Près de 10 000 aînés de plus re­ce­vront le sou­tien de la Ville

Courrier Laval - - LA UNE - STÉPHANE ST-AMOUR ste­phane.st-amour@tc.tc

MAIN­TIEN À DO­MI­CILE. Telle qu’an­non­cée dans le bud­get 2017, la mo­di­fi­ca­tion ré­gle­men­taire élar­gis­sant l’ac­cès à la sub­ven­tion pour le main­tien à do­mi­cile des per­sonnes de plus de 65 ans a été adop­tée à la séance du conseil de mars.

Cet amen­de­ment sou­ri­ra à près de 10 000 aînés par­mi les plus dé­fa­vo­ri­sés de La­val, eux qui jusque-là étaient pri­vés de cette aide fi­nan­cière en rai­son du fait que leur mi­lieu de vie n’était pas ad­mis­sible au rè­gle­ment municipal adop­té en 2014.

En clair, les aînés vi­vant en chambre au­ront dé­sor­mais droit à la sub­ven­tion mi­ni­male de 100$ ver­sée par lo­ge­ment, voire 200 $ s’ils bé­né­fi­cient du sup­plé­ment de re­ve­nu ga­ran­ti du gou­ver­ne­ment du Ca­na­da.

« C’était une de­mande qui m’a été sou­vent faite au fil de mes ren­contres avec les ci­toyens, nous y avons ré­pon­du », dé­clare le maire Marc Demers dans un com­mu­ni­qué pu­blié le 17 mars.

CHE­VAL DE BA­TAILLE

Rap­pe­lons ici que cette re­quête vi­sant à étendre le sou­tien fi­nan­cier aux plus vul­né­rables a été le che­val de ba­taille ces deux der­nières an­nées de Pierre An­thian, alors conseiller in­dé­pen­dant.

En août 2015, l’élu de La­val-des-Ra­pides, qui re­pré­sente au­jourd’hui le Par­ti La­val, avait dé­po­sé une pé­ti­tion si­gnée par 135 ré­si­dents du Ma­noir La­val, mieux connu sous le nom de la Ré­si­dence So­leil, qui ré­cla­maient le droit à cette sub­ven­tion an­nuelle.

Ce soir-là, la pro­po­si­tion de M. An­thian pour cor­ri­ger « l’in­jus­tice » avait été ren­ver­sée par la ma­jo­ri­té des élus au conseil. Puis, à l’été 2016, il re­ve­nait à la charge avec une se­conde pro­po­si­tion à l’ef­fet de ré­éva­luer les cri­tères d’éli­gi­bi­li­té du pro­gramme, sans suc­cès.

RÈ­GLE­MENT

Pour avoir droit à la sub­ven­tion, les La­val­lois de­vront être, le 1er mai, lo­ca­taires ou pro­prié­taires d’un lo­ge­ment ou d’une uni­té d’ha­bi­ta­tion et l’uti­li­ser à titre de ré­si­dence prin­ci­pale.

« Dé­sor­mais, se­ront ad­mis­sibles les ré­si­dents vi­vant en chambre dans les éta­blis­se­ments ré­gis par le Mi­nis­tère de la San­té et des Ser­vice so­ciaux, dans leur fa­mille ou avec des per­sonnes non-ap­pa­ren­tées ou en­core en chambre dans une uni­té d’ha­bi­ta­tion conforme à la rè­gle­men­ta­tion mu­ni­ci­pale autre qu’une ré­si­dence uni­fa­mi­liale ou un lo­ge­ment. »

Le coût an­nuel de cet ajus­te­ment est éva­lué à 1,7 M $, por­tant l’en­ve­loppe dé­diée au pro­gramme à 5,9 M $.

(Pho­to TC Me­dia – Vincent Gra­ton)

Oc­cu­pant une chambre ou un 2 et ½ au Ma­noir La­val des Ré­si­dences So­leil, les 135 ré­si­dents qui ré­cla­maient en 2015 le droit à la sub­ven­tion an­nuelle du main­tien à do­mi­cile ont fi­na­le­ment été en­ten­dus.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.