Sco­la­ri­sa­tion des mi­grants : un dé­fi pour les com­mis­sions sco­laires

Courrier Bordeaux-Cartierville - - LA UNE - STEVE CARON steve.caron@tc.tc

ÉDU­CA­TION. La sco­la­ri­sa­tion des mi­grants ar­ri­vés à Mon­tréal au cours des der­rières jours pour­rait bien re­pré­sen­ter un casse-tête pour les di­verses com­mis­sions sco­laires fran­co­phones de la mé­tro­pole, même si elles as­surent être en me­sure de sco­la­ri­ser ces nou­veaux ar­ri­vants.

« La se­maine der­nière, le mi­nis­tère nous par­lait de 700 à 800 en­fants par­mi les mi­grants. De ce nombre, il fau­dra voir com­bien sont d’âge sco­laire, mais nous nous at­ten­dons à de­voir ac­cueillir des cen­taines d’en­fants dans nos écoles », de men­tion­ner Ca­the­rine Ha­rel-Bour­don, pré­si­dente de la Com­mis­sion sco­laire de Mon­tréal (CSDM).

Pour ce faire, cer­tains sec­teurs de­vront être prio­ri­sés comme par exemple le Centre-Sud, Ho­che­la­ga-Mai­son­neuve et le Sud-Ouest.

« Nous avons trans­mis au mi­nis­tère les codes pos­taux où nous avions de la place pour

Se­lon une étude réa­li­sée par la firme de son­dage CROP pour le Groupe Uni­ver­si­tas sur le fi­nan­ce­ment des études, 68 % des jeunes Qué­bé­cois sont pré­oc­cu­pés par les coûts de l’édu­ca­tion post­se­con­daire. Cette pro­por­tion monte à 78 % chez les pa­rents in­tér­ro­gés.

Ce fi­nan­ce­ment peut éga­le­ment de­ve­nir un frein dans la pour­suite des études. D’après le son­dage, 32 % des jeunes ont dé­cla­ré ne pas avoir pour­sui­vi d’études post­se­con­daires en rai­son de leurs coûts éle­vés.

Se­lon l’étude, 53 % des jeunes au­raient re­çu une aide fi­nan­cière de leurs pa­rents et 39 % ont ob­te­nu des prêts et bourses. ac­cueillir des élèves et dans le meilleur des mondes, les fa­milles s’éta­bli­raient dans ces sec­teurs », dit Mme Ha­rel-Bour­don.

Mais en­core faut-il que des lo­ge­ments y soient dis­po­nibles. Dans le cas contraire, la CSDM de­vra en­vi­sa­ger la pos­si­bi­li­té de leur of­frir du tran­sport sco­laire, une dé­pense oné­reuse et im­pré­vue pour la com­mis­sion sco­laire.

La Com­mis­sion sco­laire Mar­gue­ri­teBour­geoys (CSMB) sur­veille éga­le­ment le dos­sier de près.

« Nous n’avons pas en­core eu de de­mandes à cet ef­fet. Nous sommes en at­tente et des ren­contres avec le mi­nis­tère de­vraient se te­nir dans les pro­chains jours », sou­ligne Gi­na Guille­mette, porte-pa­role de la CSMB.

Un co­mi­té d’ac­cueil a été mis en place pour être prêt, au be­soin, le mo­ment ve­nu comme ce fut le cas lors de l’ar­ri­vée des ré­fu­giés sy­riens.

Même chose à la Com­mis­sion sco­laire de la Pointe-de-l’Île (CSPÎ).

La com­mis­sion sco­laire a de­puis long­temps mis en place une struc­ture d’ac­cueil qui lui per­met de faire face à des si­tua­tions d’ar­ri­vée

Se­lon le son­dage, le trois quarts (73%) des pa­rents qué­bé­cois épargnent pour per­mettre à leurs en­fants de pour­suivre des études post­se­con­daires.

DES COÛTS ÉLE­VÉS

En 2016, les pa­rents qué­bé­cois ont dé­pen­sé en moyenne 921 $ par en­fant, tout ni­veau de sco­la­ri­té confon­du (du pré­sco­laire à l’uni­ver­si­taire), pour les ef­fets sco­laires, les vê­te­ments et les frais d’ins­crip­tion. Ces dé­penses ont d’ailleurs su­bi une im­por­tante hausse de plus de 30 % de­puis 2013, alors qu’elles s’éle­vaient à l’époque à 705 $.

Le coût des études post­se­con­daires re­pré­sente, quant à lui, un in­ves­tis­se­ment de 35 518 $ pour deux an­nées de cé­gep à 99 000 $ pour ef­fec­tuer cinq an­nées d’études, soit deux an­nées de cé­gep et trois an­nées d’uni­ver­si­té, lo­ge­ment com­pris, en 2017. sou­daine d’un vo­lume im­por­tant de mi­grants dans di­verses si­tua­tions, écrit-elle.

Elle est prête et en me­sure de re­ce­voir cette aug­men­ta­tion ponc­tuelle de nou­veaux ar­ri­vants, entre autres, avec des classes sup­plé­men­taires.

(Pho­to De­po­sit pho­to)

La CSDM s’at­tend à de­voir sco­la­ri­ser des cen­taines d’en­fants mi­grants au cours de la ren­trée sco­laire 2017-2018.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.