« J’ai re­trou­vé le goût de jouer au ho­ckey » - Na­than L’Écuyer

Courrier Laval - - CHRONIQUE - RE­NÉ-PIERRE BEAUDRY rene-pierre.beaudry@tc.tc

SAINTE-AGATHE-DES-MONTS. Na­than L’Écuyer est l’un des trois gar­diens de but des Mon­ta­gnards. Le La­val­lois (Sainte-Do­ro­thée) de 6’3 (1,91 m), 176 lb (80 kg) a été ob­te­nu avec l’at­ta­quant William Cla­veau lors d’un échange avec les Ran­gers de Mon­tréal-Est du­rant la sai­son 2015-2016.

Cet été, ce­lui qui en est à sa der­nière an­née chez les Ju­niors est ve­nu bien près de ran­ger définitivement ses grosses jam­bières, aban­don­nant du même coup toute vel­léi­té de pous­ser une car­rière du cô­té de l’Eu­rope ou des ÉtatsU­nis. Il a chan­gé d’idée de­puis. « On a cette an­née une bonne gang de gars. J’aime beau­coup cette am­biance à Sainte-Agathe, com­pa­ra­ti­ve­ment à celle de mes der­nières an­nées per­son­nelles dans des équipes qui ac­cu­mu­laient dé­faite sur dé­faite, en par­ti­cu­lier à Ter­re­bonne et Mon­tréal-Est », ré­pond-il.

Lu­cide, le nu­mé­ro 30 des Ours ne s’est ja­mais ber­cé d’illu­sions quand il s’est rap­por­té au camp de pré­pa­ra­tion de l’équipe.

« Je n’avais rien prou­vé l’an der­nier à mes pre­miers matches avec Sainte-Agathe, sur­tout après l’ac­qui­si­tion et les ex­cel­lentes per­for­mances de Ni­co­las La­chance en fin de sai­son. J’avais donc été confi­né au rang de gar­dien-sub­sti­tut. C’est dur de se faire va­loir dans ces condi­tions-là. C’est ar­ri­vé à nou­veau cette an­née avec l’ar­ri­vée de Bra­dy La­brecque, mais ça fait par­tie de la game. Je com­prends ça. »

SON PLAN « B »

Avec la même lu­ci­di­té, L’Écuyer sait que ses chances de pour­suivre sa pas­sion du ho­ckey de l’autre cô­té de l’océan sont minces. « La ligue de ho­ckey Ju­nior AAA du Qué­bec n’est pas un cir­cuit re­con­nu pour sa dé­fen­sive », ob­serve-t-il. « Quand on sait que les dé­pis­teurs (eu­ro­péens) prennent note sur le Web des moyennes de buts al­loués, ma fiche de 4,60 n’a rien pour les im­pres­sion­ner. Par contre, ceux qui m’ont vu gar­der les buts cette an­née sont à même de conclure que mes sta­tis­tiques per­son­nelles ne coïn­cident pas avec mes per­for­mances en ce mo­ment. »

Si ses éven­tuelles dé­marches pour jouer en Eu­rope s’avé­raient sté­riles, Na­than pour­rait alors op­ter pour son plan « B », de­ve­nir agent de sécurité, une car­rière qui l’in­té­resse beau­coup.

« Je n’ai pas d’agent [pour faire ma pro­mo­tion en Eu­rope]. Je ne me stresse pas avec ces af­faires-là. Je fais confiance à la Vie. Si je per­forme bien, quel­qu’un va fi­nir par le sa­voir et des choses vont ar­ri­ver. À un mo­ment don­né, ça va dé­blo­quer», ter­mine-t-il.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.