In­dem­ni­sa­tions : le gou­ver­ne­ment bo­ni­fie son aide

Courrier Bordeaux-Cartierville - - ACTUALITÉS - Ré­dac­tion TC Me­dia

INON­DA­TIONS. Qué­bec ouvre ses coffres aux si­nis­trés et bo­ni­fie consi­dé­ra­ble­ment les me­sures d’aide fi­nan­cière à la suite des inon­da­tions his­to­riques du prin­temps 2017.

Le pre­mier mi­nistre Phi­lippe Couillard en a fait l’an­nonce la se­maine der­nière à Mon­tréal, en com­pa­gnie de ses mi­nistres des Fi­nances et de la Sé­cu­ri­té pu­blique, Car­los Lei­tao et Mar­tin Coi­teux, qui a pris soin de pré­ci­ser que cette bo­ni­fi­ca­tion vise les évé­ne­ments de cette an­née.

Pour ré­pondre à la ca­tas­trophe ac­tuelle, le mon­tant maxi­mal qui se­ra dis­po­nible pour le remplacement com­plet d’une ré­si­dence qui doit être dé­truite, qui était de 160 000 $ dans le pro­gramme gé­né­ral, est por­té à 200 000 $. À ce­la peut s’ajou­ter une somme al­lant jus­qu’à 50 000 $ pour la va­leur du ter­rain si le pro­prié­taire dé­cide de s’ins­tal­ler ailleurs, un ajout qui n’exis­tait pas au­pa­ra­vant.

Cer­tains n’au­ront d’ailleurs pas le choix, puis­qu’ils ne pour­ront re­bâ­tir à neuf dans les sec­teurs où le zo­nage in­ter­dit les nou­velles construc­tions.

Quant à ceux qui ont su­bi des dom­mages, mais qui peuvent ré­pa­rer les dé­gâts, ils voient éga­le­ment le pla­fond d’aide por­té à 200 000 $. De plus, les ré­pa­ra­tions, qui étaient cou­vertes jus­qu’à 80 pour cent des coûts réels to­taux, se­ront dé­sor­mais cou­vertes à 90 pour cent.

Toutes les autres ca­té­go­ries qui étaient dé­jà su­jettes à une in­dem­ni­sa­tion voient éga­le­ment leurs maxi­mums aug­men­tés, qu’il s’agisse des me­sures d’ur­gence pour pro­té­ger les mai­sons, des tra­vaux de net­toyage ou des biens meubles, in­cluant les élec­tro­mé­na­gers et les vê­te­ments.

Du cô­té des en­tre­prises, l’aide of­ferte pour les me­sures de pré­ven­tion tem­po­raires, qui était de 5000 $, est haus­sée à 8000 $. Le pla­fond pour les biens es­sen­tiels à l’en­tre­prise passe de 212 000 $ à 265 000 $.

Les en­tre­prises pour­ront éga­le­ment se pré­va­loir d’une al­lo­ca­tion pour la dé­mo­li­tion si tel est le cas et d’un ra­chat de ter­rain en cas de re­lo­ca­li­sa­tion pou­vant at­teindre 60 000 $.

Par ailleurs, l’aide of­ferte aux si­nis­trés qui étaient dé­jà ad­mis­sibles est élar­gie pour cou­vrir aus­si des élé­ments qui en étaient jus­qu’ici ex­clus, comme les chambres qui ne sont pas oc­cu­pées en per­ma­nence, une deuxième salle de bains, un bu­reau ou une salle fa­mi­liale, ain­si que les meubles qui s’y trou­vaient.

Le pro­gramme pré­voit aus­si que les frais d’amé­na­ge­ment pay­sa­ger pour les ter­rains dé­vas­tés soient dé­sor­mais cou­verts jus­qu’à hau­teur de 5000 $, mais cette somme est in­cluse dans le nou­veau pla­fond de 200 000 $ pour la ré­si­dence.

Par­mi les ajouts im­por­tants, on note l’ar­ri­vée des pro­prié­taires d’im­meubles lo­ca­tifs sous le pa­ra­pluie gou­ver­ne­men­tal. Jus­qu’ici, seuls ceux dont la lo­ca­tion d’un im­meuble était leur prin­ci­pal moyen de sub­sis­tance pou­vaient ré­cla­mer de l’aide, une dis­tinc­tion qui a été ef­fa­cée.

Jus­qu’ici, Qué­bec a ver­sé 3,6 mil­lions $ en aide fi­nan­cière aux si­nis­trés et le rythme des ver­se­ments se si­tue aux en­vi­rons de 450 000 $ par jour.

Qué­bec s’at­tend à ce que la fac­ture at­teigne en­vi­ron 350 mil­lions $, mais Mar­tin Coi­teux a in­sis­té sur le fait qu’il ne s’agit pas d’une en­ve­loppe fer­mée et que les au­to­ri­tés ne tour­ne­ront pas le dos aux si­nis­trés une fois que l’eau se se­ra re­ti­rée.

Il faut pré­ci­ser que le Qué­bec n’ab­sor­be­ra cer­tai­ne­ment pas la to­ta­li­té de la fac­ture, puisque les en­tentes fé­dé­rales-pro­vin­ciales pré­voient une im­por­tante par­ti­ci­pa­tion d’Ot­ta­wa dans ces dé­penses. En prin­cipe et en temps nor­mal, la part du fé­dé­ral s’élève au­tour de 50 % ou un peu plus, mais ces ver­se­ments sont liés au pro­gramme gé­né­ral ac­tuel du gou­ver­ne­ment du Qué­bec et non au pro­gramme spé­ci­fique an­non­cé mer­cre­di.

Le mi­nistre Lei­tao a re­con­nu que la par­ti­ci­pa­tion du fé­dé­ral res­tait donc à être né­go­ciée en ver­tu de ces nou­veaux pa­ra­mètres.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.