Être spor­tif et vé­gé­ta­rien, c’est pos­sible ?

Decorhomme - - Bien Manger -

Dans le cadre d’un ré­gime spor­tif, plu­sieurs sources de pro­téines vé­gé­tales peuvent ai­sé­ment rem­pla­cer les pro­téines ani­males : on pri­vi­lé­gie­ra ain­si les pro­téines de so­ja, de pois, de riz ger­mé ain­si que toutes les cé­réales com­plètes (sar­ra­sin, qui­noa, ka­mut…) et les lé­gu­mi­neuses (len­tilles, pois, ha­ri­cots). Les pro­téines de pe­tit-lait, que l’on peut consom­mer, no­tam­ment sous forme de poudre, sont par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­santes dans le cadre d’un ré­gime spor­tif. Elles fa­vo­risent no­tam­ment la ré­cu­pé­ra­tion après l’ef­fort. Autre as­tuce pour aug­men­ter les ap­ports : aux yaourts et fro­mages blancs, pré­fé­rez les fro­mages à pâte ferme qui contiennent moins d’eau et da­van­tage de pro­téines.

GRAINES GER­MÉES ET ACI­DI­TÉ

Dans le cadre d’un ré­gime spor­tif, l’ap­port en acides ami­nés est éga­le­ment es­sen­tiel. La clé ? Pri­vi­lé­gier l’as­so­cia­tion lé­gu­mi­neuses-cé­réales dans une même as­siette. Un plat de len­tilles, de fèves, de pois chiches, as­so­cié à des cé­réales com­plètes four­nit l’éner­gie dont le corps a be­soin avant l’ef­fort. Pour les vi­ta­mines et les mi­né­raux, mi­sez sur les fruits et les lé­gumes, qu’ils soient crus, cuits ou en jus. N’ou­bliez pas les fruits secs (amandes, noix, noi­settes…) qui re­chargent l’or­ga­nisme et consti­tuent une bonne source d’ap­ports en ma­gné­sium. Après l’ef­fort, cer­tains conseillent aux spor­tifs de consom­mer des graines ger­mées : elles sont riches en glu­cides et per­mettent de di­mi­nuer l’aci­di­té de l’or­ga­nisme après un en­traî­ne­ment.

Contrai­re­ment à ce que l’on pense, être spor­tif et vé­gé­ta­rien c’est pos­sible en ajus­tant son ali­men­ta­tion. Être spor­tif et vé­gé­ta­rien né­ces­site d’ajus­ter son ali­men­ta­tion. Com­ment évi­ter les ca­rences ? Par quoi rem­pla­cer les pro­téines ani­males ? Voi­ci quelques conseils.

SPI­RU­LINE DO­PANTE

En­fin, la spi­ru­line s’avère par­ti­cu­liè­re­ment in­té­res­sante pour les spor­tifs. Cette va­rié­té d’algues per­met d’op­ti­mi­ser l’oxy­gé­na­tion de l’or­ga­nisme et d’aug­men­ter ain­si na­tu­rel­le­ment les per­for­mances spor­tives. C’est une sorte de « do­pant » to­ta­le­ment na­tu­rel. « Si on ap­pré­cie le goût, on peut confec­tion­ner des smoo­thies à base de spi­ru­line. Si on n’aime pas, on peut aus­si la consom­mer sous forme de com­pri­més », conseille le na­tu­ro­pathe.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.