Pré­ve­nir le can­cer se­lon Ri­chard Béliveau

Confé­ren­cier à la Quin­zaine des sciences de Mont­mo­ren­cy

Courrier Laval - - LA UNE - SYL­VAIN LA­MARRE syl­vain.la­marre@tc.tc

SAN­TÉ. Le 1er no­vembre, la Quin­zaine des sciences du Col­lège Mont­mo­ren­cy ac­cueille­ra un confé­ren­cier émé­rite : Ri­chard Béliveau une som­mi­té mon­diale en pré­ven­tion du can­cer.

M. Béliveau est pro­fes­seur de bio­chi­mie à l’Uni­ver­si­té du Qué­bec à Mon­tréal et di­rec­teur scien­ti­fique de la Chaire de re­cherche en pré­ven­tion et trai­te­ment du can­cer.

Avec ses écrits tra­duits en 28 langues, il va droit au but: la ma­jo­ri­té des can­cers sont évi­tables par notre ali­men­ta­tion et mode de vie. « Il faut ré­duire ce fléau-là qui nous dé­cime. Cette con­fé­rence se veut une prise de conscience et une res­pon­sa­bi­li­sa­tion des gens », men­tionne-t-il.

10 RE­COM­MAN­DA­TIONS

Lors de son al­lo­cu­tion de 60 mi­nutes, M. Béliveau ex­pli­que­ra les re­com­man­da­tions des agences de lutte contre le can­cer. Il s’ap­puie no­tam­ment sur le Fonds mon­dial pour la re­cherche sur le can­cer (World Can­cer Re­search Fund In­ter­na­tio­nal) qui a émis 10 re­com­man­da­tions à par­tir de 400000 études ré­per­to­riées dans le monde.

« Le tueur nu­mé­ro un est le ta­bac. Il faut ar­rê­ter de fu­mer, bou­ger, mieux s’ali­men­ter et avoir le poids san­té in­fé­rieur à 23. Moins de 15 % des Ca­na­diens ap­pliquent les quatre pre­mières re­com­man­da­tions », in­siste-t-il.

« On es­time que 70 % des mor­ta­li­tés par can­cer pour­raient être pré­ve­nues si les gens chan­geaient leur mode de vie. Le can­cer est la pre­mière cause de mor­ta­li­té au pays », ajoute-t-il.

M. Béliveau est d’avis que le gou­ver­ne­ment pour­rait « ré­in­ves­tir l’ar­gent épar­gné en soins pal­lia­tifs, les aî­nés, les gar­de­ries et pour le sys­tème de san­té ».

Après s’être at­ta­qué au ta­bac, il croit qu’il faut main­te­nant tra­vailler sur un pro­blème de taille: l’obé­si­té. « Ce n’est pas vrai que le stress cause le can­cer. Il ne faut pas culpa­bi­li­ser les gens. Il faut les in­vi­ter à se prendre en main. La pré­ven­tion est le parent pauvre de la mé­de­cine. »

FA­CILE ET PEU COÛ­TEUX

Se­lon lui, c’est si simple de pré­ve­nir le can­cer. Il est im­por­tant de di­mi­nuer la viande rouge et char­cu­te­rie en ajou­tant da­van­tage de pois­son et lé­gu­mi­neuses, en plus de consom­mer de 7 à 10 por­tions de vé­gé­taux par jour. « Ça ne coûte pas une for­tune. »

Il est pri­mor­dial d’ajou­ter à notre ali­men­ta­tion, les oi­gnons, l’ail, le chou, to­mates, thé vert et pe­tits fruits, entre autres.

POU­MON ET CÔ­LON

Pour les deux grands tueurs au Ca­na­da, le can­cer du pou­mon et du cô­lon, il a été es­ti­mé que 90 % de ces can­cers pou­vaient être pré­ve­nus avec des chan­ge­ments liés au mode de vie.

« Si vous faites de l’exer­cice, vous éli­mi­nez le risque de 25% des can­cers co­lo­rec­taux et du sein. Ce n’est pas rien», avoue le cher­cheur. « Ceux qui bougent au moins 30 mi­nutes par jour ont moins de chance de dé­ve­lop­per des ma­la­dies », en­chaîne-t-il.

PRO­DUIT MI­RACLE ?

S’il vante le thé vert et le cur­cu­ma, il n’existe pas de pro­duit mi­racle. « Les gens veulent une so­lu­tion mi­racle. Il n’est ja­mais trop tard pour agir. Tout chan­ge­ment, même après un can­cer, di­mi­nue les risques de ré­ci­dive de ma­la­dies », conclut-il.

D’ailleurs, cette ques­tion sur la ré­ci­dive du can­cer re­vient sou­vent dans ces confé­rences. Une pé­riode de ques­tions de 30 mi­nutes est al­louée au terme de son al­lo­cu­tion. EN PRO­MO­TION: SUR NOTRE TABLE D’HÔTE DU SOIR FOR­FAIT POUR 2

(Pho­to gracieuseté)

Ri­chard Béliveau don­ne­ra une con­fé­rence au Col­lège Mont­mo­ren­cy.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.