9 août 1917, at­ten­tat à Bor­deaux

Courrier Bordeaux-Cartierville - - LA UNE - PAR SO­CIÉ­TÉ D’HIS­TOIRE D’AHUNT­SIC-CAR­TIER­VILLE

Au Ca­na­da en gé­né­ral et au Qué­bec en par­ti­cu­lier, la Pre­mière Guerre mon­diale est le théâtre d’un conflit entre Ca­na­dien fran­çais et Ca­na­dien an­glais, dont la crise de la conscrip­tion est un point culmi­nant. Du­rant l’an­née 1917, la ten­sion s’élève d’un cran.

La Pre­mière Guerre est vue au Qué­bec comme une guerre de l’An­gle­terre qui ne nous concerne pas. De plus en plus de pro­tes­ta­tions se font en­tendre dans la pro­vince. Le gou­ver­ne­ment Bor­den prend la dé­ci­sion d’adop­ter la loi sur le ser­vice mi­li­taire dès le dé­but de l’an­née afin de re­mé­dier à la baisse de l’en­rô­le­ment vo­lon­taire. Au Qué­bec, la classe po­li­tique et la po­pu­la­tion re­jettent en bloc la conscrip­tion.

EX­PLO­SION DANS BOR­DEAUX

Le sec­teur du nord de l’île de Mon­tréal n’est pas épar­gné par la contes­ta­tion. Le 24 juillet 1917, la loi sur la conscrip­tion est vo­tée en troi­sième lec­ture. En ré­ac­tion, un at­ten­tat à la dy­na­mite est per­pé­tré à Bor­deaux.

Le 9 août à 3 h 30 du ma­tin, l’ex­plo­sion est en­ten­due de Car­tier­ville jus­qu’au Sault-au-Ré­col­let. Il est même men­tion­né que la dé­fla­gra­tion est en­ten­due jus­qu’à Sainte-Do­ro­thée sur l’île de La­val.

Il est im­por­tant de rap­pe­ler que les an­ciens vil­lages de Car­tier­ville, de Bor­deaux, d’Ahunt­sic et du Sault-au-Ré­col­let étaient des lieux de vil­lé­gia­ture pri­sés par l’élite mon­tréa­laise. Il est tou­jours pos­sible de voir ces mai­sons de cam­pagne le long du bou­le­vard Gouin qui, pour plu­sieurs, était des vil­las.

Se­lon les té­moi­gnages de l’époque, il s’agi­rait d’un groupe de six per­sonnes vi­sant la de­meure d’été de Hugh Gra­ham, le pro­prié­taire du jour­nal Mon­treal Star. Ce der­nier était connu pour ses édi­to­riaux et ses ar­ticles en fa­veur de la conscrip­tion et du gou­ver­ne­ment conser­va­teur de Ro­bert Bor­den.

Il faut com­prendre que M. Gra­ham est même fait Lord Ah­tol­stan par le gou­ver­neur gé­né­ral en 1917. Il est donc un sym­bole im­por­tant pour les op­po­sants à la conscrip­tion.

Du­rant l’émeute de Qué­bec du 1er avril 1917, une af­fiche est ins­tal­lée sur la Ta­ba­gie

Elle a ren­du vi­site à trois cen­te­naires de la fa­mille Char­bon­neau au CHSLD Lé­ga­ré, si­tué sur la rue Le­gendre à Ahunt­sic-Car­tier­ville.

Su­zanne, 103 ans, Jean-Ma­rie, 100 ans, et Lu­cille, 105 ans, sont en­core ac­tifs. Lors de la ren­contre, la dé­pu­tée a no­tam­ment eu l’oc­ca­sion d’échan­ger avec Jean-Ma­rie de sa pas­sion de l’avia­tion et de sa longue car­rière chez Air Ca­na­da. Gi­guère, rue Saint-Jo­seph dans la Ca­pi­tale. Nous pou­vions y lire : « À bas les têtes mau­dites ! ». Le titre était sui­vi d’une liste de per­sonnes en lien avec la pro­mo­tion de la conscrip­tion. M. Hugh Gra­ham fai­sait par­tie du nombre.

Cent ans après les faits, la pre­mière crise de la conscrip­tion nous re­plonge dans une pé­riode conflic­tuelle de notre his­toire. Il faut se sou­ve­nir que l’ar­ron­dis­se­ment Ahunt­sicCar­tier­ville est por­teur de ce pas­sé.

Su­zanne, pour sa part, lui a ra­con­té qu’elle lit plu­sieurs livres par mois grâce à bi­blio­thèque mo­bile de Mon­tréal.

Avec 80 per­sonnes âgées de 100 ans et plus re­cen­sées en 2016, Ahunt­sic-Car­tier­ville est de loin l’ar­ron­dis­se­ment comp­tant le plus de cen­te­naires à Mon­tréal. Le sec­teur a éga­le­ment connu l’une des plus fortes crois­sances de po­pu­la­tion de Mon­tréal de­puis 2011.

Le nombre de cen­te­naires a aug­men­té de 78% dans l’ar­ron­dis­se­ment entre les deux der­niers re­cen­se­ments.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Mme Jo­ly a re­mis aux trois cen­te­naires des fé­li­ci­ta­tions of­fi­cielles à l’oc­ca­sion de cette vi­site.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.