Six su­per-cli­niques s’im­plantent à La­val

Courrier Laval - - LA UNE - STÉPHANE ST-AMOUR ste­phane.st-amour@tc.tc

SAN­TÉ. À l’au­tomne, La­val se­ra la pre­mière ré­gion en­tiè­re­ment des­ser­vie par un ré­seau de six su­per-cli­niques.

De pas­sage à la Po­ly­cli­nique mé­di­cale Con­corde, le 1er mai, le mi­nistre de la San­té et des Ser­vices so­ciaux, Gaé­tan Bar­rette, en a fait l’an­nonce.

«Le ré­seau va pro­gres­si­ve­ment se mettre en place pour être to­ta­le­ment opé­ra­tion­nel à par­tir du 2 oc­tobre», a-t-il in­di­qué.

Les six groupes de mé­de­cine de fa­mille (GMF) qui ex­ploi­te­ront ces su­per-cli­niques sont le GMF Con­corde, GMF Centre Mé­di­cal La­val, GMF Mé­di-Centre Cho­me­dey, GMF Sain­teDo­ro­thée, GMF Sainte-Rose et GMF Po­ly­cli­nique Fa­bre­ville. Des 13 GMF pré­sents sur l’île Jé­sus, ce sont les seuls à en avoir ma­ni­fes­té l’in­té­rêt.

12 HEURES PAR JOUR

Ce vi­rage per­met­tra d’op­ti­mi­ser l’ac­cès aux soins de pre­mière ligne sur le ter­ri­toire la­val­lois en pro­lon­geant les heures d’ou­ver­ture.

Ain­si, les six su­per-cli­niques se­ront ou­vertes 7 jours par se­maine pour un mi­ni­mum de 76 heures, soit de 8h à 20 sur se­maine et de 8h à 16h les week-ends.

En al­ter­nance aux 15 jours, 2 d’entre elles se­ront ou­vertes 12 heures les sa­me­dis et di­manches, as­su­rant ain­si aux La­val­lois de tou­jours avoir ac­cès à des ser­vices de 8h à 20h, 7 jours par se­maine, dans 2 points de ser­vice.

La di­rec­tion des su­per-cli­niques s’est en­ga­gée à of­frir un mi­ni­mum de 180 000 places sans ren­dez-vous par an­née et d’aug­men­ter le nombre de plages de consul­ta­tion lors de pé­riodes d’ac­ti­vi­té grip­pale, par exemple, a in­sis­té le mi­nistre Bar­rette.

Im­pos­sible tou­te­fois d’en me­su­rer le gain réel, le nombre de pa­tients que voient an­nuel­le­ment ces GMF en sans-ren­dez-vous n’étant pas dis­po­nible lors du point de presse.

LI­BÉ­RER L’UR­GENCE

«Avec ce pro­jet, nous of­frons concrè­te­ment une autre op­tion à l’hô­pi­tal, no­tam­ment les soirs et les fins de se­maine», n’a pas man­qué de sou­li­gner le mi­nistre Bar­rette.

Pour sa part, la pré­si­dente-di­rec­trice gé­né­rale du Centre in­té­gré de san­té et de ser­vices so­ciaux (CISSS) de La­val, Ca­ro­line Bar­bir, a par­lé d’une avan­cée ma­jeure pour la po­pu­la­tion.

«J’ai hâte de voir l’ur­gence [de l’Hô­pi­tal de la Ci­té-de-la-San­té] se vi­der des P4 et P5», a-t-elle fait va­loir dans un jar­gon ad­mi­nis­tra­tif dé­si­gnant les cas non cri­tiques pou­vant être trai­tés dans les GMF.

Quant à la mi­nistre ré­gio­nale Fran­cine Char­bon­neau, elle a ap­puyé sur le fait que ces su­per-cli­niques com­plé­te­ront «l’offre de ser­vice dé­jà bo­ni­fiée par la pré­sence des groupes de mé­de­cine de fa­mille de La­val, as­su­rant ain­si une autre porte d’en­trée pos­sible pour ac­cé­der aux ser­vices».

Par ailleurs, Dr Jacques Blais, chef du dé­par­te­ment ré­gio­nal de mé­de­cine gé­né­rale, a in­di­qué que les six su­per-cli­niques cor­res­pondent aux plus vieilles cli­niques de La­val, implantées de­puis les an­nées 70. «Elles étaient d’abord des po­ly­cli­niques avant d’évo­luer vers le mo­dèle GMF.»

(Pho­to TC Me­dia – Ma­rio Beau­re­gard)

Le mi­nistre de la San­té et des Ser­vices so­ciaux, Gaé­tan Bar­rette, était à La­val, le 1er mai.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.