Frappe po­li­cière contre une com­pa­gnie de re­mor­quage

Courrier Laval - - LA UNE -

CHOMEDEY. La Po­lice de La­val a as­sis­té le Ser­vice de po­lice de la Ville de Mon­tréal (SPVM) dans une opé­ra­tion ayant me­né à l’ar­res­ta­tion de 12 per­sonnes qui se­raient im­pli­quées dans une cin­quan­taine de dos­siers cri­mi­nels re­liés à l’en­tre­prise AC­CÈS Re­mor­quage, ba­sée prin­ci­pa­le­ment en sol la­val­lois.

Trois per­qui­si­tions se sont dé­rou­lées dans les villes de La­val, Saint-Jé­rôme et Mon­tréal, au cours de la ma­ti­née du 20 juin. L’une d’elles a eu lieu dans une ré­si­dence et une autre dans les bu­reaux de la com­pa­gnie AC­CÈS Re­mor­quage, an­cien­ne­ment connue sous le nom Re­mor­quage A9, sur le bou­le­vard Clé­roux.

Les 12 per­sonnes in­ter­pe­lées, dont les pro­prié­taires, ad­mi­nis­tra­teurs et plu­sieurs em­ployés d’AC­CÈS Re­mor­quage, sont soup­çon­nées d’avoir éla­bo­ré des stratagèmes frau­du­leux et com­mis di­vers crimes liés aux ac­ti­vi­tés de l’en­tre­prise.

« Notre en­quête a dé­bu­té en oc­tobre der­nier, d’in­di­quer l’ins­pec­teur-chef An­dré Durocher, du SPVM. Nous avons re­çu 75 plaintes pour en re­te­nir fi­na­le­ment 50. Ces in­di­vi­dus oeu­vraient prin­ci­pa­le­ment au­tour des CLSC et cli­niques mé­di­cales, au­près d’une clien­tèle vul­né­rable. Ils exi­geaient un paie­ment im­mé­diat en ar­gent li­quide, très sou­vent au-de­là du mon­tant per­mis par la rè­gle­men­ta­tion mu­ni­ci­pale, ce qui est à la fois illé­gal et im­mo­ral. »

Plu­tôt que de sim­ple­ment fac­tu­rer la vic­time, les sus­pects lui de­man­daient une somme pou­vant at­teindre 240$ en sol mont­réa­lais, alors que le mon­tant maxi­mum pos­sible pour un re­mor­quage est de 100 $, tous frais in­clus.

Tra­vaillant de fa­çon or­ga­ni­sée, après avoir dé­pla­cé un vé­hi­cule si le pro­prié­taire re­fu­sait leurs exi­gences, ils me­na­çaient de re­fu­ser d’en di­vul­guer l’em­pla­ce­ment ou, en­core, de le dé­pla­cer de nou­veau à un autre en­droit afin d’aug­men­ter les coûts de re­mor­quage. Dans cer­tains cas, les vic­times ont fait l’ob­jet d’actes vio­lents.

AC­CU­SA­TIONS ET SAI­SIE

Les sus­pects font face à di­vers chefs d’ac­cu­sa­tion pour vol, fraude, ex­tor­sion, com­plot et agres­sion ar­mée. Des in­di­vi­dus ar­rê­tés, 6 sont res­tés dé­te­nus, soit Gaé­tan Bre­ton, 60 ans, Na­tha­lie Ga­tien, 42 ans, Alexandre Bre­ton, 22 ans, Éric Cuf­fa­ro, 50 ans, Eric Keiller, 51 ans, et Ma­thieu Spé­nard, 31 ans.

En plus de ces ar­res­ta­tions, les po­li­ciers ont pro­cé­dé à la sai­sie de sept re­mor­queuses. Une cen­taine de po­li­ciers ont été mo­bi­li­sés pour cette in­ter­ven­tion.

CONSEILS AVI­SÉS

« En au­cun temps, un re­mor­queur ne peut re­te­nir un vé­hi­cule en otage pour exi­ger un paie­ment, de pré­ci­ser l’ins­pec­teur-chef Durocher. Le dé­pla­ce­ment de vé­hi­cules sta­tion­nés lé­ga­le­ment consti­tue un vol. »

On in­vite les vic­times d’in­frac­tions com­mises par une com­pa­gnie de re­mor­quage à por­ter plainte à leur poste de quar­tier ou té­lé­pho­ner de fa­çon ano­nyme et confi­den­tielle au 450 662-IN­FO (4636) ou le 911. Cette in­for­ma­tion est im­por­tante pour faire avan­cer les en­quêtes et mettre un terme à ces ac­ti­vi­tés cri­mi­nelles. (B.L.)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.