Les fonc­tion­naires ma­ni­festent et les usa­gers ne se sentent pas dé­fen­dus

Courrier Laval - - ACTUALITÉS -

MO­BI­LI­SA­TION. Alors que le mi­nistre de la San­té et des ser­vices so­ciaux, Gaé­tan Bar­rette, était de pas­sage dans la ré­gion, le 23 oc­tobre, des membres du Front com­mun in­ter­syn­di­cal (CSQ, SFPQ, APTS, CSN et FTQ) ont ma­ni­fes­té de­vant l’hô­tel She­ra­ton La­val, où avait lieu un congrès.

«Après des di­zaines de ren­contres à cha­cune des tables de né­go­cia­tion, le gou­ver­ne­ment n’a pas en­core dé­mon­tré la moindre ou­ver­ture à re­voir ses offres ar­ro­gantes, in­sul­tantes et mé­pri­santes, ex­plique la pré­si­dente du Con­seil cen­tral du Mon­tréal mé­tro­po­li­tain – CSN, Do­mi­nique Dai­gneault, par voie de com­mu­ni­qué. En at­ta­quant les condi­tions de tra­vail des sa­la­riés du sec­teur pu­blic, le gou­ver­ne­ment contri­bue mal­heu­reu­se­ment à la perte d’ex­per­tise dans nos ré­seaux pu­blics et met en pé­ril l’ac­ces­si­bi­li­té à ces ser­vices pour l’en­semble de la po­pu­la­tion.»

D’après le Front com­mun, les ac­tions de per­tur­ba­tions so­cio-éco­no­miques s’étant dé­rou­lées dans plu­sieurs ré­gions au cours des der­niers jours s’ins­crivent dans un plan d’ac­tion vi­sant à uti­li­ser tous les moyens avant de re­cou­rir au droit de grève de 400 000 em­ployés de la san­té et des ser­vices so­ciaux, de l’édu­ca­tion et de la fonc­tion pu­blique.

DES EX­CUSES

Le Re­grou­pe­ment pro­vin­cial des co­mi­tés des usa­gers (RPCU) de­mande des ex­cuses et une com­pen­sa­tion fi­nan­cière aux ins­tances syn­di­cales, à la suite des per­tur­ba­tions au congrès de ven­dre­di, au nom de tous les bé­né­voles qui tra­vaillent gra­tui­te­ment pour l’amé­lio­ra­tion des ser­vices.

Le Re­grou­pe­ment sou­ligne qu’il a tou­jours dé­cla­ré que la seule ri­chesse du ré­seau était son per­son­nel. Il avait aus­si de­man­dé au gou­ver­ne­ment d’ac­cor­der au per­son­nel du ré­seau de la san­té des aug­men­ta­tions su­pé­rieures à l’in­fla­tion et des condi­tions de tra­vail amé­lio­rées.

«On constate donc que mal­gré notre ap­pui à leurs re­ven­di­ca­tions, les ins­tances syn­di­cales n’ont au­cune cré­di­bi­li­té lors­qu’elles disent faire ces per­tur­ba­tions pour le bien des usa­gers, a lais­sé sa­voir par com­mu­ni­qué Pierre Blain, le di­rec­teur gé­né­ral du RPCU. Ils ne dé­fendent que la paie de leurs membres.»

USA­GERS INQUIETS

Se­lon un son­dage com­man­dé par le RPCU, 61 % des Qué­bé­cois se­raient inquiets des moyens de pres­sion dans la san­té.

Le son­dage in­dique que les aî­nés semblent plus pré­oc­cu­pés par les per­tur­ba­tions qui pour­raient sur­ve­nir dans tous les mi­lieux du sec­teur pu­blic.

On ap­prend éga­le­ment que 55 % des Qué­bé­cois sont inquiets des ma­ni­fes­ta­tions et grèves dans le mi­lieu de l’édu­ca­tion, 39 % dans la pe­tite en­fance et 31 % au sein de l’ad­mi­nis­tra­tion gou­ver­ne­men­tale.

Les ré­sul­tats ont été ob­te­nus à l’aide d’un son­dage Web réa­li­sé par Lé­ger du 5 au 8 oc­tobre au­près d’un échan­tillon re­pré­sen­ta­tif de 1013 Qué­bé­cois de 18 ans ou plus et pou­vant s’ex­pri­mer en fran­çais ou en an­glais. (C.L.)

(Pho­to gra­cieu­se­té - Cen­trale des Syn­di­cats du Qué­bec)

Le Front com­mun in­ter­syn­di­cal a ac­cueilli le mi­nistre de la San­té et des ser­vices so­ciaux, Gaé­tan Bar­rette, de­vant l’hô­tel She­ra­ton La­val où avait lieu un congrès ras­sem­blant en­vi­ron 500 per­sonnes, le 23 oc­tobre.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.