Alexandre Taille­fer prend part au Fo­rum Stra­té­gie In­no­va­tion

Courrier Laval - - LA UNE - SYLVAIN LAMARRE sylvain.lamarre@tc.tc

AF­FAIRES. Qui d’autre de mieux pla­cé que l’homme d’af­faires Alexandre Taille­fer pour ef­fec­tuer le lan­ce­ment de la 2e édi­tion du Fo­rum stra­té­gie in­no­va­tion 2017, pré­sen­té le 27 avril, au Châ­teau Royal de La­val?

Connu pu­bli­que­ment de­puis sa participation à la sé­rie té­lé­vi­sée Dans l’oeil du Dra­gon, Alexandre Taille­fer a li­vré un té­moi­gnage ins­pi­rant en ou­ver­ture, par­ta­geant son ex­pé­rience et don­nant quelques conseils aux nom­breux en­tre­pre­neurs pré­sents.

«Ça prend beau­coup de naï­ve­té pour être en­tre­pre­neur, lance-t-il d’en­trée de jeu. Ça prend beau­coup de per­sé­vé­rance aus­si. L’im­por­tant pour réus­sir est de don­ner un sens ou une des­ti­na­tion à son en­tre­prise. Il faut aus­si s’as­su­rer de ne pas être dog­ma­tique pour ob­te­nir du suc­cès. »

M. Taille­fer a beau­coup par­lé de Téo Taxi (Trans port Éco­lo­gique Op­ti­mi­sé). « Je vou­lais chan­ger les choses. Les chauf­feurs de taxi n’étaient pas bien payés. J’ai vou­lu in­no­ver en re­voyant tout ce­la. »

CHAN­GER LE MONDE

Alexandre Taille­fer ne s’en cache pas et re­com­mande de se lan­cer en af­faires lors­qu’on est jeune. Il pré­vient tou­te­fois les gens qu’il ne faut pas le faire dans le seul but de de­ve­nir mil­lion­naire. « On veut se lan­cer en af­faires parce qu’on veut chan­ger le monde, parce qu’on veut al­ler au bout de sa pas­sion. C’est une fa­çon de se réa­li­ser et de se dif­fé­ren­cier à l’échelle in­ter­na­tio­nale. »

Bref, il in­siste pour dire que l’on re­trouve dans la to­ta­li­té de ses en­tre­prises des em­ployés heu­reux et pas­sion­nés. «Le bon­heur doit être au centre de toute en­tre­prise. C’est pri­mor­dial ! »

SE CAS­SER LA GUEULE

À 23 ans, alors qu’il ve­nait de fon­der sa pre­mière en­tre­prise, In­tel­lia, il avait un taux de rou­le­ment de 35%. «Je chan­geais de plan toutes les deux se­maines. J’avais des res­sources hu­maines li­mi­tées. Je criais après mon monde », dé­plore-t-il avec le re­cul.

«L’en­tre­preu­na­riat, ça s’ap­prend aus­si en se cas­sant la gueule. J’ai failli faire faillite en 2002. Avoir été un jour trans­fé­ré aux créances spé­ciales de ma banque a été la meilleure ex­pé­rience de ma vie. J’ai ap­pris l’im­por­tance de gé­rer le flux de tré­so­re­rie. »

Au fil des ans, M. Taille­fer n’a pas eu peur de bien s’en­tou­rer. « En tant qu’in­ves­tis­seurs, j’ac­com­pagne des gens plus in­tel­li­gents que moi, des gens ca­pables de di­ri­ger des en­tre­prises, de ral­liés les gens et ayant du lea­der­ship. Je me suis en­tou­ré d’un bon ban­quier, avo­cat et comp­table. »

40 EX­PO­SANTS ET 10 CONFÉ­REN­CIERS

Une di­zaine de confé­ren­ciers et près de 40 ex­po­sants sou­te­nant l’in­no­va­tion ont par­ta­gé leur ex­pé­rience lors de ce Fo­rum qui a comme ob­jec­tif pre­mier de per­mettre une meilleure com­pré­hen­sion quant à l’im­por­tance de pla­cer l’in­no­va­tion au coeur des stra­té­gies d’af­faires.

« Le Fo­rum Stra­té­gie In­no­va­tion est or­ga­ni­sé pour les en­tre­prises et les or­ga­ni­sa­tions qui dé­ve­loppent ou amé­liorent de nou­veaux pro­duits et ser­vices, sou­tient Ju­lie Pa­quin, pré­si­dente de Pro Ges­tion et Fon­da­trice du Fo­rum Stra­té­gie In­no­va­tion. Le but est de créer un en­vi­ron­ne­ment pro­pice aux échanges d’idées, aux par­te­na­riats, aux col­la­bo­ra­tions et oc­ca­sions d’af­faires en réunis­sant sous un même toit, les ac­teurs clés de l’in­no­va­tion. Le Fo­rum a aus­si comme ob­jec­tif la créa­tion de va­leur et d’op­por­tu­ni­tés qui fa­vo­risent la crois­sance des en­tre­prises. »

Des su­jets comme le de­si­gn stra­té­gique, l’in­dus­trie 4.0, la com­mer­cia­li­sa­tion et l’ex­por­ta­tion ain­si que la pro­prié­té in­tel­lec­tuelle ont été abor­dés. Les di­ri­geants des so­cié­tés Bone Struc­ture, Cryos Tech­no­lo­gies et Au­to­bus Lion ont té­moi­gné de leur suc­cès. Ces der­niers ont ex­pli­qué com­ment l’in­té­gra­tion de l’in­no­va­tion leur a per­mis de propulser leur or­ga­ni­sa­tion vers la crois­sance.

Mme Pa­quin est d’avis que le Fo­rum est une oc­ca­sion unique de dé­cou­vrir de nou­velles ap­proches, d’ap­prendre à par­tir de cas réels et d’échan­ger avec des en­tre­pre­neurs et des spé­cia­listes en so­lu­tions de ges­tion et de tech­no­lo­gies di­verses. « C’est une jour­née de con­fé­rences et de ré­seau­tage dy­na­mique et en­ri­chis­sante à ne pas man­quer ! » ter­mine Ju­lie Pa­quin.

(Pho­to TC Me­dia – Ma­rio Beau­re­gard)

Ju­lie Pa­quin croit que les en­tre­pre­neurs doivent in­no­ver pour réus­sir.

(Pho­to TC Me­dia – Ma­rio Beau­re­gard)

L’en­tre­pre­neur Alexandre Taille­fer a su ins­pi­rer ses pairs.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.