«

Courrier Laval - - LA UNE -

« Ça ré­veille ! de ren­ché­rir Ga­briel, 27 ans, qui ve­nait d’at­teindre 66 km/h. C’est bon de réa­li­ser que tu n’es pas seul sur la route. Je pense par­ti­cu­liè­re­ment à tous ces jeunes qui s’achètent des bombes automobiles et veulent cour­ser contre tout le monde. »

«Moi, je leur dis juste ce qu’il peut ar­ri­ver s’ils roulent trop vite, de conti­nuer Ni­co­las Ste­res­co. Ils n’ont pas le choix de me re­gar­der et d’en voir le ré­sul­tat. La per­sonne n’est pas cons­ciente qu’elle roule vite. Quand je leur parle, les gens sont ré­cep­tifs à 95 % du temps. Ils m’écoutent très at­ten­ti­ve­ment sur les consé­quences pos­sibles de la vi­tesse au vo­lant. »

– Ni­co­las Ste­res­co, ac­ci­den­té de la route

OB­JEC­TIF PRÉ­VEN­TION

Lors de cette opé­ra­tion ap­pe­lée « La vi­tesse bou­le­verse des vies », quatre po­li­ciers et pom­piers ont opé­ré un ra­dar en amont du 1005, bou­le­vard Cu­ré-La­belle, di­rec­tion nord, du­rant près de trois heures et de­mie.

Quand un conduc­teur rou­lait à 62 km/h et plus, les co­or­don­nées de son vé­hi­cule étaient en­voyées à des pa­trouilleurs pla­cés plus loin qui les in­ter­cep­taient et ame­naient dans le sta­tion­ne­ment où des in­ter­ve­nants les at­ten­daient. Avant que la per­sonne ne re­parte, on glis­sait son per­mis de con­duire dans un dé­pliant de pré­ven­tion.

Pen­dant qu’on vé­ri­fiait si les pa­piers du fau­tif étaient en règle, il était ren­con­tré. Des cinq constats d’in­frac­tion re­mis, seule­ment deux l’ont été pour une vi­tesse ex­ces­sive. Un des conduc­teurs fi­lait à 85 km/h.

« La re­cons­ti­tu­tion de l’ac­ci­dent mon­trait comment la per­sonne ne sent plus ses jambes et l’usage né­ces­saire des pinces de dés­in­car­cé­ra­tion, ajoute Ge­ne­viève Ma­jor, porte-pa­role de la Po­lice de La­val. Notre but n’était pas de don­ner des contra­ven­tions, mais bien de sen­si­bi­li­ser les gens à l’im­pact de leur conduite rou­tière. »

BI­LAN 2016

À La­val, il y a eu quatre dé­cès l’an der­nier, soit six de moins qu’en 2015. Ce­la re­pré­sente une di­mi­nu­tion de 60 % par rap­port à l’an­née pré­cé­dente et de 37,5 % par rap­port à la moyenne de 2011 à 2015.

On a comp­té 30 bles­sés graves, soit 9 de moins qu’en 2015. Il s’agit d’une di­mi­nu­tion de 23,1 % par rap­port à 2015 et de 47 % com­pa­ra­ti­ve­ment à la moyenne de 2011 à 2015.

Quant aux bles­sés lé­gers, ils étaient au nombre de 1 924, ce qui re­pré­sente une lé­gère baisse de 1 % par rap­port à 2015, mais une faible hausse de 0,6 % com­pa­ra­ti­ve­ment à la moyenne de 2011 à 2015.

Au to­tal, 1958 per­sonnes avaient su­bi des dom­mages cor­po­rels dans un ac­ci­dent de la route en 2016, soit 1,7% de moins qu’en 2015. Ce nombre re­pré­sente éga­le­ment une di­mi­nu­tion de 0,9 % par rap­port à la moyenne de 2011 à 2015 pour cette ré­gion.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.