Une loi n’est pas né­ces­saire pour obli­ger le port du casque

Courrier Ahuntsic - - LA UNE - EM­MA­NUEL DELACOUR em­ma­nuel.delacour@tc.tc

Une loi im­po­sant le port du casque à vé­lo ne se­rait pas né­ces­saire et pour­rait même être nui­sible à la pra­tique de ce mode de trans­port, af­firme l’Ins­ti­tut na­tio­nal de san­té du Qué­bec (INSPQ) dans une ré­cente pu­bli­ca­tion.

L’or­ga­nisme prend en compte la hausse im­por­tante du port vo­lon­taire du casque à vé­lo dans la pro­vince, at­tei­gnant en moyenne 53 % en 2014. De plus, le risque qu’une lé­gis­la­tion puisse ré­duire l’uti­li­sa­tion de cette ac­ti­vi­té, sur­tout chez les jeunes, est im­por­tant, pous­sant l’INSPQ à mi­ser plu­tôt sur la sen­si­bi­li­sa­tion et la pro­mo­tion.

« L’INSPQ re­com­mande de conti­nuer à pro­mou­voir le port du casque de vé­lo sur une base vo­lon­taire en in­ten­si­fiant les ef­forts de pro­mo­tion et en fai­sant ap­pel à plu­sieurs types d’ac­ti­vi­tés in­cluant la dis­tri­bu­tion de casques gra­tuits, en par­ti­cu­lier pour les clien­tèles dé­fa­vo­ri­sées au plan so­cioé­co­no­mique», peut-on lire dans le com­mu­ni­qué de l’INSPQ.

L’ins­ti­tut pour­suit en pro­po­sant d’ac­cen­tuer les ef­forts consen­tis à l’im­plan­ta­tion d’in­fra­struc­tures cy­clables sé­cu­ri­taires dans la pro­vince.

Dans son rap­port in­ti­tu­lé La sé­cu­ri­té des cy­clistes : im­por­tance du casque de vé­lo et per­ti­nence de le rendre obli­ga­toire au Qué­bec, l’or­ga­nisme met en lu­mière les li­mites d’une loi im­po­sant le casque aux cy­clistes, ayant ana­ly­sé des cas dans cer­taines ré­gions du Qué­bec où son port est re­quis.

« Il est pos­sible d’at­teindre un pour­cen­tage d’au moins 70% à l’éche­lon ré­gio­nal sur une base vo­lon­taire [et] le port du casque de vé­lo dé­passe ra­re­ment 80 % lors­qu’il est ren­du obli­ga­toire », sou­ligne l’INSPQ dans le do­cu­ment.

D’après l’étude, la pro­por­tion de cy­clistes por­tant vo­lon­tai­re­ment le casque ne cesse d’aug­men­ter. En moyenne 53% des cy­clistes portent un casque au Qué­bec et ce pour­cen­tage aug­mente à près de 80 % pour les jeunes de 5 à 9 ans.

Les bles­sures et dé­cès liés aux in­ci­dents im­pli­quant des cy­clistes ne por­tant pas le casque n’ont pas as­sez de poids lorsque vient le temps de cal­cu­ler l’ef­fet d’une telle loi sur la san­té pu­blique, in­forme le rap­port.

« On ne peut pas ex­clure la pos­si­bi­li­té qu’une telle loi ait un ef­fet né­ga­tif sur la pra­tique du vé­lo, en par­ti­cu­lier chez les jeunes. Ce phé­no­mène, si mi­nime soit-il, cau­se­rait plus de tort que de bien d’un point de vue de san­té pu­blique puisque les bien­faits sur la san­té liés à la pra­tique du vé­lo sont su­pé­rieurs au risque de bles­sure », in­siste-t-on dans le rap­port.

LES DÉ­PLA­CE­MENTS À BICYCLETTE EN AUG­MEN­TA­TION DANS LA MÉ­TRO­POLE

Se­lon la plus ré­cente en­quête de l’Agence mé­tro­po­li­taine de trans­port, Ori­gine-Des­ti­na­tion, réa­li­sée en 2013, la part mo­dale dans l’ag­glo­mé­ra­tion de Mon­tréal n’a ces­sé d’aug­men­ter du­rant les der­nières an­nées, pas­sant de 1,4 % en 2003 à 1,8 % en 2008, pour en­fin at­teindre 2,5 % en 2013.

Sans grande sur­prise, c’est dans les ar­ron­dis­se­ments cen­traux que cette sta­tis­tique at­teint des som­mets. Dans Le Pla­teau-Mont-Royal, la part mo­dale du vé­lo se si­tuait à 8,8 % en 2013. Dans Ro­se­mont – La Pe­tite-Pa­trie, elle se lo­geait à 5,4 %, dans Ville­ray – Saint-Mi­chel – Parc-Ex­ten­sion, à 3,4% et dans Ville-Ma­rie, à 3,5 %.

La part mo­dale du vé­lo re­pré­sente la pro­por­tion des dé­pla­ce­ments réa­li­sés à vé­lo sur l’en­semble des dé­pla­ce­ments, quel que soit le mode de trans­port (au­to, tran­sports en com­mun, vé­lo, marche, etc.).

Ar­chives TC Me­dia

Le port du casque obli­ga­toire au­rait des li­mites en san­té pu­blique, se­lon l’INSPQ.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.