Vers le pro­grès

Courrier Laval - - CHRONIQUE -

Jo­sé C. Li­moges, le co­fon­da­teur du jour­nal en 1945 La guerre est fi­nie. Dé­jà les res­tric­tions de toutes sortes tombent. Bien­tôt il se­ra pos­sible de pu­blier li­bre­ment livres et jour­naux. C’est pour­quoi l’oc­ca­sion semble pro­pice pour la fon­da­tion d’un jour­nal pour l’île Jé­sus et le com­té de La­val. Le voi­si­nage de la grande ville de Mon­tréal a fait peur jus­qu’ici aux édi­teurs pos­sibles. Nous croyons que cette proxi­mi­té de la mé­tro­pole est une rai­son de plus de faire naître un or­gane qui soit bien à nous. Le Com­té de Ter­re­bonne, qui n’est pas plus im­por­tant que le nôtre, compte quatre pu­bli­ca­tions édi­tées sur son ter­ri­toire. Dans la ville de Mon­tréal même il y a plu­sieurs pu­bli­ca­tions pros­pères dans di­vers quar­tiers comme par exemple le GUIDE MONT-ROYAL qui tire à vingt mille exem­plaires de douze à vingt pages et ce­la de­puis sept ans.

Il est donc temps de do­ter les vingt pa­roisses du com­té de La­val d’une pu­bli­ca­tion nou­velle pour fa­vo­ri­ser l’es­sor de notre ré­gion vers le pro­grès. Nous vou­lons faire connaître nos res­sources, nos ins­ti­tu­tions re­li­gieuses, na­tio­nales et com­mer­ciales, nos gloires ci­viles et autres. Notre jour­nal veut fa­vo­ri­ser le com­merce lo­cal en énu­mé­rant dans ses pages les avan­tages que nous offrent les mar­chands du com­té.

Nous dé­si­rons sou­te­nir la so­li­da­ri­té de la com­mu­nau­té en prô­nant l’achat, au­tant que pos­sible, chez les lo­caux et ca­na­diens. Notre jour­nal veut ai­der à la bonne en­tente entre les deux grandes races du pays qui se cou­doient sou­vent dans le Com­té de La­val. Nous vou­lons que les La­val­lois se serrent les coudes et se tiennent par la main, qu’ils ré­flé­chissent tou­jours avant de don­ner leur pa­tro­nage à une mai­son qui n’est pas de la com­mu­nau­té. L’es­prit pa­rois­sial peut s’élar­gir au point de de­ve­nir un es­prit de com­té. Il est pos­sible qu’un ci­toyen de Sainte-Rose consi­dère comme des com­pa­triotes, ses voi­sins du Sault-au-Ré­col­let, de Bor­deaux et d’Ahunt­sic. Mais pour ce­la il est né­ces­saire que les noms des mar­chands lo­caux soient ré­vé­lés aux ci­toyens du dis­trict par l’an­nonce et la pu­bli­ci­té in­tel­li­gente.

LE COUR­RIER DE LA­VAL, tel est le nom de notre or­gane, ren­sei­gne­ra les gens du com­té sur les pro­blèmes qui les touchent, afin d’écar­ter les dan­gers, afin d’as­su­rer le suc­cès des bons mou­ve­ments. Les pa­roisses du com­té doivent ri­va­li­ser dans le bien et le pro­grès ; elles doivent se te­nir comme les mailles d’une chaîne, comme les frères d’une belle fa­mille. Nos cou­sins de langue an­glaise trou­ve­ront au COUR­RIER DE LA­VAL un es­prit de bien­veillance tant qu’ils se­ront comme nous, ob­ser­va­teurs de la loi et du code chré­tien de mo­ra­li­té.

Pour créer cette men­ta­li­té de so­li­da­ri­té et de bonne en­tente, nous consi­gne­rons les pe­tits faits de l’his­toire pré­sente et nous re­tra­ce­rons les me­nus dé­tails de l’his­toire pas­sée par des mo­no­gra­phies de pa­roisses, d’ins­ti­tu­tions, des bio­gra­phies de per­son­nages qui sont nés dans nos pa­rages, y ont vé­cu, y ont exer­cé leur pro­fes­sion ou leur mi­nis­tère. Pour ce­la nous nous sommes as­su­rés la col­la­bo­ra­tion de plu­sieurs per­sonnes du com­té qui savent te­nir une plume, comme on pour­ra en ju­ger.

Notre jour­nal, es­comp­tons-le, ral­lie­ra les suf­frages de la fa­mille en­tière ; le pa­pa, la ma­man et la grande fille. Même les en­fants y trou­ve­ront de quoi les in­té­res­ser À l’in­ten­tion de cha­cun nous au­rons une page fé­mi­nine, une page spor­tive et, peut-être, une page lit­té­raire.

Nous at­ten­dons de tous les La­val­lois un ac­cueil fa­vo­rable, et de tous les mar­chands lo­caux une col­la­bo­ra­tion in­tense. Ain­si le com­té de La­val mar­che­ra ra­pi­de­ment VERS LE PRO­GRÈS.

Les ÉDI­TEURS.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.