa­tion de places en gar­de­ries sub­ven­tion­nées

Courrier Ahuntsic - - ACTUALITÉS - JO­HAN­NA PELLUS jo­han­na.pellus@tc.tc

Sur les 2000 nou­velles places en centres de la pe­tite en­fance (CPE) et en gar­de­ries sub­ven­tion­nées qui se­ront créées, plus du quart se­ront si­tuées dans les ar­ron­dis­se­ments du Sud-Ouest et de Ver­dun, à Mon­tréal. Ces sec­teurs connaî­tront tout de même un dé­fi­cit pour gar­der et édu­quer les tout-pe­tits d’ici 2021, se­lon les pro­jec­tions du mi­nis­tère de la Fa­mille.

De nou­velles es­ti­ma­tions sta­tis­tiques sur l’offre et la de­mande en ser­vice de garde éducatif ont per­mis de ci­bler un to­tal de 26 ter­ri­toires qui sont en manque de places ou en mi­lieux dé­fa­vo­ri­sés au Qué­bec.

« Cet exer­cice de ré­vi­sion nous a don­né l’oc­ca­sion de connaître pré­ci­sé­ment les be­soins des pa­rents et d’iden­ti­fier les ter­ri­toires », jus­ti­fie le mi­nistre Luc For­tin, lors de l’an­nonce d’ap­pel de pro­jets faite au CPE Les Pe­tites Cel­lules, dans les lo­caux d’Erics­son, à Saint-Laurent.

Ain­si, quelque 300 places se­ront éga­le­ment ajou­tées sur le ter­ri­toire du CSSS Jeanne-Mance, au centre-ville et sur le Pla­teau-Mont-Royal, et quelques di­zaines dans Parc-Ex­ten­sion, Côte-des-Neiges et Ro­se­mont.

Au contraire, les don­nées montrent un sur­plus de places pré­vu pour 2021 dans Pier­re­fonds, Ahunt­sic-Car­tier­ville et Saint-Mi­chel no­tam­ment.

PRO­JETS EN COURS

Près d’une cen­taine de pro­jets exis­tants, pré­vus pour 2015, mais en­core non réa­li­sés, pour­raient quant à eux être fa­ci­li­tés, per­met­tant ain­si 3800 autres nou­velles places.

« Nous aug­men­tons la contri­bu­tion du gou­ver­ne­ment à 75 %, voire 100 % pour le fi­nan­ce­ment des in­fra­struc­tures », ex­plique le mi­nistre de la Fa­mille.

La date de réa­li­sa­tion des pro­jets pour­rait éga­le­ment être de­van­cée. Si une op­por­tu­ni­té, comme un lo­cal dis­po­nible, se pré­sente, le pro­mo­teur pour­rait éga­le­ment être au­to­ri­sé à al­ler dans un ter­ri­toire li­mi­trophe.

Au­cune en­ve­loppe sup­plé­men­taire n’est né­ces­saire pour al­ler de l’avant, le mi­nistre ayant pré­ci­sé que des fonds étaient dis­po­nibles dans son bud­get de fonc­tion­ne­ment.

RÉ­AC­TIONS MITIGÉES

L’as­so­cia­tion qué­bé­coise des CPE ac­cueille cette nou­velle avec beau­coup de ré­serve. « Ce gou­ver­ne­ment a em­pê­ché la créa­tion de places avec des règles qui étaient beau­coup plus sé­vères et strictes en chan­geant le fi­nan­ce­ment de 100 % à 50 % en tout dé­but de man­dat », sou­tient son pré­sident-di­rec­teur gé­né­ral, Louis Se­né­cal.

Il rap­pelle qu’il s’agit de fa­ci­li­ter la créa­tion de 3 800 places dé­jà at­tri­buées. Le mi­nistre a re­con­nu que ces pro­jets ont été re­tar­dés, no­tam­ment pour des consi­dé­ra­tions fi­nan­cières.

Quant à la créa­tion de 2 000 places, qui se fe­ront à 85% dans les CPE, M. Sé­né­cal s’en ré­jouit, mais parle d’un « coup d’épée dans l’eau » compte te­nu des be­soins des fa­milles.

Par ailleurs, pour le vice-pré­sident de l’As­so­cia­tion des gar­de­ries non sub­ven­tion­nées en ins­tal­la­tion (AGNSI), Da­vid Had­daoui, cette an­nonce pour­rait créer un dés­équi­libre. « Si le gou­ver­ne­ment n’aide pas les gar­de­ries pri­vées et qu’un CPE se re­trouve à cô­té d’une d’entre elles, on va se re­trou­ver avec des em­ployés sans em­ploi », jus­ti­fie-t-il.

Les CPE et gar­de­ries sub­ven­tion­nées qui sou­haitent dé­po­ser des pro­jets dans le cadre des 2 000 nou­velles places ont jus­qu’au 6 juin pour le faire.

(Pho­to: TC Me­dia – Isa­belle Ber­ge­ron)

Le mi­nistre Luc For­tin a an­non­cé la créa­tion et le dé­ve­lop­pe­ment fa­ci­li­té de 5800 places sub­ven­tion­nées en ser­vices de garde édu­ca­tifs le 6 mars, à Saint-Laurent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.