une IDÉE ORI­GI­NALE pour TRANS­FOR­MER LES VÊ­TE­MENTS

Courrier Ahuntsic - - 1 - Amine esseghir amine.esseghir@tc.tc

Une boutique ou­vri­ra bien­tôt ses portes à ahunt­sic pour of­frir des vê­te­ments re­cy­clés. Les pro­prié­taires, ge­ne­viève Tremblay et Ma­rie-eve Cro­teau, sou­lignent qu’il ne s’agit pas d’une fri­pe­rie et que les clients pour­ront y dé­cou­vrir des ar­ticles uniques et de qua­li­tés.

Une boutique ou­vri­ra bien­tôt ses portes à Ahunt­sic pour of­frir des vê­te­ments re­cy­clés. Mais at­ten­tion : il ne s’agit pas d’une fri­pe­rie pré­viennent les pro­prié­taires.

Dans leur ma­ga­sin et ate­lier, Ge­ne­viève Tremblay et Ma­rie-eve Cro­teau n’hé­sitent pas à qua­li­fier leur com­merce de ca­verne d’ali Ba­ba. Elles se sont don­né pour marque de com­merce « les in­tri­gantes ».

« On cher­chait un nom ori­gi­nal et qui sus­ci­te­rait la cu­rio­si­té», re­lève Ma­rie-ève Cro­teau. C’est elle la ges­tion­naire de l’af­faire.

«ré­cu­pé­ra­tion.

Notre ob­jec­tif était d’abord la

il y a au­jourd’hui une prise de conscience contre le gas­pillage, la se­conde vie des ob­jets, l’achat lo­cal et c’est dans cette vi­sion que nous nous ins­cri­vons. »

Son as­so­ciée Ge­ne­viève Tremblay est plu­tôt l’ar­tiste. Elle est ca­pable de trans­for­mer n’im­porte quel ob­jet en ac­ces­soire, n’im­porte quelle vieille che­mise éli­mée en article de luxe. «Nous nous com­plé­tons bien », re­lève Mme Cro­teau.

Dans la boutique on trouve des robes des chan­dails et des pan­ta­lons bien sûr, mais aus­si des chaus­sures, des sacs et des bi­joux.

Amies dans la vie, les deux in­tri­gantes se sont connues en tra­vaillant dans le mi­lieu de la confec­tion et du com­merce de vê­te­ments.

«J’étais ache­teuse et gé­rante chez l’épingle à linge, une boutique qui a pi­gnon sur rue sur la Pro­me­nade Fleu­ry », ra­conte Mme Tremblay.

«C’était une vé­ri­table école pour ce qui est du ser­vice à la clien­tèle », sou­tient Mme Co­teau. Fortes de leur ex­pé­rience, elles ont dé­ci­dé de se mettre à leur compte.

UN Marché in­vi­sible

L’aven­ture des In­tri­gantes a com­men­cé il y a deux ans. « Je fai­sais des mé­nages de gardes robes et comme je suis sty­liste, je conseillais des femmes pour or­ga­ni­ser leurs pen­de­ries. À la fin de la jour­née, je me re­trou­vais avec des sacs pleins de vê­te­ments», ra­conte Mme Tremblay.

Ces lots en­va­his­saient son sous-sol et elle don­nait en­suite aux églises, aux or­ga­nismes com­mu­nau­taires, aux amis et à la fa­mille, mais il en res­tait tou­jours.

«J’ai vu son stock, je l’ai or­ga­ni­sé et on a com­men­cé à lui trou­ver des dé­bou­chés», in­ter­vient Mme Co­teau.

Les in­tri­gantes ont d’abord écu­mé les ventes trot­toirs et ont mis sur pied des hap­pe­nings, des ventes éphé­mères qui pou­vaient se te­nir dans un bar ou des bu­reaux.

« L’ac­cueil des clientes était ex­tra­or­di­naire et elles nous de­man­daient où était notre ma­ga­sin. On s’est dit qu’il y’avait un marché pour ce qu’on fai­sait », sou­ligne Mme Cro­teau.

Elles se sont don­né pour phi­lo­so­phie de ré­cu­pé­rer des vê­te­ments de qua­li­té et es­sen­tiel­le­ment de de­si­gner qué­bé­cois. Là-de­dans, il y a des dons de vieux ha­bits, des fins de lignes ou des in­ven­dus qu’elles ont ra­che­tés.

«Nous avons par­fois des lots de vê­te­ments an­ciens en­core neufs, avec leur éti­quette d’ori­gine, ob­serve Mme Tremblay. Des coups de coeur qui n’ont pas eu l’hon­neur d’être por­tés. »

Elles au­raient pu ou­vrir une boutique de vê­te­ments neufs avec un style par­ti­cu­lier.

Ge­ne­viève Tremblay, co­pro­prié­taire de la boutique Les In­tri­gantes.

Tou­te­fois, la ré­cu­pé­ra­tion est dou­blée d’un tra­vail de re­con­di­tion­ne­ment très ap­pro­fon­di.

«Quand les clientes re­gardent ce que nous pro­po­sons, elles ne se rendent pas compte que ce sont des vê­te­ments usa­gés. On les re­met tel­le­ment à neuf, qu’on ou­blie que c’est du re­cy­clage», re­marque Mme Cro­teau.

Et la mode dans tout ce­la ? « Les gens ne sont pas for­cé­ment sé­duits par la mode. Nos clientes veulent des beaux vê­te­ments agen­cés se­lon leurs goûts et leurs styles et qui ne leur coutent pas une for­tune», sou­ligne Mme Tremblay.

La boutique doit ou­vrir en sep­tembre avec des heures en se­maine. «Nous al­lons of­frir aus­si des ventes sur ren­dez-vous avec conseils per­son­na­li­sés pour les clientes qui n’ont pas le temps de faire du ma­ga­si­nage du­rant les heures ou­vrables », fait va­loir Mme Cro­teau.

Les in­tri­gantes pré­parent aus­si un site de vente en ligne pour pou­voir sa­tis­faire tout le monde.

(Pho­to Amine Esseghir – Cour­rier Ahunt­sic)

Ma­rie-eve Cro­teau et Ge­ne­viève Tremblay sont les In­tri­gantes qui offrent une se­conde vie à des vê­te­ments usa­gés.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.