Ro­nald As­se­lin re­çoit le Prix Dol­lard-Mo­rin

Courrier Laval - - SPORTS - SYLVAIN LAMARRE sylvain.lamarre@tc.tc

BÉ­NÉ­VO­LAT. L’im­pli­ca­tion bé­né­vole des 10 der­nières an­nées de Ro­nald As­se­lin au ba­se­ball mi­neur AA a été sou­li­gnée de belle fa­çon le 23 oc­tobre der­nier.

Le ré­sident de Fa­bre­ville est le lau­réat du Prix du bé­né­vo­lat en loi­sir et en sport Dol­lard-Mo­rin, dé­cer­né par le gou­ver­ne­ment du Qué­bec. Sa can­di­da­ture a été sou­mise au Con­seil ré­gio­nal des élus (CRÉ) pour la ré­gion de La­val.

«Je ne m’at­ten­dais pas à être fi­na­liste, ce fut une belle sur­prise. Le prix en­globe tel­le­ment d’or­ga­nismes la­val­lois et les can­di­da­tures sont tel­le­ment nom­breuses. Le bé­né­vo­lat, je fais ce­la pour les jeunes, non pas pour re­ce­voir des hon­neurs», confie-t-il.

«Quand un jeune entre et sort du parc avec un sou­rire, c’est à ce mo­ment que je re­çois ma paie. Tout ce que je fais, je le fais pour les jeunes», ajoute-t-il.

REDONNER AU SUI­VANT

«Le ba­se­ball est beau­coup plus qu’un sport, c’est une pas­sion! La vie est tel­le­ment bonne pour moi. Le bé­né­vo­lat est ma fa­çon de redonner au sui­vant», lance-t-il avec en­thou­siasme.

M. As­se­lin donne plus de 45 heures par se­maine aux dif­fé­rentes for­ma­tions de ba­se­ball mi­neur AA des As­so­ciés de La­val.

«Je fais plus d’heures que ce­la. Je couche même au parc», pré­cise ce­lui qui passe le trac­teur au parc Ché­nier. «Je suis fier quand j’en­tends les gens des quatre coins du Qué­bec dire que les ter­rains du parc Ché­nier sont beaux. Ça n’a pas tou­jours été le cas à La­val», en­chaîne-t-il.

FA­MILLE DE BÉ­NÉ­VOLES

Ro­nald As­se­lin n’est pas le seul bé­né­vole de la fa­mille. Son épouse Na­dine St-Jules s’oc­cupe de la cam­pagne de fi­nan­ce­ment pour le pro­gramme de ba­se­ball du sport- études à l’école se­con­daire Georges-Va­nier pour le camp d’en­traî­ne­ment en Flo­ride. Son fils Yan donne de son temps comme en­traî­neur et Zach fait aus­si du bé­né­vo­lat pour le ba­se­ball.

UNE MAI­SON POUR LES AS­SO­CIÉS

M. As­se­lin est fier d’avoir réus­si à créer un vé­ri­table sen­ti­ment d’ap­par­te­nance chez les As­so­ciés. En 2010, il a conclu une en­tente avec la Ville de La­val pour que le parc Ché­nier de­vienne le ter­rain unique des cinq for­ma­tions (mous­tique, pee-wee, ban­tam, midget mas­cu­lin et fé­mi­nin) des As­so­ciés.

Ce parc a alors été amé­na­gé pour eux avec l’ins­tal­la­tion d’une chambre pour les joueurs et d’une can­tine.

«Le parc a été trans­for­mé en un vé­ri­table mi­lieu de vie pour les jeunes. Ces der­niers portent d’ailleurs fiè­re­ment la col­lec­tion de vê­te­ments que j’ai mis en place à l’image de l’as­so­cia­tion » , ter­mine-t-il.

(Pho­to gra­cieu­se­té)

Ro­nald As­se­lin re­çoit le Prix Dol­lard-Mo­rin des mains du mi­nistre Fran­çois Blais.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.