NOU­VELLE MAI­SON, NOU­VELLE AVEN­TURE

Decorhomme - - Sommaire - PAR SÉ­BAS­TIEN DES­CHÊNES

Mai­son à l’ar­chi­tec­ture mo­derne en be­soin de ra­fraî­chis­se­ment Nos clients ont ache­té une bâ­tisse aux lignes contem­po­raines et mo­dernes construite à la fin des an­nées 80 sur les flancs du mont Saint-Bru­no. Le style mo­derne des an­nées 80 — 90 au Qué­bec est très ty­pé : im­meubles aux lignes nettes, grandes pièces, toit plat ou pla­fond ca­thé­dral, fa­çade d’agré­gat de pierre blanche et grande fe­nes­tra­tion géo­mé­trique. L’ar­chi­tec­ture contem­po­raine est sou­vent as­so­ciée au mou­ve­ment mo­derne fon­dé par plu­sieurs vi­sion­naires du dé­but du siècle der­nier, comme Le Cor­bu­sier et Mies van der Rohe. Les ar­chi­tectes d’au­jourd’hui ne re­pro­duisent pas les concepts ini­tiaux à la lettre. Mais à dé­faut d’avoir trou­vé un autre mot pour dé­fi­nir le style de cette mai­son contem­po­raine, nous uti­li­sons le terme mo­derne.

Une chose est sûre, cette vaste de­meure au style ac­tuel n’est pas or­ne­men­tée outre me­sure. Puisque le style mo­derne ac­tuel est re­cher­ché, plu­sieurs dé­tails su­per­flus ont été re­ti­rés. Ce re­non­ce­ment à la dé­co­ra­tion est un hé­ri­tage lais­sé par l’ar­chi­tecte Adolf Loos, au­teur du cé­lèbre ma­ni­feste Or­ne­ment et crime. On s’ap­proche d’une dé­co­ra­tion mu­séale dans la­quelle les ob­jets et les meubles sa­vam­ment choi­sis prennent toute leur va­leur. Dia­logue avec la na­ture

Ache­ter une mai­son et la ré­no­ver, c’est l’oc­ca­sion de re­faire le de­si­gn des lieux. On est ain­si en me­sure de créer des es­paces de vie qui ré­pondent mieux à nos goûts et à nos be­soins. C’est aus­si le mo­ment idéal pour trou­ver les ma­té­riaux de fi­ni­tion qui nous conviennent le mieux. Pour cer­tains, il est im­por­tant de dé­ni­cher des pro­duits sains et du­rables et d’ap­pli­quer les plus ré­centes tech­no­lo­gies éco­lo­giques afin de mi­ni­mi­ser tout im­pact né­ga­tif sur l’en­vi­ron­ne­ment. Fi­na­le­ment, c’est l’oc­ca­sion de s’ap­pro­prier l’es­pace afin d'ac­cor­der une place im­por­tante à la beau­té de l’ex­té­rieur. C’est exac­te­ment ce que nos clients ont réa­li­sé lors de la ré­no­va­tion de leur nou­velle mai­son.

Consti­tuée d’une gé­né­reuse fe­nes­tra­tion et d’un ma­gni­fique so­la­rium cette mai­son est un havre de paix où l’on peut pro­fi­ter de la na­ture en toutes sai­sons, à l’in­té­rieur comme à l’ex­té­rieur. Avant la trans­for­ma­tion, les meubles et les ob­jets vo­laient la ve­dette mais l’éner­gie de la na­ture en­vi­ron­nante était dé­jà très pré­sente.

Les nou­veaux pro­prié­taires de cette mai­son ont dé­bu­té leur stra­té­gie d’ap­pro­pria­tion de l’in­té­rieur. Ils ont re­ti­ré plu­sieurs élé­ments ju­gés es­thé­tiques par les pro­prié­taires ini­tiaux afin de mi­ser sur l’ar­chi­tec­ture du bâ­ti­ment et sur son po­si­tion­ne­ment stra­té­gique dans la fo­rêt. Ils ont en­suite op­té pour un mo­bi­lier aux lignes pures et na­tu­relles. La stra­té­gie : faire dis­pa­raître toutes les do­rures et le marbre co­lo­ré éli­mi­nant du coup les as­pects tape-àl’oeil (re­tom­bées de pla­fonds, struc­tures ar­ron­dies de gypse ajou­té aux murs, etc.). Ils dé­si­raient choi­sir des ma­té­riaux nobles et un mo­bi­lier épu­ré afin de re­don­ner à l’en­semble une al­lure contem­po­raine qua­si mu­séale.

Le choix des ma­té­riaux, la qua­li­té de la lu­mière et les dé­tails de fa­bri­ca­tion sont au coeur du pro­jet. Par le de­si­gn du mo­bi­lier, le choix des ap­pa­reils d‘éclai­rage et l'uti­li­sa­tion de ma­té­riaux sains et du­rables notre cliente, res­pon­sable de l'as­pect de­si­gn de la ré­no­va­tion a su créer un en­vi­ron­ne­ment des plus raf­fi­né.

DÉ­TAIL DES TRA­VAUX

Tous les re­vê­te­ments de marbre rose po­sés dans les salles de bain, et ceux de marbre vert po­sés dans les aires com­munes ont été re­ti­rés. La ma­jes­tueuse che­mi­née a été dé­gar­nie de ses plaques de marbre vert. Cer­tains murs dé­co­rés de struc­tures ar­ron­dies et géo­mé­triques ont eux aus­si été dé­gar­nis. Quant aux murs ex­té­rieurs de la mai­son, re­cou­verts d’agré­gat blanc, il a été conser­vé par res­pect du style ini­tial de la mai­son. Une tâche co­los­sale at­ten­dait les clients : le ter­rain était main­te­nant presque en friche. Au fil des ans, la fo­rêt avait re­pris pos­ses­sion des lieux. La beau­té et le ca­rac­tère de la mai­son se ca­chaient der­rière les ar­bustes de­ve­nus qua­si géants plan­tés quelque 25 ans plus tôt et les fou­gères avaient ga­gné tout le reste de l’es­pace. La fo­rêt en­va­his­sait le dé­cor.

À l’in­té­rieur, les gros tra­vaux avan­çaient bien. La struc­ture du plan­cher de la suite des maîtres a en­tiè­re­ment été re­fait. Le sol était de­ve­nu in­égal à cause des so­lives du plan­cher qui étaient beau­coup trop longues. Une opé­ra­tion dé­li­cate de so­li­di­fi­ca­tion a vu le jour, mais les ré­sul­tats en ont va­lu la peine. Un mur pla­cé en angle sé­pa­rait le der­nier étage où se trou­vaient, d’un cô­té la salle de bain et de l’autre, la chambre des maîtres. Un bou­doir et un walk in com­plé­taient la suite. Le re­vê­te­ment de sol de la suite des maîtres, ini­tia­le­ment de liège ver­ni, a été rem­pla­cé par un plan­cher de car­reaux de por­ce­laine au look bois, qui est à la fois du­rable, chic et noble.

Quelque 700 pieds car­rés de plan­cher chauf­fant a été ins­tal­lé dans la suite des maîtres. Sans la so­li­di­fi­ca­tion de la struc­ture, un re­vê­te­ment flexible tel du liège, du li­no­léum ou du ta­pis au­rait été né­ces­saire, mais ces op­tions ne conve­naient pas à nos clients. Dans la salle de bain, un im­mense bain à re­mous en­cas­tré dans un large po­dium de tuiles de marbre rose a été re­ti­ré. Une nou­velle salle de bain a vu le jour. Nous avons conçu une douche d’en­vi­ron 35 pieds car­rés des­si­née par notre cliente. Un ma­gni­fique bain au­to­por- tant se dresse main­te­nant presque au centre de la pièce. Notre cliente a choi­si de des­si­ner elle-même le meuble-la­va­bo. Une très bonne dé­ci­sion car ce meuble unique donne tout son ca­rac­tère à la salle de bain. Ailleurs dans la mai­son, le marbre om­ni­pré­sent a été re­ti­ré et rem­pla­cé par une por­ce­laine. Tous les ap­pa­reils d’éclai­rages ont été rem­pla­cés par des créa­tions ex­clu­sives. Pour fi­nir, toutes les mou­lures ont été re­ti­rées et la mai­son en­tiè­re­ment re­peinte.

ÉCOUTE, OU­VER­TURE ET CRÉA­TI­VI­TÉ

Fi­na­le­ment, la beau­té d’un lieu dé­pend beau­coup de l’har­mo­nie qui s’en dé­gage. Cet équi­libre est pos­sible grâce à la co­hé­sion entre la réa­li­sa­tion (construc­tion et ré­no­va­tion) et le de­si­gn d’in­té­rieur qui sont jus­te­ment nos champs d’ex­per­tise. Chaque pro­jet a un po­ten­tiel par­ti­cu­lier et nous nous fai­sons un de­voir de l’iden­ti­fier.

Dans ce cas-ci, nous avons tra­vaillé avec notre cliente qui s’est in­ves­tie dans le de­si­gn de l’en­droit. Elle avait une idée bien an­crée du ré­sul­tat sou­hai­té et nous avons ap­pli­qué les règles de l’art pour réa­li­ser son rêve.

Les lieux dia­loguent main­te­nant avec l’ex­té­rieur et le de­si­gn est irréprochable. Au fil des sai­sons, l’en­vi­ron­ne­ment contri­bue à la ma­gie de l’en­semble. Le charme de la fo­rêt en­vi­ron­nante pé­nètre dans la de­meure.

Pour qu'un pro­jet tra­verse le temps, le client doit avoir ana­ly­sé ses be­soins ac­tuels et te­nir compte de ses pro­jets pour l’ave­nir. Nous sommes tou­jours en­thou­siastes face à de nou­veaux dé­fis et nous nous fai­sons un de­voir de les re­le­ver. Notre mo­ti­va­tion est de voir vos rêves se concré­ti­ser.

SÉ­BAS­TIEN DES­CHÊNES EST EN­TRE­PRE­NEUR GÉ­NÉ­RAL ET COL­LA­BO­RA­TEUR AU DÉ­CORHOMME POUR LE CONTAC­TER, T. : 514-745-4555 OU VI­SI­TEZ LE SITE WEB À WWW.RE­NO­VA­TION-DESCHENES.COM

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.