Guy Ouel­lette ré­in­tègre le cau­cus li­bé­ral

Courrier Laval - - LA UNE -

RE­VI­RE­MENT. Le 21 no­vembre, les col­lègues du dé­pu­té de Cho­me­dey, Guy Ouel­lette, ont ac­quies­cé en après-mi­di à sa de­mande for­mu­lée quelques heures plus tôt. Ce der­nier ré­in­té­gre­ra le cau­cus du Par­ti li­bé­ral du Qué­bec (PLQ).

Au­cune ac­cu­sa­tion n’a en­core été por­tée contre Guy Ouel­lette après son ar­res­ta­tion par l’Uni­té per­ma­nente an­ti­col­lu­sion (UPAC), le 25 oc­tobre.

La pré­si­dente du cau­cus de l’aile par­le­men­taire li­bé­rale, Fi­lo­me­na Ro­ti­ro­ti, avait alors an­non­cé que Guy Ouel­lette, qui re­pré­sente le PLQ de­puis 2007 dans Cho­me­dey, lui avait si­gni­fié qu’il se re­ti­rait du cau­cus li­bé­ral jus­qu’à ce que le di­rec­teur des pour­suites cri­mi­nelles et pé­nales se pro­nonce sur les suites de son ar­res­ta­tion.

Par cette dé­ci­sion, M. Ouel­lette avait aus­si per­du la présidence de la Com­mis­sion des ins­ti­tu­tions, un poste qu’il dé­sire éga­le­ment ré­cu­pé­rer.

De­puis plu­sieurs se­maines, Guy Ouel­lette sou­tient qu’il a été ar­rê­té parce qu’il s’ap­prê­tait à dé­voi­ler des pra­tiques dou­teuses de l’Uni­té per­ma­nente an­ti­col­lu­sion (UPAC) et l’Au­to­ri­té des mar­chés fi­nan­ciers (AMF). On vou­drait ain­si le ré­duire au si­lence pour évi­ter qu’un sys­tème de col­lu­sion soit mis au jour.

Sur la page Fa­ce­book de M. Ouel­lette, de nom­breuses voix s’étaient d’ailleurs éle­vées, af­fir­mant que l’élu «avait été pié­gé». L’as­so­cia­tion li­bé­rale de son com­té l’a d’ailleurs sou­te­nu dans sa dé­marche et ré­in­té­gra­tion au sein du cau­cus.

Rap­pe­lons que des in­for­ma­tions dé­voi­lées pu­bli­que­ment, entre autres, le prin­temps der­nier, au­raient mo­ti­vé l’ar­res­ta­tion de Guy Ouel­lette. Celles-ci tou­chaient le pro­jet d’en­quête Mâ­chu­rer sur le financement du Par­ti li­bé­ral du Qué­bec.

Après avoir dé­clen­ché une en­quête in­terne, le com­mis­saire Ro­bert La­fre­nière avait dé­cla­ré qu’«il n’est pas dans l’in­té­rêt com­mun que des do­cu­ments et des conte­nus d’en­quête soient éta­lés sur la place pu­blique. Cette di­vul­ga­tion pour­rait être lourde de consé­quences alors que les en­quê­teurs de l’UPAC sont main­te­nant sou­mis à des pres­sions in­utiles qui pour­raient en­tra­ver leur tra­vail ». (B.L.)

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.