PRE­MIÈRE PAR­TIE DU PRO­JET CAR­TIER : NAIS­SANCE DU

PRO­JET ET INS­PI­RA­TIONS

Decorhomme - - Sommaire - PAR YAN­NICK LECLERC DANS LA PRO­CHAINE ÉDI­TION, NOUS ABOR­DE­RONS AVEC ALI ET YVES, LES CRI­TÈRES DE SÉ­LEC­TION POUR L’AR­CHI­TECTE ET L’EN­TRE­PRE­NEUR GÉ­NÉ­RAL, LA DIVISION DES TÂCHES ET LES MOYENS POUR CONTRÔ­LER LE BUD­GET...

De­puis une dou­zaine d’an­nées, le couple pos­sède un tri­plex sur une rue tran­quille du quar­tier Centre-Sud. Comme bien des ap­par­te­ments construits au dé­but du 20e siècle dans les quar­tiers ou­vriers de la mé­tro­pole, il s’agit d’un édi­fice rec­tan­gu­laire, étroit (25 pieds) et pro­fond (46 pieds), consti­tué d’une en­fi­lade de pièces doubles. L’ap­par­te­ment que le couple ha­bite pré­sen­te­ment est si­tué au deuxième étage de l'édi­fice. Il a été en­tiè­re­ment rénové il y a douze ans. Il a du ca­chet, c’est évident — des mou­lures, des plan­chers de bois franc d’ori­gine — et il n’est pas pe­tit (il fait près de 1150 pieds car­rés), mais il ne cor­res­pond plus très bien aux be­soins des deux hommes qui tra­vaillent sou­vent à la mai­son et qui uti­lisent seule­ment la moi­tié des pièces. Après avoir vu (entre autres, dans Dé­corHomme) les ré­sul­tats fort ins­pi­rants de pro­jets ma­jeurs de ré­no­va­tion réa­li­sés à Mon­tréal, au cours des der­nières an­nées, les deux hommes ont op­té pour une ré­no­va­tion ex­trême de leur im­meuble au lieu de la vente de leur ré­si­dence et l’achat d’une autre. Après les ré­no­va­tion la de­meure de ce couple de­vra mieux re­flé­ter les goûts per­son­nels des deux hommes, en ma­tière de de­si­gn épu­ré et d’ar­chi­tec­ture conpo­raine, et cor­res­pondre plus adé­qua­te­ment à leur style de vie : ils tra­vaillent fré­quem­ment à la mai­son, veulent maxi­mi­ser les es­paces pour les ré­cep­tions et dé­si­rent dé­cloi­son­ner les es­paces de vie sans tou­te­fois vivre dans un loft.

Idéa­le­ment, le couple dé­sire «plus de tout» pour le nou­vel es­pace : «plus de ran­ge­ment ; une cui­sine plus grande et mieux amé­na­gée, avec un îlot de tra­vail plus pra­tique, et faire dis­pa­raître les élec­tro­mé­na­gers en les en­cas­trant; que les es­paces com­muns — la cui­sine, le sa­lon, la salle de té­lé et la salle à di­ner — soient mieux in­té­grés en un grand es­pace avec dif­fé­rentes zones; une salle de bain sup­plé­men­taire pour les in­vi­tés; une salle de lavage; et idéa­le­ment une chambre d'in­vi­tés pour lo­ger amis et fa­mille de pas­sage en ville (plus de 8 sé­jours par an­née)». Comme l’un des deux hommes dé­sire se re­mettre à la pein­ture lors de ses temps libres, un ate­lier doit faire par­tie de l'équa­tion. Cette pièce lui per­met­tra éga­le­ment de tra­vailler sur dif­fé­rents pro­jets re­liés à son tra­vail de de­si­gner.

Ali et Yves ont en­tre­pris l’aven­ture d’une ré­no­va­tion ma­jeure, qui mo­di­fie­ra et agran­di­ra de ma­nière im­por­tante leur es­pace de vie. Pro­jet de couple, ce ré­amé­na­ge­ment ex­trême a été pen­sé, sou­pe­sé et éva­lué afin de sa­tis­faire idéa­le­ment leurs be­soins pour plu­sieurs an­nées. Ils ont ac­cep­té de par­ta­ger leur ex­pé­rience avec les lec­teurs du ma­ga­zine au cours des pro­chaines édi­tions afin que d’autres puissent en bé­né­fi­cier, ad­ve­nant qu'ils se lancent à leur tour dans ce genre d’aven­ture.

Avant de prendre la dé­ci­sion de se lan­cer ou non dans de grandes ré­no­va­tions, les deux hommes ont pris la peine de dé­ter­mi­ner une sé­rie de choses es­sen­tielles à leurs yeux et se sont don­né le temps de bien pla­ni­fier les étapes afin d’avoir le moins pos­sible à prendre des dé­ci­sions de der­nière mi­nute. «À par­tir du mo­ment où on éva­lue se lan­cer dans une aven­ture de ce genre,

il faut iden­ti­fier ses be­soins, faire l'in­ven­taire de ce qui peut être fait et ce qui ne peut l'être se­lon la fai­sa­bi­li­té tech­nique, les rè­gle­ments en vi­gueur (du bâ­ti­ment, de l’ar­ron­dis­se­ment et de la Ville), la dis­po­ni­bi­li­té de la main-d'oeuvre et, évi­dem­ment, l'ar­gent dont on dis­pose, ex­plique Yves. «Sans comp­ter la né­ces­si­té d'ap­pré­hen­der les im­pré­vus, car des im­pré­vus il y en au­ra tou­jours, même si on pla­ni­fie très bien.» En fait, il est fon­da­men­tal d'avoir des pro­vi­sions suf­fi­santes pour en­tre­prendre tout pro­jet. «À dé­faut, on peut le faire par étapes — ce qui est notre op­tion B en cas d’im­pré­vus ma­jeurs. On peut s'ac­com­mo­der de dé­pas­se­ments, mais pas au-des­sus d’un cer­tain seuil de to­lé­rance», ajoute Ali. Les dé­pas­se­ments de coûts sont com­muns en ré­no­va­tion, et ils sont sus­cep­tibles d'être plus im­por­tants dans le cas de mai­sons an­ciennes. Après avoir vé­ri­fié leur ca­pa­ci­té fi­nan­cière avec leur ins­ti­tu­tion, les deux hommes ont dres­sé une liste de tra­vaux sou­hai­tés et/ou à exé­cu­ter en iden­ti­fiant leurs prio­ri­tés Et ils ont vé­ri­fié au­près de l’ar­ron­dis­se­ment VilleMa­rie si les tra­vaux vi­sés sont per­mis et quels com­pro­mis ils de­vront faire pour que le pro­jet puisse al­ler de l’avant au ni­veau des ouvertures sur la fa­cade et à l’ar­rière de l’édi­fice. Comme les deux hommes hé­si­taient de­vant les op­tions de ré­no­va­tions qu’ils avaient de­vant eux, ils ont te­nu à s’ad­joindre un ar­chi­tecte et d’un in­gé­nieure afin de pro­fi­ter de l’ex­pé­rience de spé­cia­listes ha­bi­tués aux mo­di­fi­ca­tions struc­tu­relles d’un édi­fice cen­te­naire. Une sage dé­ci­sion. Contrai­re­ment à ce que cer­tains peuvent croire, il est avantageux d’in­ves­tir en pla­ni­fi­ca­tion d’ar­chi­tec­ture et de de­si­gn avant d’amor­cer un pro­jet. Vous au­rez une meilleure idée vi­suelle du ré­sul­tat fi­nal et la pro­duc­tion de plans et de pré­vi­sua­li­ta­tion en 3d qui en dé­cou­le­ra ser­vi­ra aus­si de guide pour la pro­duc­tion des de­vis ain­si que pour la ges­tion et la réa­li­sa­tion du pro­jet. Une ma­nière de s’as­su­rer que tout le monde com­prend où on s’en va.

Mais avant de sé­lec­tion­ner un ar­chi­tecte, le couple s’est consti­tué une ga­le­rie d’images d’ins­pi­ra­tion (dont vous voyez sur cette page quelques exemples, afin de mieux com­mu­ni­quer et avec plus de pré­ci­sion, le style et le de­si­gn dé­si­ré.

INS­PI­RA­TION ES­CA­LIER S’IL Y EN A UN

INS­PI­RA­TION MUR VI­TRÉ À L’AR­RIÈRE

INS­PI­RA­TION POUR LA BI­BLIO­THÈQUE

INS­PI­RA­TION SALLE D’EAU

MUR VI­TRÉ, POUTRES AP­PA­RENTES

INS­PI­RA­TION PLAN­CHER DE BÉ­TON PO­LI

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.