De l’ar­gent pour le Bois-de-Sa­ra­guay

Courrier Bordeaux-Cartierville - - ACTUALITÉS - AMINE ESSEGHIR amine.esseghir@tc.tc

PA­TRI­MOINE. Un mon­tant de 41,5 M$ a été al­loué par Qué­bec pour la pré­ser­va­tion, la res­tau­ra­tion et la mise en va­leur des biens et des sites pa­tri­mo­niaux dé­cla­rés de Mon­tréal, du Mont-Royal et du Bois-de-Sa­ra­guay. Cette somme a été at­tri­buée dans le cadre des grandes orien­ta­tions de l’En­tente sur le dé­ve­lop­pe­ment cultu­rel de Mon­tréal 2018-2021.

Cet ar­gent est com­pris dans les 153 M$ pré­vus dans l’en­tente sur la Politique de dé­ve­lop­pe­ment cultu­rel de Mon­tréal 2017-2022, entre Qué­bec et Mon­tréal.

Le nou­vel ac­cord a été an­non­cé par Ma­rie Mont­pe­tit, mi­nistre qué­bé­coise de la Culture et dé­pu­tée de Cré­ma­zie le 8 août en com­pa­gnie de la mai­resse de Mon­tréal Va­lé­rie Plante.

Si­tué à l’ouest de l’ar­ron­dis­se­ment Ahunt­sic-Car­tier­ville, le parc-nature du Bois-de-Sar­guay est un pe­tit bout de fo­rêt té­moin de la vé­gé­ta­tion qui ré­gnait sur l’île de Mon­tréal au mo­ment où Jacques Car­tier ac­cos­tait sur en Nou­velle-France, en 1535.

ENTRE HIS­TOIRE ET NATURE

Dé­cla­ré site pa­tri­mo­nial en 1981, le Bois-de-Sa­ra­guay connaît une vé­ri­table re­nais­sance en 2017. Trois nou­veaux chemins de pro­me­nade y ont été amé­na­gés per­met­tant d’ob­ser­ver dans les meilleures condi­tions la nature luxu­riante des lieux. Les tra­vaux, qui ont coû­té plus de 2,5 M$, ont été en­ta­més en 2015. Ils ont été dé­ci­dés après une ba­taille de plu­sieurs an­nées me­née par des ré­si­dents des en­vi­rons.

Fait de ma­ré­cages, on croise sur les 97 hec­tares du bois des érables ar­gen­tés, des ormes d’Amé­rique, des frênes de Penn­syl­va­nie, mais éga­le­ment des es­sences rares comme l’érable noir, le chêne bi­co­lore, le mi­co­cou­lier. C’est aus­si une ré­serve na­tu­relle, ha­bi­tat de nom­breux types de mam­mi­fères et d’oi­seaux.

Le bois était si­tué aux abords des terres agri­coles ex­ploi­tées à Mon­tréal par les sul­pi­ciens au XVIIe siècle. Pour des rai­sons in­con­nues, ils ont pré­ser­vé cette par­tie de la fo­rêt de l’île et ne l’ont pas dé­boi­sé alors qu’aux en­vi­rons se mul­ti­pliaient les fermes et les plan­ta­tions.

Des fa­milles bour­geoises s’ins­tallent au XIXe siècle.

Entre 1880 et 1892, la fa­mille Ogil­vie érige un ma­noir au­jourd’hui dis­pa­ru. Dans les an­nées 1930, la fa­mille MacDou­gall a construit une grande mai­son, tou­jours de­bout, en face de l’île-aux-Chats. De­ve­nue pro­prié­té de la Ville, elle sert à des évé­ne­ments of­fi­ciels et de dé­cor pour des tour­nages ci­né­ma­to­gra­phiques.

Pe­tit à pe­tit, les ac­ti­vi­tés agri­coles sont aban­don­nées et les terres sont trans­for­mées en ter­rains de chasse à courre, ou de po­lo.

Le bois de Sa­ra­guay a été clas­sé lieu na­tu­rel et pa­tri­mo­nial pour évi­ter que soit éri­gé un pro­jet do­mi­ci­liaire sur le ter­ri­toire de la fo­rêt. En 1984, le parc ré­gio­nal du Bois-de-Sa­ra­guay est créé pour mieux le conser­ver.

(Pho­to Mé­tro Me­dia – Ar­chives)

Le parc-nature du Bois-de-Sa­ra­guay a été dé­cla­ré site pa­tri­mo­nial en 1981.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.